En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Le bardage ventilé StoVentec épouse les courbes d’un bâtiment tertiaire

Publication: 27 janvier

Partagez sur
 
Le siège lyonnais du syndicat Allizé Plasturgie habille ses courbes du bardage ventilé StoVentec recouvert d’un enduit lisse et du revêtement décoratif à effets métalliques StoColor Metallic...
 

Le 24 septembre 2018 ouvrait à Lyon Plast To Be, un bâtiment de 2 810 m2 abritant un espace de formation et d’accueil de porteurs de projets de la filière plasturgie. L’idée a germé en 2015 au sein d’Allizé Plasturgie, un syndicat professionnel réunissant un millier d’entreprises de transformation des matières plastiques*. Son Délégué Général Emmanuel Rossi prend en main le projet qui consiste à regrouper sous un même toit le siège du syndicat et le pôle de formation plasturgie et composites ainsi qu’un espace d’exposition, alors dispersés dans les 3ème et 8ème arrondissements de Lyon. Le projet est réalisé dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir The Plast to Be, bénéficiant du soutien financier de la Région Auvergne Rhône-Alpes et de la Banque des Territoires pour le compte de l’Etat.

*Depuis le 1er janvier 2021 ce bâtiment abrite désormais le site lyonnais de Polyvia, union nationale des transformateurs de polymères. Allizé Plasturgie a en effet fusionné avec la Fédération française de plasturgie et les autres syndicats régionaux pour ne former qu’une seule entité représentative.

Un bâtiment aux lignes souples

Au terme d’une concertation avec les 150 salariés permanents et les industriels membres du syndicat, le cahier des charges du projet est validé et un concours est lancé en 2016 auprès de cinq agences d’architecture. Le terrain acquis par Allizé Plasturgie est situé sur le boulevard Michelet (Lyon 8ème) et occupé par un bâtiment ayant abrité les laboratoires de l’industriel Boiron Emballage. Le lauréat du concours est l’agence Patriarche qui prend le parti de ne rien conserver de l’ancien bâtiment et dessine un projet jugé très esthétique par le maître d’ouvrage. Il offre la possibilité d’une éventuelle extension future sans nuire à l’équilibre de l’ensemble. Le projet se développe sur la partie Est du terrain, caractérisée par sa forme en pointe. Il épouse la forme de la parcelle et propose des lignes souples, des façades aux angles arrondis qui se lisent comme une superposition de bandes horizontales. Sur les deux étages s’alternent des bandes habillées de bardage et de vitrages. Au niveau de l’entrée principale, la façade en retrait dessine un parvis dans l’emprise du bâtiment.

Des plaques à base de verre expansé recyclé

Dans sa version initiale, le bâtiment est habillé d’un bardage métallique qui ne convient pas au maître d’ouvrage : il évoque plus l’industrie métallurgique que celle du plastique. L’architecte travaille à nouveau son projet et propose un bardage ventilé en panneaux composites, le StoVentec, plus en adéquation avec le voeu des plasturgistes tout en permettant de s’adapter aux formes du bâtiment.

La proposition est acceptée. « Les plaques en matériau composite du système StoVentec sont en accord avec l’innovation permanente qui caractérise l’industrie de la plasturgie », note Emmanuel Rossi. Les plaques en mortier de granulats de verre expansé recyclé seront revêtues d’un enduit lisse blanc, un revêtement décoratif anthracite à l’aspect métallique recouvrira celui-ci entre les châssis vitrés pour assurer la continuité des bandes sombres.

Des rayons de courbure différents

La principale difficulté technique de cette solution est de réaliser les courbes de la façade à partir de plaques StoVentec planes. « Il a fallu trouver une entreprise expérimentée capable de réaliser ce travail avec minutie et précaution », relate Emmanuel Rossi. C’est la société Reppelin Entreprise qui est retenue. Cette entreprise familiale d’une cinquantaine de personnes implantée en région lyonnaise consacre l’essentiel de son activité en réhabilitation de ravalement de façade mais réalise aussi des chantiers en tertiaire neuf. Elle répond à l’appel d’offres de travaux début 2018 et réalise le chantier de mars à septembre de la même année. Le mode opératoire est défini avec l’agence Patriarche et l’assistance technique de Sto. A chaque angle du bâtiment le rayon de courbure de l’arrondi est différent, variant de 1 m à 1,50 m. Un plan de calepinage précis de la façade est donc réalisé.

Une sous-construction horizontale dans les angles

Sur les parties planes de la façade, l’ossature aluminium du système StoVentec R Enduits est fixée sur le mur en béton par l’intermédiaire d’équerres en aluminium. Dans les courbes, cette ossature est complétée par une sous-construction horizontale en profilés plats d’aluminium sur lesquels viendront se plaquer les plaques cintrées de 12 mm d’épaisseur. Les plaques sont rainurées en usine de manière à ne pas abîmer la fibre de verre à l’arrière, permettant ainsi un cintrage sur mesure sur site. Leur âme en mortier de granulats de verre expansé est revêtue sur les deux faces d’une armature en fibre de verre pour renforcer la résistance mécanique. Les rainures tracées sur la face externe de chaque plaque s’ouvrent afin d’obtenir le cintrage désiré. Le parement intérieur, resté intact grâce au voile de verre, est plaqué contre les lisses horizontales en aluminium, puis les plaques sont vissées sur la sous-construction.

Enduit lisse et effets métalliques

Un enduit de base armé d’un treillis en fibre de verre vient ensuite combler la multitude de rainures pratiquées dans les plaques StoVentec et masquer les facettes. Après l’application de la couche de base armée, deux passes d’enduit de finition Stolit MP blanc taloché feutré parachèvent la façade en offrant une surface lisse. « L’application d’un enduit très lisse est délicate car il suit les défauts du support », souligne François Reppelin, directeur de l’entreprise. Une transition douce entre les parties planes et cintrées de la façade doit aussi être assurée.

Le savoir-faire de l’équipe de peintres-façadiers-bardeurs est encore mis à l’épreuve lors de l’application du revêtement décoratif StoColor Metallic. La mise en oeuvre devra être soignée avec des gestes réguliers et précis pour éviter le chevauchement et les traces de rouleau.

Satisfaction unanime

Le résultat est à la hauteur des attentes du maître d’ouvrage comme de l’architecte. Et pour François Reppelin, « l’opération constitue une belle référence pour l’entreprise qui est très fière d’avoir relevé ce challenge. » « L’ensemble du chantier a été réalisé en vingt mois (démolition comprise), sans dépassement de délai ni de budget », se félicite Emmanuel Rossi qui s’est beaucoup impliqué dans ce projet et a contribué à la bonne coordination entre les différents intervenants. « Depuis sa construction, le bâtiment suscite la curiosité des riverains et des passants », complète l’ex-délégué général. Aujourd’hui à la retraite, il estime avoir terminé sa carrière « magnifiquement » avec cette superbe réalisation. Quant aux occupants du bâtiment, ils apprécient depuis deux ans son confort thermique et acoustique autant que son esthétique.

https://www.sto.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: