En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Coénove, 5ème période des CEE : Double peine pour les consommateurs

Publication: 8 juin

Partagez sur
 
1er outil financier au service de la rénovation énergétique, les certificats d’économie d’énergie entreront dans leur 5ème période au 1er janvier 2022...
 

Alors que les textes réglementaires viennent d’être publiés et dressent les lignes directrices des 4 années à venir, Coénove dénonce des arbitrages qui pénalisent à nouveau durement l’énergie gaz, faisant fi de ses qualités et de son potentiel de verdissement.

Après la RE2020 ramenant le gaz à la portion congrue dans la construction neuve du fait de l’absence de distinction entre le gaz fossile et le gaz renouvelable, la situation dans le logement existant ne semble guère plus favorable au regard de la 5ème période des CEE.

Alors même qu’une augmentation de plus de 50% de l’obligation va peser sur l’énergie gaz et donc de facto sur la facture des ménages chauffés à cette énergie, l’arrêt anticipé de 6 mois des Coups de pouce pour le renouvellement des chaudières, y compris dans le cadre des conversions fioul, s’apparente à la double peine pour les consommateurs.

Une décision d’autant plus critiquable que seul 40% du parc de chaudières gaz est à très haute performance énergétique (THPE) et que plus de 1 million de logements chauffés au fioul sont à proximité directe du réseau de gaz. Rappelons que leur remplacement permettrait des gains substantiels de performance énergétique respectivement de 30 et de 50%.

Coénove dénonce ces mesures qui viennent une fois de plus stigmatiser la filière gaz et porte préjudice aux consommateurs de gaz doublement pénalisés : outre l’augmentation de leur facture énergétique, ils perdent un soutien financier direct leur permettant de renouveler leur équipement de chauffage. Sauf à changer d’énergie.

« Même si le gouvernement s’en défend, ses récents arbitrages tant sur le neuf que désormais sur l’existant montrent une volonté d’éliminer le gaz du bâtiment, sans tenir aucun compte de ses qualités et de la satisfaction qu’il procure à ses utilisateurs, ni d’ailleurs de son verdissement annoncé du service rendu au réseau électrique », conclut Bernard Aulagne, Président de Coénove qui craint pour les conséquences de ces décisions arbitraires sur l’approvisionnement énergétique de la France, notamment en période hivernale.

https://www.coenove.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: