En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Zoom sur les avancées de l’équipe de recherche BioTim

Publication: 22 février

Partagez sur
 
Cette équipe multidisciplinaire qui relève du laboratoire LaMCUBE compte 19 chercheurs de Centrale Lille aux profils variés et complémentaires : des enseignants-chercheurs, des ingénieurs en mécanique et des hospitalo-universitaires...
 

Leurs travaux mettent l’accent sur la caractérisation, la simulation numérique, la modélisation patient-spécifique et la confrontation à la réalité médicale. Ils participent à l’émergence d’une filière bio-santé d’excellence.

3 des récentes avancées de leurs recherches viennent accroître son rayonnement international :

- 1er sujet : La cure du prolapsus pelvien. Des brevets viennent d’être déposés à l’INPI pour développer une sonde de mesure intra-vaginale utilisable dans un environnement IRM. Son utilisation sera possible en 2018 après avoir obtenu les autorisations auprès de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) pour permettre une phase d’essai pré-clinique. Cette idée issue d’un dialogue constant entre praticiens et chercheurs répond à un réel besoin : l’enjeu n’est plus seulement de produire des images de qualité grâce à l’imagerie par résonnance magnétique (IRM), mais d’y coupler des mesures quantitatives pour remonter aux propriétés mécaniques des organes, ligaments et muscles impliqués dans la statique pelvienne, et ainsi détecter, améliorer la compréhension des pathologies, faciliter leur prise en charge, voire la simulation de leur chirurgie.

- Autre champ de recherche prometteur : l’ingénierie tissulaire (tissue engineering). L’innovation dans ce domaine est portée par l’impression 3D. Une fois que BioTim maîtrisera le procédé de bio-impression de tissus, une collaboration s’engagera avec University of Illinois at Urbana Champaign et le KU Leuwen pour comprendre leur vieillissement et mieux cerner leur mécanisme d’endommagement.

- 3ème axe : Un mannequin d’enseignement des soins en gynécologie-obstétrique est sur le point d’être conçu en collaboration avec les facultés de médecine de Lille et l’université de l’Illinois. Ce simulateur d’apprentissage devrait changer la vie des apprenants, habitués à s’exercer sur des mannequins peu sophistiqués. Il intégrera différents scénarios d’accouchement pour leur apprendre les gestes et manœuvres à maîtriser, fournira des sensations et une élasticité, une rigidité, autrement dit une mobilité plus proche de la réalité. Par ailleurs, l’approche basée sur la réalité augmentée est envisagée pour délivrer des informations avec lesquelles l’apprenant pourra interagir.

Pour permettre aux équipes d’aller encore plus loin, Centrale Lille prévoit d’ouvrir un espace dédié à la recherche en ingénierie biomédicale.

Un projet de travail en commun entre BioTim du LaMCUBE et le groupe Aiman-Films de l’IEMN (Institut d’Electronique, Micro-électronique et Nanotechnologie) est également à l’étude ; il viserait le développement de méthodes d’imageries ultrasonores quantitatives, voire de théragnostique, en complément de l’IRM.

http://centralelille.fr

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: