En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

17 projets soutenus par Lyonbiopôle Auvergne-Rhône-Alpes

Publication: 12 octobre

Partagez sur
 
Financés par l’appel à projets 2021 de l’ANR (Agence Nationale de la Recherche)...
 

Aujourd’hui s’ouvre la 15ème édition de la Semaine Collaborative, temps fort scientifique clé organisé par le pôle de compétitivité Lyonbiopôle Auvergne-Rhône-Alpes visant à stimuler la recherche et les collaborations autour de thématiques santé à fort potentiel. A cette occasion, Lyonbiopôle annonce que 17 projets soutenus par son équipe innovation ont été retenus dans le cadre de l’appel à projets 2021 de l’ANR. Comme chaque année, l’ANR - agence française de financement de la recherche sur projets placée sous la tutelle du ministère chargé de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a lancé son appel à projets générique. Il s’adresse à toutes les communautés scientifiques et à tous les acteurs publics ou privés impliqués dans la recherche française et leur permet d’accéder, en complément des financements récurrents qui leur sont alloués, à des co-financements.

Un marqueur fort pour la recherche en santé en région AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

2021 est une belle année pour les projets soutenus par le pôle avec un taux de réussite de près de 60 % (17 projets retenus sur 29 présentés). Une bonne nouvelle pour les chercheurs sélectionnés qui vont pouvoir bénéficier d’un financement allant de 350 000 à 650 000 € pour mener à bien leurs travaux de recherche fondamentale. Les très bons résultats de la promotion 2021 démontre une nouvelle fois la qualité des projets présentés par les acteurs de l’écosystème d’Auvergne-Rhône-Alpes et le dynamisme de la recherche fondamentale en santé dans la région.

Cela illustre également l’engagement du pôle à soutenir les acteurs dans leurs projets, une mission centrale de l’activité du pôle. En effet, au-delà de son rôle de mise en relation entre les acteurs et d’animation scientifique, Lyonbiopôle Auvergne-Rhône-Alpes propose un accompagnement dédié pour les porteurs de projets de recherche collaboratifs dans les différentes phases de structuration et de réalisation de leur projet. Il les conseille en les informant sur les appels à projets existants, en les aidant à structurer leur consortium et leurs dossiers de candidature, et en soutenant les projets prometteurs que cela passe par la labellisation, l’étude constructive de leurs dossiers ou des lettres de soutien. Depuis sa création en 2005, le pôle a labellisé 328 projets de R&D, financés à hauteur de 1.16 milliard d’euros. Dans le cas spécifique de cet appel à projets de l’ANR, l’accompagnement du pôle permet la mise en visibilité des expertises scientifiques et des forces en recherche du territoire, ce qui peut être bénéfique à la structuration de futurs partenariats.

Présentation des lauréats 2021

Voici ci-dessous la liste des projets retenus :

- ApicoLipidAdapt, porté par Cyrille Botté de l’Université Grenoble Alpes, cherche à élucider les mécanismes d’adaptation métaboliques et lipidiques du parasite Toxoplasma gondii en fonction de l’environnement nutritionnel de son hôte.

- Bavarian, porté par Thibaut Crepin de l’Institut de Biologie Structurale de Grenoble, étudie le complexe réplicatif du virus de la maladie de Borna : structure, fonction neuronale et interactomique.

- BioLLPS, porté par Marc Jamin de l’Institut de Biologie Structurale de Grenoble, se concentre sur les forces moléculaires et séparation liquide-liquide dans les solutions de macromolécules biologiques.

- CellDance, porté par Taha Benyattou de l’INSA Lyon, travaille sur des Nano Pinces pour l’étude de cellules uniques : de la manipulation aux propriétés mécaniques.

- CK2COV, porté par Isabelle Krimm de l’Université Claude Bernard Lyon 1, étudie des inhibiteurs de CK2 comme outils chemo biologiques pour décoder le rôle de CK2 dans le cycle de vie de SARS-COV-2 et comme thérapeutiques à large spectre anti-coronavirus

- EXPUNGER, porté par Mathieu Mateo de l’Institut Pasteur, travaille sur des vaccins post-exposition contre les virus émergents.

- FungiBD, porté par Carlo Petosa de l’Institut de Biologie Structurale de Grenoble, vise à développer de nouvelles molécules antifongiques ciblant des bromodomaines fongiques.

- GEPHIR, porté par Isabelle Compagnon de l’Université Claude Bernard Lyon 1, s’intéresse au profilage d’épitopes de glycanes par couplage de spectrométrie de masse, spectroscopie IR et méthodes séparatives.

- HENIPHASE, porté par Sonia Longhi de l’Université d’Aix-Marseille (en collaboration avec des structures lyonnaises : le Centre International des Recherches en Immunologie, CIRI et le laboratoire IVPC) étudie les séparations et transitions de phase par les protéines V et W des Henipavirus : mécanismes moléculaires et implications pour leurs fonctions et pour la pathogenèse.

- MONTUS, porté par Ivan Suarez-Castellanos de l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale, travaille sur la modulation de la neurotransmission par les ultrasons thérapeutiques.

- NanoWAC, porté par Claire Demesmay de l’Université Claude Bernard Lyon 1, s’intéresse à la nano-WAC-MS : un outil de criblage innovant et ultra-miniaturisé des interactions protéine membranaire/ligand pour le Fragment Based Drug Discovery (ou conception de médicaments par la méthode des fragments).

- NeurActiv, porté par Apoutou N’DJIN W de l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale, étudie l’activité neuronale induite par ultrasons : de la transduction mécano-électrique à la prothèse de stimulation cérébrale

- PRESB-INNOV-US, porté par Gilles Thuret de l’Université de Saint-Etienne, vise un changement radical de paradigme pour vaincre la presbytie.

- seroDRAVET, porté par Sylvain Rheims des Hospices Civils de Lyon, s’intéresse à la relation entre dysfonctionnement sérotoninergique du tronc cérébral et trouble respiratoire lié à l’épilepsie dans le syndrome de Dravet.

- SolvingMEFVariants, porté par Thomas Henry de l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale, réalise une étude exhaustive des variants de séquence codante du gène MEFV (gène humain qui fournit des instructions pour fabriquer une protéine appelée pyrine, produite dans certains globules blancs qui jouent un rôle dans l’inflammation et dans la lutte contre les infections) : une nouvelle méthodologie appliquée à deux maladies auto inflammatoires.

- SWEET-DISPLAY, porté par Sami Halila du Centre de Recherches sur les Macromolécules Végétales, s’intéresse à la synthèse directe de glycoamphiphiles comme couches actives d’un biocapteur à cristaux liquides.

- TriMAMvirate, porté par Jennifer Rieusset de l’Université Claude Bernard Lyon, étudie le ciblage coordonné des sites de contact RE-mitochondries dans les cellules de l’intestin, du pancréas et du foie, un triumvirat pour un contrôle optimal de l’homéostasie du glucose.

Natalia Bomchil, responsable innovation de Lyonbiopôle Auvergne-Rhône-Alpes, conclut : « De plus en plus de guichets de financement existent, et il peut parfois être difficile de s’y retrouver. C’est pourquoi notre accompagnement dans ce domaine prend tout son sens et monte en puissance d’année en année. Notre rôle est de repérer les bons appels à projets pour les bonnes structures afin de les accompagner et les conseiller au mieux, qu’il s’agisse de guichets régionaux, nationaux ou européens ».

https://www.lyonbiopole.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: