En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Articles

Hinkley Point : la filière nucléaire française exporte

Publication: 21 septembre

Partagez sur
 
La Société Française d’Energie Nucléaire (SFEN) se félicite de la décision du gouvernement britannique de lancer la construction de deux réacteurs de troisième génération, EPR, sur le site d’Hinkley Point...
 

Ce succès montre la capacité de la filière nucléaire française à exporter son savoir-faire. Il s’agit également d’une étape majeure dans la coopération industrielle entre les filières nucléaires françaises et britanniques. A deux mois de la COP22, cette décision place la France et le Royaume-Uni en pointe dans la lutte contre le changement climatique.

Le projet Hinkley Point en 4 points

- Miser sur les énergies bas carbone : renouvelables et nucléaire - Actuellement, 66 % de la production d’électricité britannique provient des énergies carbonées (charbon et gaz). Pour réduire ses émissions de CO2 et sécuriser son approvisionnement énergétique, le pays investit massivement dans toutes les énergies bas carbone1 matures, en particulier l’éolien et le nucléaire.

- Donner de la visibilité aux investisseurs - Au Royaume-Uni, pays de culture libérale, les investissements viennent du secteur privé. Pour attirer les investisseurs, la puissance publique a développé des outils leur permettant d’avoir une vision à long-terme du prix de vente de l’électricité. Les contrats pour différence, appliqués à l’ensemble des énergies bas carbone (renouvelables et nucléaire), donnent aux investisseurs une visibilité sur 35 ans.

- Créer de l’emploi en France - La construction des deux EPR créera de nombreux emplois au Royaume-Uni, mais également en France où seront réalisées l’ingénierie et la fabrication de certains composants. Ce chantier bénéficiera à l’ensemble du tissu industriel français : des grands groupes aux ETI. Sur les 21,6 milliards d’euros nécessaires à l’aboutissement du projet, 40 % des contrats bénéficieront à l’industrie française. Selon une étude PWC de 2011, un EPR implanté en Europe génère près de 3750 emplois par an en France, pendant la phase de construction.

- Donner un nouvel élan à la filière nucléaire française - Choisie par le Royaume- Uni comme l’un des principaux acteurs du renouvellement de son parc nucléaire, la filière française réaffirme son leadership et marque sa capacité à gagner des marchés à l’export. La réalisation Hinkley Point s’appuiera sur le retour d’expérience des quatre EPR en construction. Ce projet permettra à la France de consolider son savoir-faire en matière de construction de nouveaux réacteurs dans un marché en croissance2 et consolidera les compétences de l’industrie française dans la perspective du renouvellement du parc nucléaire.

http://www.sfen.org/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: