En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Les ministres européens adoptent des actions prioritaires

Publication: 12 juin

Partagez sur
 
Objectif : renforcer la sécurité des journalistes et lutter contre l’impact de l’IA sur la liberté d’expression...
 

Les ministres européens responsables des médias et de la société de l’information ont convenu aujourd’hui de mener un certain nombre d’actions prioritaires pour relever les défis les plus pressants pour la liberté d’expression, notamment le déclin de la sécurité des journalistes et l’impact de l’intelligence artificielle (IA), ainsi que de la numérisation massive dans l’environnement des médias et de l’information, sur la liberté d’expression.

À l’issue d’une conférence ministérielle du Conseil de l’Europe qui s’est tenue les 10 et 11 juin, les ministres ont adopté une déclaration finale et quatre résolutions couvrant les domaines dans lesquels le Conseil de l’Europe concentrera ses efforts pour protéger la liberté d’expression au cours des prochaines années : les technologies numériques ; la sécurité des journalistes ; l’évolution de l’environnement des médias et de l’information ; et l’impact de la pandémie de Covid-19 sur la liberté d’expression.

Rappelant que la violence à l’encontre des journalistes et des autres acteurs des médias constitue une attaque contre la démocratie, les ministres se sont engagés à faire de ce problème une priorité politique et ont exprimé leur vive inquiétude quant à l’impunité qui prévaut pour de telles attaques.

Ils ont invité le Conseil de l’Europe à préparer des orientations pour l’élaboration de plans d’action nationaux sur la sécurité des journalistes et des autres acteurs des médias à mettre en œuvre par les États membres et à mener une campagne globale au niveau européen pour promouvoir la protection du journalisme et la sécurité des journalistes, en plus d’autres mesures.

Les ministres se sont engagés à faire appel à tous les acteurs impliqués dans la conception, le développement et le déploiement de technologies numériques et d’outils d’IA pour la création, la modération et la distribution de contenus en ligne afin de développer la co-réglementation ou la réglementation dans ce domaine y compris par le biais de normes juridiquement contraignantes le cas échéant pour garantir le respect de la liberté d’expression.

En outre, ils se sont engagés à créer les conditions réglementaires nécessaires pour que les processus automatisés de création et de diffusion d’informations, notamment par le biais d’outils tels que le traitement du langage naturel, le robo-journalisme et les flux d’informations préparés par des algorithmes, soient utilisés dans le plein respect du droit à la liberté d’expression. Ils ont également appelé tous les acteurs à accorder une plus grande attention aux groupes marginalisés structurellement exclus de la réception des nouvelles et risquant de recevoir une offre d’information moins diversifiée.

Les ministres ont invité le Conseil de l’Europe à élaborer des orientations sur l’impact des technologies numériques sur la liberté d’expression au niveau des communications entre individus, au sein des salles de presse et des espaces de communication publics. D’autres actions à entreprendre sont l’élaboration en coopération avec les professionnels des médias de codes éthiques pour les acteurs des médias, y compris les plateformes en ligne, afin de promouvoir l’utilisation transparente et responsable des outils d’IA dans les salles de rédaction, de protéger des dangers de l’exploitation des données personnelles et de garantir l’exposition à une diversité de contenus et de sources médiatiques.

Dans le contexte de la numérisation de l’environnement des médias et de l’information, les ministres ont reconnu l’importance cruciale, pour toute société démocratique, d’une information plurielle, fiable et digne de confiance, libre de tout contrôle étatique ou privé indu. Ils se sont engagés à lutter contre la désinformation croissante en soutenant un paysage médiatique pluriel et indépendant.

Entre autres actions, les ministres ont invité le Conseil de l’Europe à réviser les normes sur la responsabilité du contenu en ligne à la lumière de l’évolution des rôles des acteurs clés dans l’environnement médiatique, y compris les moteurs de recherche et les plateformes de médias sociaux. Compte tenu de l’évolution des techniques de campagne, ils ont demandé l’élaboration d’orientations sur les campagnes de communication électorale et la couverture médiatique des campagnes électorales.

Dans la résolution sur l’impact de la pandémie de covid-19, les ministres ont exprimé l’engagement des États membres à supprimer tous les obstacles non nécessaires à la liberté d’expression en temps de crise et à garantir l’accès aux informations et documents officiels conformément à la Convention de Tromsø sur l’accès aux documents officiels. Ils ont souligné la nécessité de veiller à ce que les lois et politiques existantes ne soient pas utilisées à mauvais escient pour faire taire les voix critiques, mais plutôt pour promouvoir un débat public libre et pluraliste sur toutes les questions d’intérêt public.

Organisée conjointement par le Conseil de l’Europe et le gouvernement chypriote, la conférence ministérielle a réuni plus de 40 ministres et secrétaires d´Etat, et 350 participants issus de gouvernements nationaux, d’organisations internationales, de la société civile, des médias et du monde universitaire.

https://www.coe.int/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: