En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Nouveaux produits

NumWorks, le petit poucet de la calculatrice réussit son pari face à TI et Casio

Publication: 29 août

Partagez sur
 
Quel est le point commun entre les élèves du lycée Henri IV à Paris, du lycée Pierre Lagourgue de La Réunion ou encore du lycée Antoine de Saint-Exupéry de Fameck en Lorraine ? Dès ce lundi, ces lycéens mettront une calculatrice NumWorks dans leur sac à dos !...
 

Partout en France et bien au-delà, des milliers de professeurs ont choisi de recommander la nouvelle calculatrice française à leurs élèves et ce seront donc des dizaines de milliers d’élèves qui pourront explorer les mathématiques à l’aide de leur nouvelle calculatrice ultra-intuitive et collaborative.

Le petit poucet français de la calculatrice a réussi son pari d’une calculatrice qui fait aimer les mathématiques et s’est fait une place face aux deux géants internationaux !

Lancée à la rentrée 2017, il aura fallu moins d’un an à NumWorks pour se faire une place sur le marché fermé de la calculatrice graphique trusté depuis 30 ans par deux mastodontes l’un américain, l’autre japonais. Des centaines de lycées ont déjà choisi de recommander la calculatrice française à leurs élèves. Pourquoi ce choix ? Son utilisation simple et intuitive facilite l’enseignement en classe et l’apprentissage des élèves. De plus, NumWorks est la première calculatrice open source et parfaitement en phase avec les nouveaux programmes, elle intègre par exemple une application pour programmer en Python, le langage star des développeurs.

La petite nouvelle, NumWorks, a su réveiller le marché somnolant de la calculatrice graphique et trouver son public. En moins d’un an, les professeurs de mathématiques, premiers prescripteurs de cet outil, ont été séduits par son ergonomie, son caractère innovant, et recommandent son achat à leurs élèves.

La calculatrice NumWorks a été conçue après plus d’un an de R&D en reprenant les codes des smartphones et des consoles de jeux, et contrairement à ses concurrentes, elle offre une navigation fluide et ultra-intuitive pour simplifier l’apprentissage des maths, même pour les plus récalcitrants.

Open source et évolutive, NumWorks est la première à intégrer une application Python, dont l’apprentissage est obligatoire au lycée et a même organisé des ateliers pour faire découvrir ce langage aux professeurs débutants. Car outre la technologie, une des forces de la startup est d’être à l’écoute de sa communauté (profs, élèves, geeks) et de collaborer pour que le produit réponde au mieux à ses besoins.

C’est ainsi qu’en un an, la calculatrice a connu quelques évolutions, basées sur le retour des professeurs : la couleur des boutons est légèrement plus foncée par exemple, pour mieux identifier les fonctions. Certains profs vont encore plus loin et créent, bénévolement, des ressources pédagogiques disponibles gratuitement sur le site internet de NumWorks permettant aux élèves de s’entraîner sur des points précis.

C’est le cas de Claire Savinas, professeure au lycée Jean Vilar proche d’Avignon, et de Philippe Moutou, professeur au lycée parisien Henri IV, qui sont des contributeurs actifs de la communauté NumWorks. Séduits par l’ouverture de la calculatrice, sa simplicité d’utilisation et la philosophie de la marque, ils ont fait le choix de la recommander à leurs collègues et à leurs élèves. Et ils ne sont pas les seuls professeurs séduits puisque plus de 90% des professeurs ayant utilisé la calculatrice NumWorks se déclarent satisfaits !

La révolution Française de la calculatrice

En un an, NumWorks a atteint son premier objectif de réveiller l’industrie en prenant de court Casio et Texas Instrument, ces deux géants qui se partageaient jusqu’ici le marché mondial, avec des produits datés. La startup française a même inspiré ses concurrents, qui devraient également sortir dans les prochains mois une application Python pour tenter de rattraper leur retard face à leur jeune challenger.

Romain Goyet, fondateur de NumWorks se réjouit des premiers retours : « ce premier bilan est ultra positif pour nous ! Notre philosophie et notre produit ont trouvé leur public et nous avons la chance de pouvoir nous appuyer sur une communauté d’utilisateurs ultra-réactive pour affiner les fonctionnalités de la calculatrice. C’est aussi très encourageant de voir que les géants du secteur nous emboîtent le pas pour développer des applications similaires aux nôtres, c’est une vraie reconnaissance ! Nous sommes surtout très heureux de voir que tant de professeurs recommandent NumWorks, du grand lycée parisien au lycée classé REP, et que des milliers d’élèves vont pouvoir appréhender les maths plus sereinement avec cette calculatrice universelle ! »

Et pour que l’outil soit universel, les concepteurs de NumWorks ont opté pour l’open source. Ce qui signifie que NumWorks est la première calculatrice totalement transparente : toutes les connaissances qu’elle regroupe sont disponibles en ligne sous licence Creative Commons. De même, tous les plans techniques sont disponibles sur le site et, à la différence d’autres appareils, NumWorks peut se démonter et se remonter.

L’utilisateur peut ajouter lui-même ses propres fonctionnalités et la communauté a la possibilité de proposer des améliorations pour en faire un outil toujours plus performant et durable dans le temps, comme l’a fait un jeune Toulousain pour proposer la première version occitane.

NumWorks : repenser l’outil pour réenchanter les maths

Plus d’un an de R&D et une équipe d’ingénieurs passionnés ont été nécessaires pour créer NumWorks. Partis d’une feuille blanche, ils ont entièrement repensé le logiciel de la calculatrice et ont reprogrammé étape par étape l’ensemble des fonctions de la calculatrice graphique. L’utilisation a été conceptualisée pour offrir une expérience la plus intuitive qui soit.

Sur le menu principal, NumWorks ne présente que les applications essentielles pour les lycéens : calculs, fonctions, suites, statistiques, probabilités, régressions, équations et Python. Les applications ont été réalisées avec des professeurs et en conformité avec les programmes scolaires de toutes les sections du lycée. La présentation de ces fonctions est claire : pas d’abréviations ou d’acronymes incompréhensibles.

Les fonctions sont directement accessibles depuis le menu principal, sans passer par des combinaisons de touches compliquées. Alors que les Casio et autres Texas Instruments consacrent des milliers d’heures par an pour former professeurs et élèves au maniement de leurs appareils, la prise en main de la calculatrice NumWorks ne nécessite pas de mode d’emploi. L’étudiant ou le professeur peut immédiatement s’immerger dans la transcendance du monde parfait des mathématiques.

L’expérience utilisateur au centre du design

Cet objet pédagogique s’adresse en premier lieu aux professeurs et aux 2,1 millions de lycéens en France. NumWorks reprend l’ergonomie de produits qui leur sont familiers tels que les smartphones ou les consoles de jeu, pour qu’ils se l’approprient instantanément. Rechargeable grâce à son port micro USB, NumWorks affiche une autonomie de 20 heures en fonctionnement intensif et de plusieurs années en veille.

Le design simple et épuré de cette calculatrice est en soi une prouesse. Elle ne pèse que 167 grammes pour seulement 10 millimètres d’épaisseur, ce qui en fait à la fois l’appareil le plus fin et le plus léger au monde.

NumWorks : Prix public généralement constaté 79.99€.

http://www.numworks.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: