En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Les cartes françaises vendues 15€ sur le Dark Web, selon une étude

Publication: 25 janvier

Partagez sur
 
4 Millions de cartes bancaires en vente sur Internet : 154 000 appartiennent à des Français...
 

Une nouvelle étude de la société de cybersécurité NordVPN a analysé les informations de 154 000 cartes de paiement françaises vendues sur le Dark Web. Selon cette recherche, le prix moyen d’une carte de paiement française est de 14 euros et 82 centimes.

"Les cartes de paiement françaises sont assez chères (par rapport à la moyenne mondiale de 8,5€), en raison des politiques de prévention de la fraude par carte de paiement favorables aux utilisateurs dans le pays. Si une carte bancaire perdue ou volée est utilisée de manière illégale, la responsabilité revient à la banque. Pour être remboursé, le client doit signaler la fraude à sa banque au plus tard 13 mois après la date du débit. Ce délai est de 70 jours si le bénéficiaire du paiement est situé hors de l’Union européenne ou de l’Espace économique européen (articles 133-1-1 et 133-24 du code monétaire et financier).

Toutefois, dans certains cas, votre banque peut refuser de vous rembourser l’intégralité du montant. Vous devrez alors supporter une partie du préjudice, dans la limite de 50 € (article L.133-19 du code monétaire et financier)," déclare Marijus Briedis, directeur technique de NordVPN.

Le prix moyen d’une carte bancaire française est de 14 euros et 82 centimes

Les prix des cartes de paiement françaises trouvées varient entre 0,88 à 21,18 euros. Même si la grande majorité (81 384) des cartes de paiement coûtent 16,77€, le prix moyen de toutes les cartes découvertes est de 14 euros et 82 centimes.

Les cartes les plus coûteuses provenaient du Japon (prix moyen de 47,66 €), tandis que les cartes les moins chères sur le Dark Web se trouvaient au Honduras (prix moyen inférieur à 0,88 €).

"Le prix des cartes dépend principalement de la demande. Plus la demande est importante, plus les criminels peuvent demander de l’argent pour certaines données qu’ils essaient de vendre. Dans ce cas, la demande est directement liée à la facilité et à la quantité d’argent qui peut être volée. C’est pourquoi les cartes les plus chères proviennent de pays où la qualité de vie est plus élevée ou les mesures de sécurité bancaire moins bonnes", explique Marijus Briedis.

Les Français ont subi une fuite de 154 000 cartes de paiement

Le nombre total est gigantesque : 154 016 cartes bancaires piratées étaient françaises. Les États-Unis sont les plus touchés au monde, puisque 1 561 739 des 4 481 379 cartes bancaires trouvées en vente appartenaient à des Américains. La deuxième nation la plus touchée est l’Australie, avec 419 806 cartes découvertes en vente sur le Dark Web.

Sachant que la France affiche un faible taux de cartes bancaires par habitant, 154 000 constitue un chiffre élevé. Cela pourrait s’expliquer par la législation française, qui stipule que les banques sont responsables de la sécurité de leurs cartes de paiement. Si une carte bancaire perdue ou volée est utilisée de manière illégale, la responsabilité incombe, dans la plupart des cas, à la banque. C’est pourquoi les banques françaises prennent des dispositions supplémentaires pour assurer la sécurité de leurs clients.

Est-il possible d’empêcher la fraude à la carte bancaire ?

"La méthode la plus courante pour obtenir ces cartes de paiement consiste à utiliser des attaques par force brute : les criminels essaient en résumé de deviner le numéro de la carte et le CVV. Les 6 à 8 premiers chiffres sont le numéro d’identification de l’émetteur de la carte. Les pirates n’ont donc que 7 à 9 chiffres à deviner, le 16e chiffre étant une somme de contrôle et servant uniquement à déterminer si des erreurs ont été commises lors de la saisie du numéro", explique Marijus Briedis.

Pour se protéger, il est donc recommandé aux utilisateurs de rester vigilants et de consulter régulièrement leur relevé de comptes pour s’assurer qu’aucune transaction suspecte n’a eu lieu. Il est également important de choisir une banque en fonction des mesures de sécurité qu’elle a mises en place.

"L’exemple français montre que l’implication des banques dans la prévention de la fraude à la carte bancaire aide les utilisateurs à être davantage en sécurité. Les banques peuvent utiliser des outils tels que la détection des fraudes pour suivre les tentatives de paiement et éliminer les attaques frauduleuses. Des systèmes de mots de passe plus forts constituent également un grand pas vers la prévention de la fraude à la carte, mais heureusement, l’authentification multi- facteurs devient la norme minimale. Donc si votre banque ne la propose pas encore, exigez-la ou envisagez de changer de banque", conclut Marijus Briedis de NordVPN.

https://www.nordvpn.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: