En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Le Syndicat National du Décolletage se mobilise

Publication: 1er avril

Partagez sur
 
Des entreprises en reprise d’activité et une solidarité de la profession décolletage et usinage engagée par le syndicat national du décolletage...
 

La crise économique mondiale déclenchée par l’épidémie de CoVid-19 d’une ampleur sans précédent, impacte fortement l’activité des entreprises. La filière du décolletage comme d’autres secteurs doit s’adapter, se réorganiser et se protéger des impacts économiques et sanitaires. Malgré une baisse de 60% de l’activité, plus de la moitié des décolleteurs ont déjà mis en place des mesures sanitaires strictes afin de maintenir une activité. Toute la profession reste mobilisée pour tenter de reprendre la production cette semaine dans les meilleures conditions. Le SNDEC a diffusé le 26 mars dernier un guide de mesures préventives au COVID 19 réalisé en collaboration avec le Cetim, la Chambre syndicale de la Métallurgie Haute-Savoie et Mont-Blanc Industries. Dans cette période exceptionnelle le Syndicat National du Décolletage adapte ses pratiques et se mobilise en soutien des entreprises en ouvrant notamment ses services à l’ensemble des entreprises de décolletage et d’usinage.

En reprise : plus de la moitie des entreprises de décolletage sont en activité

Un temps d’adaptation nécessaire et opérant pour une reprise en sécurité. Dans ce contexte ralenti, nombreuses entreprises de décolletage ont été contraintes de diminuer leur activité voire de fermer provisoirement leur usine pour mieux redémarrer. Les raisons sont multiples et chaque cas est particulier. En effet, que ce soit en raison de rupture d’approvisionnements, de difficultés de transport ou d’activité en baisse chez eux ou leur client, l’activité a extrêmement été réduite en moins d’une semaine. Parallèlement à cela, il a fallu réorganiser les conditions de travail afin de préserver la santé des salariés en poste de production notamment.

Lionel Baud, PDG du groupe Baud Industries et Président du SNDEC témoigne de leur continuité d’activité : « Nous couvrons des productions de pièces nécessaires aux activités dites essentielles et nos clients nous demandaient de continuer à produire. Nous avons instauré des mesures sanitaires très strictes : mise en place de mesure de température pour chaque personne entrant sur nos sites, maintien des portes ouvertes, nettoyage des outils et surfaces, maintien des distances de sécurité, etc… Ces mesures ont permis de rassurer nos équipes et nous avons pu ainsi maintenir la production, et nous continuerons de la même manière début avril avec la majeure partie de nos équipes »

Une guide de mesures préventives au COVID 19 spécialement conçu pour les entreprises mécaniciennes.

La capacité d’adaptation des entreprises est notable. Très rapidement, soutenues par le SNDEC, les entreprises se sont donc organisées pour définir leur plan de continuité d’activité tout en ajustant leur environnement de travail dans le respect des mesures sanitaires indispensables à la sécurité de tous. Le premier guide dédié à l’industrie élaboré par l’UIMM a contribué à faciliter ces nouvelles organisations. En complément, un nouveau guide de mesures préventives au COVID 19 a été diffusé à l’ensemble des décolleteurs et mécaniciens de France le 26 mars 2020. Proposé par le CETIM, la Chambre syndicale de la Métallurgie Haute-Savoie, Mont-Blanc Industries et le SNDEC, ce guide adapte les bonnes pratiques aux conditions de travail inhérentes à l’activité industrielle en usine.

Face à la baisse d’activité et au doute sanitaire, certaines entreprises ont d’abord décidé de fermer le temps de se réorganiser et d’établir un dialogue social favorable à la reprise d’activité.

Didier Lathuille, DG de Lathuille Hudry (62 salariés dont 41 en production) a fait ce choix pour mieux rebondir : « Nous avons choisi de fermer l’entreprise jusqu’à ce que nous puissions atteindre les conditions que nous avions définies avec les collaborateurs pour réorganiser l’activité et les postes de travail. Ce temps nous a permis d’instaurer un dialogue social favorable avec les salariés et de prendre toutes les dispositions qui s’imposent pour les protéger. »

Le SNDEC ouvre ses services d’accompagnement à l’ensemble des entreprises de D colletage et usinage

Une volonté d’ouverture et de solidarité d’actions : Le Conseil d’Administration du SNDEC, qui s’est réuni à distance le 26 mars 2020, a unanimement pris la décision d’ouvrir les services du syndicat à l’ensemble des décolleteurs adhérents ou non et à l’ensemble de la profession usinage afin de faire face aux difficultés résultantes de l’épidémie COVID19. En effet, dans ce contexte de crise sanitaire et économique, le besoin en accompagnement est quotidien. Le Syndicat a pour cela mis en place dès le 16 mars une cellule de crise qui lui a permis de déployer plusieurs actions directes auprès de ses adhérents.

La priorité d’informations immédiates laisse place à un suivi des actions et un lien durable collectif et individuel par de nouvelles modalités.

Dans ce sens, afin d’assurer et resserrer le lien avec les industriels, le SNDEC va mettre en place une plateforme d’échanges qui assurera le dialogue et l’appui opérationnel auprès des décolleteurs et usineurs.

« Nous accompagnons et continuerons d’aider les entreprises à traverser cette période chaotique et ce, quelques soient leurs choix. » souhaite Maxime Thonnérieux, directeur du SNDEC.

Mobilisation du SNDEC pour que les parties prenantes du monde économique soient attentives à la situation de la filière

Le soutien rapide à apporter aux entreprises est considérable et évolue quotidiennement. Voici trois actions au centre des préoccupations immédiates du SNDEC :

Mobilisé sur le suivi des dossiers d’activité partielle

Le SNDEC se mobilise pour être au plus près des entreprises afin de s’assurer que les dossiers d’activité partielle soient bien pris en compte par les services de l’Etat compte tenu de cette situation exceptionnelle.

Mobilisé sur le respect des délais de paiement

Dans une période où les entreprises se voient coupées de leurs principales sources de revenus, le SNDEC a alerté les représentants des pouvoirs publics et soutiendra les démarches nécessaires au respect des délais de paiement. Les sous-traitants ne doivent pas faire les frais de travaux d’optimisation de la trésorerie de leurs clients.

Mobilisé pour le maintien des plafonds d’encours de garantie de l’assurance-crédit

Le SNDEC engage une demande auprès des organismes d’assurance-crédit afin qu’elles prennent en compte la situation exceptionnelle de la filière et n’abaissent pas les plafonds d’encours de garantie des entreprises ce qui ponctionnerait encore un peu plus une trésorerie déjà très fragile. Le soutien de la Banque de France dans sa mission de médiation du crédit et de l’assurance est essentiel.

Les différentes actions menées actuellement par le SNDEC visent à préserver les entreprises pendant cette période extrêmement difficile. En complément de ces mesures immédiates, le SNDEC travaille aussi à anticiper la sortie de crise. En ce sens, certaines conditions seront favorables à une reprise économique et notamment la mise en place de mesures telle que la diminution des taxes de production.

http://www.sndec.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: