En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Pirelli sur la 1ère marche du podium

Publication: 27 juin

Partagez sur
 
Pour la quatrième fois consécutive !...
 

Pour la quatrième manche du championnat de France des rallyes asphalte, le rallye du Limousin faisait son grand retour ce weekend. Retour marqué par un nouveau tracé, aux routes larges et rapides, avec des portions très sales et sinueuses, sur un total de 13 épreuves chronométrées. La météo ne s’annonçait pas favorable sur la première journée de course, alors qu’une amélioration était prévue pour la seconde. Seulement 78 équipages étaient engagés et parmi les prétendants à la victoire, David Salanon s’est élancé affublé du numéro 1, toujours accompagné à sa droite par Laurent Magat dans l’habitacle de leur Ford Fiesta WRC.

"Je suis très content de venir sur ce rallye que j’ai déjà fait plusieurs fois. Les organisateurs nous ont concocté un rallye complet avec des routes représentatives de la région, des passages entre les maisons dans des hameaux, où il faudra être prudent. Je viens avec comme ambition de réduire l’écart au championnat avec Sylvain Michel (actuel leader). Je ferai le point samedi soir pour savoir ensuite ce qu’il adviendra de la poursuite ou non en championnat"

Pour Eric Brunson qui s’élançait avec le numéro 2 sur les portières de sa Ford Fiesta, l’état d’esprit était tout autre : "Cela fait 3 ans que je ne suis pas venu sur ce rallye, mais je suis très heureux d’être là ! Je n’ai qu’un but, me faire plaisir, rouler pour faire le meilleur résultat possible. Je ne pense pas au championnat, je vais juste essayer de voir enfin une arrivée et pourquoi pas de m’imposer en championnat de France et ailleurs qu’au Touquet ! De plus, je vais avoir un nouveau copilote ce weekend, Thomas Roux, nous allons essayer de donner le meilleur de nous mêmes et nous verrons samedi soir ce que nous aurons réussi à faire !"

Les prévisionnistes ne s’étaient pas trompés et les premières spéciales se sont disputées sous une alternance de sec et de fortes pluies. Eric Brunson partait le plus vite en signant le temps de référence sur l’épreuve chronométrée numéro 1. Dès la suivante les deux pilotes Pirelli préféraient assurer, en étant second et troisième meilleurs temps.

"Il y a beaucoup de glisse dans la spéciale, j’ai levé dans certains endroits, je n’ai pas pris de risque !" avouait David Salanon au point stop de la seconde spéciale. Il occupait à cet instant la troisième place du classement.

"On a fait un bon choix de pneus, mais il y a beaucoup de glisse ! Il y a un peu de boue aussi, mais ça ne va pas trop mal !" déclarait Eric Brunson, second du général, à 4secondes 8 de Sylvain Michel qui a pris la tête.

Après une assistance rapide, les pilotes reprenaient pour la seconde fois la direction de la spéciale de Masseret et ses 11 kilomètres très rapides, avec des parties au revêtement glissant. La malchance semblait s’acharner sur Eric Brunson qui connaissait une crevaison lente. Il se retrouvait alors quatrième à 6 secondes 3 du nouveau leader, Yoann Bonato. David Salanon signait quant à lui le troisième temps et occupait la même position au classement général à l’issue de ce chrono, à seulement 4 secondes du leader.

Après un temps de pause suivi d’une assistance au parc des expositions à Limoges, les équipages prenaient la direction du nord du département pour les trois dernières épreuves chronométrées de la journée. Dans la spéciale numéro 4, c’était David Salanon qui s’illustrait en signant le meilleur temps alors que Eric Brunson, troisième meilleur temps, se révélait inquiet :

"Je pense avoir cassé quelque chose à l’arrière droit... Décidément, la poisse me poursuit !" déclarait il au point stop de la spéciale, un tant soit peu dépité.

Mais, contre tout attente, il repartait à l’attaque, signant les deux meilleurs temps dans les deux dernières spéciales du jour, reprenant la tête du rallye et en reléguant David Salanon, excellent second, à plus de 11 secondes !

"Cette crevaison et l’amortisseur défaillant m’ont finalement remis le pied à l’étrier ! Je n’ai pas voulu renoncer, malgré le coup au moral, j’ai attaqué ! Et finalement, ça me donne beaucoup de confiance et de sérénité pour demain. On verra ensuite demain pour la météo." déclarait Eric Brunson leader au terme de la première journée.

Samedi matin, le beau temps revenait, pour le plus grand plaisir des équipages et des suiveurs ! La journée se composait de deux boucles de trois spéciales (déjà effectuées une fois la veille) et de la super spéciale finale, à la technopole Ester, au cœur de Limoges.

Les équipages Pirelli continuaient leur lutte, dès la première épreuve, mais Eric Brunson ajoutait 2 secondes supplémentaires à son pécule. La cause était quasiment entendue à l’issue de la spéciale suivante puisque David Salanon connaissait à son tour les affres de la crevaison et perdait d’un coup 12 secondes sur Eric Brunson.

"J’ai suivi mes notes et plongé dans une corde, mais il y avait une pierre cachée et j’ai immédiatement crevé. Ca va être maintenant plus compliqué..." déclarait David Salanon à l’issue de la spéciale.

Eric Brunson continuait d’attaquer, signant un nouveau meilleur temps dans le neuvième secteur chronométré et laissant son adversaire à plus de 32 secondes.

La boucle de l’après-midi voyait un statu quo dans le classement, avec une excellente gestion de la course de Eric Brunson. David Salanon s’appliquait à ne pas faire de faute pour finir second, mais il devait rester méfiant, car Sylvain Michel remontait derrière lui. A l’issue de la seconde boucle et avant la super spéciale finale, il n’y avait qu’1 seconde et 1 dixième d’écart entre les deux pilotes. Si Eric Brunson s’assurait la victoire, David Salanon puisait dans ses ressources et signait le meilleur temps, conservant ainsi sa seconde place.

"Je suis hyper content !! Le rallye n’avait pas très bien commencé, car au shakedown, je n’avais pas pu travailler comme je le souhaitais. J’ai aussi fait une touchette, l’auto en porte encore les stigmates. Je suis plutôt bien parti puis il y a eu cette crevaison qui aurait pu tout ruiner. Finalement, ça m’a énervé et ça a eu un second effet, je suis reparti à l’assaut ! Et ça a payé ! On avait un super set-up, mon ingénieur a fait un super boulot ! Les ouvreurs aussi ont eu un rôle essentiel et avoir Cédric Mondon (son habituel copilote ndlr) dans ce rôle était un plus, il me connaît bien ! Quant à mon copilote du weekend, il a été parfait, ce n’est pas évident de monter avec un pilote que l’on ne connait pas, dans une telle auto, chapeau à lui ! Les pneumatiques ont aussi été bons, encore une victoire d’équipe ! Je suis particulièrement satisfait de m’imposer en championnat ailleurs qu’au Touquet, je suis passé plusieurs fois à côté, là c’est fait ! Je serai maintenant au Rouergue, un super rallye que j’aime beaucoup et où j’ai envie de briller !" déclarait Eric Brunson au pied du podium.

"On a fait un beau rallye, même si je n’avais pas autant d’aisance qu’au rallye précédent (le rallye d’Antibes ndlr).. Le rallye a été assez compliqué, surtout avec les crevaisons, mais c’est le jeu du rallye. Cela n’enlève absolument rien à la superbe performance d’Eric qui mérite sa victoire. Il a fallu aller attaquer jusqu’au bout pour conserver cette seconde place et j’ai clairement quelques regrets ce soir car je pense que l’on aurait pu faire mieux. Autant aller chercher Eric au Touquet est quasi impossible, autant là, je pense qu’il ne me manquait pas grand chose, un peu mieux dans la tête, un peu plus d’attaque... Mais bon, on ne va pas refaire le rallye, je le répète, Eric mérite cette belle victoire ! Je reste sur deux victoires et deux secondes places, un beau début de championnat, mais je suis trop loin de Sylvain Michel ce soir, je vais donc quitter le championnat. " nous indiquait David Salanon à l’arrivée du rallye.

Prochaine étape au Rallye Asphalte du Rouergue, du 7 au 9 juillet.

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: