En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

ISG publie son étude trimestrielle ISG Index™

Publication: 2 septembre

Partagez sur
 
ISG : La croissance du marché SaaS dans la zone EMEA contraste avec l’activité morose de l’outsourcing traditionnel...
 

Information Services Group (ISG), société leader dans le domaine des perspectives technologiques, de l’analyse du marché et du conseil, annonce les conclusions de son rapport EMEA ISG Index™ pour le second trimestre 2016. Celui-ci inclut pour la première fois, une analyse du marché SaaS en plein développement.

L’EMEA ISG Index™, qui évalue les contrats d’externalisation d’une valeur supérieure à 4 millions d’euros, annonce que la valeur annuelle totale au second trimestre pour le marché EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) a reculé de 18% par rapport à l’année précédente (2,2 milliards d’euros). L’activité du marché traditionnel du sourcing a chuté de 28%, soit 1,6 milliard d’euros, sa valeur annuelle la plus basse en sept ans. Ceci s’explique par une diminution de contrats de taille importante et un recul net des restructurations de contrats. Le marché SaaS, estimé à 600 millions d’euros, affiche une progression de 38% pour la même période.

Au cours des six premiers mois de l’année, le marché EMEA a enregistré 4,9 milliards d’euros de valeur annuelle des contrats, montant inchangé par rapport à l’année précédente. Même si les valeurs de l’outsourcing traditionnel sont à la baisse pour cette période, la valeur annuelle des contrats SaaS a progressé de 38%, atteignant son plus haut niveau historique et dépassant pour la première fois le seuil du milliard d’euros.. Cette croissance s’explique par la forte intensification de l’activité Infrastructure SaaS, en progression de 63%. L’activité Software as a Service (SaaS) enregistre une croissance respectable de 9% durant la même période.

Ces activités SaaS représentent à présent 36% du marché mondial cumulé, soit près de deux fois leur part depuis début 2014. ISG prévoit que ce segment poursuivra ce rythme de croissance au cours des prochains mois et des années à venir. Que ce soit à l’international et dans la zone EMEA, ce segment bénéficiera directement de l’automatisation accrue et de la migration des opérations des clients dans le cloud. Le marché mondial cumulé affiche une valeur annuelle des contrats de 6,4 milliards d’euros au second trimestre, soit 2% de moins que l’année précédente. Sur la moitié de l’année, la valeur annuelle globale des contrats de 13,4 milliards d’euros affichait une augmentation de 10% par rapport au premier semestre 2015, avec des valeurs record pour l’activité SaaS qui compensent en partie la mauvaise performance du marché de l’outsourcing traditionnel.

Etat du marché dans les différents pays

Les pays nordiques ont pris le devant. Au premier semestre, la valeur annuelle des contrats d’outsourcing traditionnel était 25% supérieure à celle du second semestre 2015, et avait plus que doublé par rapport au premier semestre 2015. La France suit avec des valeurs en progression de 14% par rapport au semestre précédent et d’un tiers en glissement annuel du fait de l’attribution de plusieurs contrats importants. La performance des autres sous-régions reste toutefois morose.

Au Royaume-Uni, plus gros marché de la zone EMEA, les chiffres révèlent une forte hausse de près de 40% de la valeur des contrats d’outsourcing traditionnel comparée à celle du semestre précédent jugé plutôt moyen. Par rapport au premier semestre 2015, la valeur annuelle des contrats a chuté de 11% sous l’effet du recul de l’activité de passation de contrats.

Malgré la bonne santé de l’activité, en progression d’un tiers ce semestre, la valeur annuelle du marché traditionnel dans la région DACH (Allemagne, Autriche et Suisse) affiche un déclin de 71% par rapport au semestre précédent et de 30% par rapport au premier semestre 2015, sous l’effet d’une grande prudence affichée des grands groupes de ce marché vis-à-vis de certains nouveaux services de transformation des entreprises.

Décomposition par secteurs

Par secteur, celui des Services financiers domine en termes de valeur et de contrats signés. La valeur annuelle de 1 milliard d’euros est en léger recul de 17% par rapport au premier semestre 2015, alors que le nombre de contrats est en hausse de 17% pour la même période.

L’industrie manufacturière affiche sa meilleure performance sur 12 mois depuis 2011 et même si ce semestre est légèrement en recul par rapport à la performance exceptionnelle du semestre précédent, l’impression demeure positive, avec une progression de 34% par rapport à l’année précédente.

D’autres secteurs d’industrie affichent de moins bonnes performances en cette fin de semestre ; à l’exception du secteur de la vente au détail, en légère hausse mais partant toutefois d’un niveau très bas.

Lyonel Roüast, Partner et President d’ISG SEMEA, commente : « Les marchés du sourcing traditionnel dans la région EMEA ont affiché un recul de l’activité au second trimestre et enregistrent une performance inférieure aux prévisions en raison d’un nombre insuffisant de contrats importants, de restructurations et sous l’effet de facteurs macroéconomiques, vecteurs de difficultés dans l’Union européenne. Ces derniers, et en particulier le résultat négatif du référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l’UE, continueront d’avoir des effets, même s’il est trop tôt pour dire précisément lesquels. Nous pensons que la valeur annuelle des contrats sur le marché traditionnel pour l’année sera probablement inférieure à celle de 2015. »« Dans le même temps, la croissance du marché SaaS devrait se poursuivre dès lors que les entreprises de la région EMEA prendront conscience des gains de flexibilité et de rapidité de ces offres. »

http://www.isg-one.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: