En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Améliorez la sécurité et l’efficacité des tests et des mesures

Publication: 25 mars

Partagez sur
 
Lorsque que vous pensez aux outils de test et de mesure, il est peu probable que vous envisagiez l’imagerie thermique. Vous pensez par exemple à des outils traditionnels comme les détecteurs de tension sans contact, les multimètres, les pinces ampèremétriques et les vidéoscopes...
 

Aujourd’hui, vous pouvez trouver des outils électriques comme des pinces ampèremétriques et des multimètres dotés de capacités d’imagerie thermique. L’un des principaux avantages de cette association est que les utilisateurs peuvent « visualiser » rapidement et en toute sécurité les problèmes électriques potentiels à l’aide de mesures thermiques, puis vérifier les relevés en volt et en ampères, le tout avec un seul outil. Il existe même des vidéoscopes avec fonction thermique, qui permettent d’effectuer des relevés de température sur les équipements électriques difficiles d’accès, comme les boîtes de jonction électriques en sous-sol.

L’imagerie thermique capture les températures relatives en fonction de l’« énergie émise » par la cible. C’est une solution parfaite pour les professionnels devant effectuer des inspections de la cible en conditions de pleine charge. L’imagerie thermique permet à l’utilisateur d’inspecter en toute sécurité des problèmes courants comme les connexions desserrées, les déséquilibres de charge, et les mesures thermiques anormales sur les câbles situés à une distance de 1 à 1,5 mètre de la cible concernée. L’utilisateur évite ainsi de s’exposer à une situation potentiellement dangereuse. La plupart des électriciens ne cherchent pas à obtenir des mesures de température précises. Ils souhaitent savoir si la cible présente des différences thermiques incompatibles avec sa charge ou ses conditions d’exploitation normales. Dans ces conditions, la résolution IR inférieure intégrée aux outils de test et de mesure suffit si la limite d’approche imposée par les arcs électriques le permet. Pour les applications qui exigent des mesures de température absolue, ou dont la cible est situé à une distance plus importante, des caméras thermiques de résolution supérieure peuvent être nécessaires.

Lorsque les utilisateurs se servent d’un outil de test avec fonction d’imagerie thermique intégrée pour effectuer des analyses électriques, ils doivent savoir que plusieurs effets peuvent produire des relevés erronés, en particulier les surfaces de faible émissivité comme les pièces métalliques brillantes, les reflets, le refroidissement par convection forcée par le vent, la charge solaire, ou les cibles à charge faible ou inexistante. Au regard de ces situations, il est très important que les utilisateurs connaissent les notions élémentaires d’imagerie thermique. Il est vivement conseillé de suivre au moins un cours sur les notions de base de la thermographie pour savoir comment réaliser et interpréter une image thermique.

Pour résumer, lorsque les utilisateurs emploient un outil de test doté d’une fonction d’imagerie thermique, ils peuvent identifier les problèmes potentiels rapidement et en toute sécurité, afin de travailler plus efficacement et de pouvoir vérifier avec certitude que le problème a été correctement résolu.

Compréhension de la classification CAT

Si l’imagerie thermique est une première étape parfaite pour identifier visuellement les problèmes potentiels, il faut à présent tenir compte du contexte dans lequel l’outil de test est utilisé pour collecter des données de tension et d’intensité. Cela nous amène à nous intéresser à la classification CAT d’un outil de test. Vérifiez que tous les outils de mesure, les fils de test et les sondes présentent une classification de sécurité relevant d’une catégorie (CAT) appropriée. Parfois, l’instrument de mesure et les fils de test sont les seuls objets entre l’électricien et une décharge électrique imprévue. Si vous utilisez un mauvais équipement doté d’une tension inadéquate, vous pouvez vous mettre en danger, ainsi que votre entourage. Aussi, avant d’effectuer un test, vérifiez que vous avez choisi un outil adapté. Les professionnels doivent déterminer la classification CAT adaptée, en fonction du risque d’exposition le plus élevé durant la journée.

La méthode de classification CAT comporte quatre parties, individuellement appelées catégories (CAT) : CAT I, CAT II, CAT III et CAT IV. Ces catégories fournissent des indications simples et rapides qui permettent de sélectionner les outils adaptés à une tâche. Il est essentiel de bien comprendre la signification de chacune de ces catégories pour éviter de s’exposer à des risques inutiles, y compris à des blessures graves ou à la mort.

Dans le système de classification CAT, les chiffres romains (exprimés de I à IV) font référence à l’emplacement d’un circuit par rapport à la source d’alimentation, défini en termes de danger potentiel total provoqué par une tension transitoire.

- La catégorie CAT I décrit les circuits secondaires non destinés à être connectés à l’alimentation secteur, comme les appareils électroniques personnels et les circuits alimentés par des sources basse tension régulées.

- La catégorie CAT II concerne la distribution électrique au niveau local, comme les prises de courant secteur classiques et les charges enfichables. Cette catégorie englobe les applications domestiques, comme les machines à laver et les instruments portables à chargement électrique.

- La catégorie CAT III fait référence aux installations électriques d’un bâtiment, y compris les disjoncteurs, le câblage, les commutateurs et les équipements industriels.

- La catégorie CAT IV englobe le point de raccordement d’une installation électrique basse tension, essentiellement l’infrastructure du réseau électrique, comme les boîtes de jonction électriques en sous-sol et les lignes de raccordement extérieures.

Cependant, déterminer la catégorie de tension adéquate n’est qu’un des deux aspects du problème. Faire correspondre la tension présumée avec l’appareil de mesure et de test ne suffit pas à garantir une sécurité suffisante. Les unités électriques défectueuses peuvent présenter des tensions d’impulsion ou transitoires d’une puissance plusieurs fois supérieure à celle d’un outil électrique donné. Par exemple, une ligne peut avoir une tension habituelle de 120 ou 240, mais la tension transitoire d’un coup de foudre peut générer plusieurs milliers de volt et produire un court-circuit et un arc électrique susceptible de gravement blesser le personnel travaillant avec un équipement inadapté.

La norme CEI fournit un tableau de référence rapide pour déterminer si un outil électrique donné convient ou non pour la tâche à accomplir.

Choisir un outil adapté à la mission

Vous trouverez ci-dessous quelques exemples de tests et de mesures où l’imagerie thermique et la classification CAT jouent un rôle crucial en termes d’efficacité et de sécurité de l’utilisateur.

Multimètres

Les multimètres avec fonction thermique peuvent guider les électriciens professionnels jusqu’à l’emplacement précis des anomalies thermiques et des problèmes potentiels. Par exemple, lorsque l’on se retrouve face à un amas de câbles ou que l’on doit inspecter des tableaux électriques complexes à la recherche de problèmes, cette visibilité est indispensable pour identifier les défaillances potentielles sans avoir besoin d’être en contact direct avec le site testé. Une fois qu’une anomalie est constatée, l’utilisation des fonctions de mesure de tension, d’intensité et d’autres fonctions avancées d’un multimètre affichant une catégorie CAT appropriée permettra à l’utilisateur de diagnostiquer avec précision le problème de l’équipement.

Pinces ampèremétriques

Les pinces ampèremétriques avec fonction d’imagerie thermique intégrée permettent d’éliminer les incertitudes et d’identifier rapidement les problèmes, tout en conservant une distance de sécurité par rapport aux tableaux, aux armoires ou aux amas de fils et de câbles susceptibles de présenter un risque pour la sécurité. Lorsque le problème semble provenir d’une panne de moteur ou de compresseur, une pince ampèremétrique dotée d’une caméra thermique facilite le diagnostic rapide de la source. L’alimentation électrique est-elle en cause, ou la panne vient-elle d’ailleurs ? Lorsque la pince doit être serrée autour de conducteurs électriques, il est essentiel de veiller à ce que l’appareil affiche une catégorie CAT adaptée à la mission, afin de conserver un environnement suffisamment sécurisé, quelles que soient les précautions supplémentaires prises.

Vidéoscopes

Un endoscope thermique et vidéo équipé d’une sonde affichant une classification CAT adéquate peut aider les industriels à détecter rapidement et en toute sécurité les dangers invisibles cachés dans les endroits difficiles d’accès, en particulier dans les boîtes de jonction électriques en sous-sol. Les équipes peuvent inspecter de manière sûre, professionnelle et efficace les regards ventilés et identifier les problèmes potentiels sans avoir à retirer la plaque, ni même à entrer dans la structure. Cela leur permet de s’économiser physiquement, de réduire la durée des inspections, et d’améliorer la collecte de données, lesquelles sont utiles pour les activités régulières de maintenance et de gestion de l’infrastructure.

Faire de la sécurité et de l’efficacité des priorités

Grâce aux avancées des équipements de test et de mesure, lesquels sont désormais dotés de la technologie de l’imagerie thermique, les électriciens et le personnel de maintenance peuvent diagnostiquer et résoudre de façon rapide et efficace les problèmes touchant les systèmes électriques. Autre avantage, ils peuvent revenir avec la caméra thermique et réaliser une image pour vérifier que le travail effectué a effectivement permis de corriger l’anomalie. Cependant, il est important de garder à l’esprit que les catégories CAT et l’imagerie thermique fournissent certes un niveau de sécurité supplémentaire, mais qu’elles ne remplacent pas complètement les autres protocoles de sécurité éprouvés, et notamment le port d’équipements de protection personnels adaptés pour la mission et le respect de toutes les directives de sécurité en vigueur aux plans local et national. Il convient par ailleurs de ne jamais laisser seuls les opérateurs en charge des missions exigeant une extrême prudence.

https://www.flir.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: