En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Création de la SATT Lyon - Saint-Etienne, Tremplin de l’innovation et de la création d’entreprises en Rhône-Alpes

Publication: Janvier 2014

Partagez sur
 
L’Assemblée Générale Constitutive de la SATT Lyon - Saint-Etienne, a eu lieu le 20 décembre 2013, sous la présidence d’honneur de Jean-François Carenco, préfet de la Région Rhône-Alpes et préfet du Rhône, et ses statuts ont été déposés au tribunal administratif de Lyon en ce début d’année 2014...
 

La SATT a pour mission de permettre aux entreprises innovantes dʼéclore et aux entreprises existantes de créer de lʼactivité et des emplois, par transfert des résultats de la recherche publique. La SATT, société par actions simplifiée (SAS) est dotée dʼun capital social dʼ1 million dʼeuros et de comptes courants dʼassociés de 53 M€ (sur une période de 10 ans). Elle est présidée par Marc Le Gal, actuel directeur de Lyon Science Transfert. Elle est détenue à 34 % par lʼUniversité de Lyon, représentée au sein du conseil dʼadministration par son président Khaled Bouabdallah, à 33 % par le CNRS Rhône-Auvergne, représenté par Frédéric Faure son délégué régional, et à 33 % par la Caisse des Dépôts, représentée par Patrick François, son directeur régional Rhône-Alpes. Au côté de ces trois actionnaires, siègeront également au Conseil dʼAdministration, le ministère de lʼEnseignement Supérieur et de la Recherche, le ministère du Redressement Productif et la Banque Publique dʼInvestissement.

Les collectivités territoriales (Conseil Régional, Grand Lyon, Saint-Etienne Métropole) seront invitées à y participer en qualité dʼobservateurs. Un modèle économique innovant La SATT de Lyon - Saint-Etienne sera un véritable tremplin de lʼinnovation et de la création dʼentreprises en Rhône-Alpes. Elle a bénéficié du soutien financier du Programme dʼInvestissements dʼAvenir (PIA), piloté par le Commissariat général à lʼinvestissement. LʼEtat, via lʼAgence Nationale de la Recherche (ANR) agissant comme opérateur sur cette action, investira ainsi 57 M€ en 10 ans dans la SATT Lyon Saint-Etienne. La Région Rhône- Alpes et le Grand Lyon devraient très prochainement apporter leur concours à lʼopération. Les ressources mobilisées au profit des projets issus du monde académique devraient être multipliées par 3,5 comparativement à la situation moyenne des 3 dernières années.

Les ressources financières de la SATT lui permettront, pour les 10 années à venir, principalement de financer les phases de maturation (prototypes, changement dʼéchelle, preuves de concept, études de marché, analyses de la concurrence en matière de propriété intellectuelle) et dʼassurer la protection des inventions (par le dépôt de demandes de brevets principalement). La SATT assurera, selon les cas, la mise en place dʼaccords dʼexploitation avec les entreprises intéressées ou la création de start-up dont elle pourra être actionnaire par apport en nature. Doubler le nombre de brevets exploités et multiplier par 3 fois le nombre dʼentreprises créées Khaled Bouabdallah, a déclaré : « Le territoire de lʼuniversité de Lyon - Saint-Etienne est le premier site universitaire français après le site de lʼIle-de-France, il compte plus de 120 000 étudiants, 11 500 chercheurs et enseignants chercheurs et plus de 5 700 doctorants.

Ces talents auront, dès 2014, un outil unique de valorisation en France ». Frédéric Faure, a renchéri : « Cʼest la première SATT française intégrant lʼactivité dʼincubation dès sa création, ce qui est primordial pour la création de start-up ».

Ainsi, la SATT Lyon - Saint-Etienne a 4 objectifs clés :

- diagnostiquer 80 nouveaux projets de maturation en 2014 et passer à plus de 150 projets par an à partir de 2020 ;

- accompagner et financer près de 30 nouveaux projets innovants en 2014, puis 40 en 2020 ;

- générer des activités et revenus financiers pour sa propre autonomie à 10 ans et pour les établissements actionnaires et les chercheurs ;

- multiplier par 3 en 10 ans, la création de start-up adossées aux inventions et compétences des laboratoires de recherche publique.

Patrick François, directeur régional Rhône-Alpes de la Caisse des Dépôts a dʼailleurs précisé : «  Cʼest une révolution culturelle. En tant que partenaire du développement économique des territoires, nous sommes très heureux de pouvoir accompagner concrètement la SATT dans cette prise de responsabilité ». Des compétences existantes rassemblées pour une expertise consolidée Sur le plan opérationnel, la SATT Lyon - Saint-Etienne prendra appui sur le regroupement en une seule et même organisation des compétences de deux structures opérant dans le périmètre de lʼUniversité de Lyon : Lyon Science Transfert, principalement centrée. sur la maturation de projets adossés à des brevets et de celles de CREALYS, centrée sur lʼaccompagnement de chercheurs et dʼentrepreneurs à la création dʼentreprises innovantes.

Le regroupement de ces deux structures va permettre non seulement de réaliser des économies dʼéchelle mais aussi dʼoptimiser lʼaccompagnement des chercheurs et des entreprises.

Clé du succès : une bonne intégration dans lʼécosystème régional Lʼénergie et les ressources mobilisées dans cette société produiront dʼautant plus dʼeffet sur le développement économique du territoire, que lʼensemble des acteurs travailleront en bonne intelligence. Lʼarticulation avec les collectivités territoriales est de ce point de vue déterminant. Le développement des synergies avec les autres outils du Programme dʼInvestissements dʼAvenir (IRT, ITE, Labex, Equipex), les organisations rassemblant les entreprises du territoire (Pôles de compétitivité, CCI, Medef, CGPME) et les opérateurs du financement des entreprises innovantes constituent également un enjeu pour la performancedu système.

Ces organisations seront invitées par la SATT à contribuer à lʼévaluation et au pilotage des projets.

Pour Marc Le Gal, son président, « La SATT Lyon Saint-Etienne doit être un outil du transfert des résultats du monde académique vers le monde socio-économique mais aussi un centre de ressources pour les entreprises et entrepreneurs souhaitant développer leur activité ».

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email:


 

Dans la même rubrique