En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Le marché des téléviseurs face à un nouveau challenge : la pénurie

Par Rémy Journé, Vice-Président des ventes de produits bruns chez Hisense France

Publication: 14 avril

Partagez sur
 
Depuis le début de l’année, le marché des téléviseurs, dans sa globalité, fait face à une période de rupture de stock liée à la crise sanitaire...
 

La fermeture des usines en 2020 et les différentes absences humaines ont causé une réelle désorganisation des chaînes d’approvisionnement depuis un an. Comment le marché s’est-il adapté et quel sera l’impact sur les consommateurs ?

Malgré des inquiétudes initiales quant à la tournure qu’allait prendre les ventes, le marché a très bien résisté à la crise. Il s’est avéré que durant l’année 2020 la demande a été exceptionnellement haute. En raison notamment du confinement, les français ont voulu s’équiper et investir pour améliorer leurs équipements. Le secteur de l’image a connu une hausse de 14% du chiffre d’affaires global en 2020 par rapport à l’année précédente, selon une étude GFK. Avec une croissance de 30% au mois de juin, en 2020, les ventes de téléviseurs ont connu une importante hausse, plus particulièrement à la fin du premier confinement.

Une demande d’écrans en forte hausse

Le télétravail est devenu « la nouvelle norme » pour de nombreuses entreprises. La population a ainsi dû s’équiper pour préserver un environnement de travail optimal à domicile. La demande sur le marché des écrans a connu une forte augmentation, or ces derniers possèdent de nombreux composants communs aux téléviseurs, comme les dalles.

Les multiples restrictions sanitaires ont réduit certains postes de dépenses. Le budget initialement alloué aux sorties et voyages a pu être utilisé pour l’achat de biens de consommation d’intérieur. D’après une étude GFK, les français ont investi dans des téléviseurs de meilleure qualité, avec un prix de vente moyen de 456 euros sur 2020, soit une hausse de 9% par rapport à 2019.

Restant majoritairement à la maison, les consommateurs se sont davantage retrouvés devant leur téléviseur, les incitant à revoir leurs exigences, et à renouveler leurs équipements pour acquérir des modèles plus performants. Les écrans de +55’’ représentent ainsi 62% du CA TV total sur 2020, une évolution de +27% par rapport à l’année précédente, et les ventes d’OLED/ QLED représentent 29% du CA TV, une hausse de +43%.

Aucun acteur n’aurait pu anticiper une telle hausse de la demande, due à des changements de comportements des utilisateurs face à une situation exceptionnelle et jusqu’ici inconnue.

En parallèle, une production désorganisée par la crise

La crise a mis à l’arrêt, à plusieurs reprises, les usines fabricants toutes sortent de composants électroniques, à cause notamment des fermetures administratives ou des absences humaines liées à la maladie. Le marché est face à une désorganisation conjoncturelle. La chaine de production s’est retrouvée complétement désorganisée sans que les entreprises n’aient eu le temps de prendre les devants et d’anticiper des solutions. Ce phénomène a engendré de forts retards de production laissant le temps à la demande d’augmenter sans que l’offre ne puisse suivre, menant ainsi à des pénuries de différents composants et à un ralentissement du secteur.

La crise sanitaire a aussi joué un rôle déterminant sur l’affrètement des composants et produits finaux. Le secteur a dû faire face à une hausse des prix record au cours de l’année 2020. Les constructeurs de téléviseurs ou de produits d’électroménagers ont vu leur logistique chamboulée et les livraisons se raréfier. Ce phénomène a eu un impact considérable sur le prix du fret qui a presque été multiplié par 10 dans certaines régions du monde. L’augmentation des coûts intermédiaires et la perturbation des services d’approvisionnement pourraient avoir, à moyen ou long terme, un impact potentiel sur les prix des produits finaux, les revoyant à la hausse, ou engendreront des périodes de saturation momentanées.

Produire davantage pour stabiliser la situation

L’erreur serait, à présent, de ralentir davantage la production. Les acteurs majeurs de ce marché doivent profiter de leur force de frappe pour continuer la production afin de pouvoir proposer aux clients une offre complète.

En effet, face à cette tendance de pénurie qui se confirme au fil des mois, les producteurs ont mis en œuvre des stratégies pour contrôler les ruptures de stocks globales. C’est pourquoi les indicateurs ne sont pas encore au rouge, l’idée est donc de contrer la tendance en intensifiant la production pour rattraper la courbe de l’offre et ainsi pouvoir proposer aux consommateurs les produits au moment où ils en auront le plus besoin.

Avec l’UEFA EURO 2020tm, un des évènements les plus suivis au monde, la demande, au moment de l’été, sera haute. Le but est ainsi de pouvoir renverser la situation et préparer des stocks suffisants pour répondre aux pics de demande futurs. Cette stratégie permettra de limiter les répercussions des pénuries sur les consommateurs, en limitant notamment la hausse des prix.

Mais face à cette situation exceptionnelle, il serait présomptueux d’affirmer formellement que le consommateur ne sera aucunement impacté dans les mois à venir. Il est donc primordial pour les consommateurs soucieux de leurs budgets de ne pas attendre pour s’équiper, car une hausse conjoncturelle des prix au deuxième trimestre pourrait s’imposer au marché.

Après une année de croissance inédite et marquée par l’incertitude, compte tenu de la situation économique et sanitaire, le marché du high-tech devrait se stabiliser au cours de cette nouvelle année 2021 grâce à la force de frappe de ces acteurs historiques et bien implantés au niveau mondial.

https://www.hisense.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: