En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Comment réduire les temps d’arrêt dus à la corrosion dans la production ?

Par Dan Paul, Global Business Leader, Tire Industry, Rockwell Automation

Publication: 7 juin

Partagez sur
 
La réduction des temps d’arrêt dus à la corrosion devient possible à travers la préservation de la disponibilité des usines de production de pneumatiques...
 

En effet, les armoires étanches et robustes, ainsi que les systèmes de commande résistants à la corrosion, s’apparentent à des solutions efficaces.

Les conséquences de la crise de la COVID-19 s’ajoutent aujourd’hui au problème de la corrosion auquel fait face l’industrie du pneumatique depuis déjà plusieurs années. En effet, ces difficultés engendrent des temps d’arrêt alarmants dans les usines de fabrication.

Les dégâts causés par la corrosion sur les systèmes de commande industriels modernes des usines de fabrication de pneus sont devenus une réalité. Pour tenter de résoudre cette problématique qui affecte la production mondiale de pneumatiques, il s’agira d’identifier l’origine de la corrosion, ses composés ainsi que la fréquence à laquelle elle se produit dans ce secteur d’activité.

Cette analyse permettra de trouver des solutions adaptées sur le long terme. Toutefois, les industriels peuvent dès à présent avoir recours à différentes mesures pour minimiser les risques liés à la corrosion dans leurs usines.

Une approche en deux volets

Des recherches approfondies ont tout d’abord permis de comprendre précisément la problématique de la corrosion dans la production de pneus. Elles ont également révélé que les tests industriels standards habituellement utilisés pour les essais de corrosion accélérée ne reproduisent en réalité pas les types ni les taux de corrosion observés dans les environnements de production de pneus.

C’est donc ce qui justifie la pertinence de développer un nouveau protocole d’essai, spécifiquement conçu pour les usines de pneumatiques. Ce nouveau protocole a pour but d’évaluer l’efficacité des systèmes de commande actuellement utilisés dans les usines et de déterminer où de nouvelles stratégies de réduction des risques pourraient être nécessaires.

Ces recherches ont également rendu possible la formulation de recommandations en vue de réduire les risques liés à la corrosion dans les usines de pneumatiques. Elles s’articulent autour de deux principales solutions de réduction des risques : des systèmes de commande résistants à la corrosion, ainsi que des armoires étanches et robustes.

Des systèmes résistants à la corrosion

Une architecture de commande utilisant des systèmes résistants à la corrosion peut réellement améliorer les performances des usines de pneus.

Pour réduire l’impact des contaminants atmosphériques générateurs de corrosion, les systèmes doivent intégrer des éléments de conception spécifiques. Il s’agit par exemple d’un revêtement enrobant sur lequel un produit isolant non conducteur aura été pulvérisé sur un dispositif ou les composants d’un système. En effet, la présence de ce produit isolant facilite l’enrobage et permet ainsi d’épouser parfaitement le profil des composants. De cette manière, la protection est assurée contre les gaz corrosifs, l’humidité et les autres agressions environnementales.

Dans certains cas, l’utilisation de produits « extra robustes » est pertinente. Ils offrent des performances améliorées pour les usines de pneumatiques en combinant un revêtement enrobant à d’autres éléments de conception.

Certaines entreprises tirent déjà profit des bénéfices qu’offrent ces solutions. C’est le cas par exemple d’un fabricant de pneumatiques renommé qui rencontrait tous les 18 mois environ des problèmes de défaillances dues à la corrosion. Il a choisi de se tourner vers des variateurs « extra robustes » dans le cadre d’un programme d’amélioration de la fiabilité. À ce jour, l’entreprise a mis en service plus de 100 de ces variateurs, qui ont su prouver leur efficacité au fil des années.

Des armoires étanches et robustes

Les systèmes résistants à la corrosion permettent certes de lutter contre la corrosion, mais ne suffisent pas à réduire les risques d’arrêts dans les usines de pneumatiques. L’utilisation d’armoires étanches et robustes offre alors une seconde couche de protection indispensable.

La conception de ces armoires vise à satisfaire ou dépasser les exigences de l’indice de protection IP54. Par ailleurs, l’adoption de mesures simples, mais souvent négligées, dans la conception et l’utilisation quotidienne de ces armoires est essentielle.

Par exemple, des raccords et des passe-câbles étanches doivent être utilisés pour sceller les câbles en entrée et en sortie de l’armoire. De plus, l’utilisation d’un échangeur de chaleur ou d’un climatiseur doit être privilégiée face au kit ventilateur/filtre. De telles mesures peuvent efficacement contribuer à empêcher les contaminants de pénétrer et de s’accumuler à l’intérieur de l’armoire.

En outre, il s’avère essentiel de toujours respecter les instructions d’installation du fabricant sur les aspects de dégagements de montage minimum et autres exigences de montage. En effet, les dispositifs de génération de chaleur montés avec un dégagement incorrect peuvent non seulement accroître la corrosion, mais également entraîner des pannes dues à une surchauffe.

L’étude du niveau d’efficacité des systèmes de commande actuels dans les environnements de production de pneumatiques reste en cours. Toutefois, les deux stratégies décrites dans cet article constituent d’ores-et-déjà des solutions efficaces pour protéger les systèmes de commande et réduire les temps d’arrêt dus à des défaillances.

https://www.rockwellautomation.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: