En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

L’engouement pour les opérations d’investissements en Girardin Industrielle

Publication: 23 juin

Partagez sur
 
Proposées par ECOFIP ne se dément pas en 2016...
 

C’est le constat effectué par Mélanie Kabla, Directrice Commerciale Relations Partenaires et investisseurs de la société, qui figure parmi les leaders dans le montage d’investissements de défiscalisation Outre-Mer. En effet, « après une croissance sans précédent en début d’année, la demande s’accélère fortement en cette fin de période de déclaration d’impôts » explique Mélanie KABLA.

Cette tendance s’explique aussi par une évolution des mentalités : certains investisseurs qui jugeaient ce produit « à risque » n’hésitent plus à souscrire, tandis que les « habitués » restent fidèles en continuant à investir chaque année, comme en témoigne le taux de fidélité de 87% observé par ECOFIP.

« Pour 2016, nous avons validé 1716 souscriptions, représentant 76 millions d’investissement financés ». Les contribuables semblent donc s’intéresser fortement à un marché de la Girardin qui est de plus en plus encadré, comme le prouve le récent décret du 10 février 2015 sur la réglementation de la profession. Par ailleurs, ECOFIP propose des assurances exclusives, une forte mutualisation, et présente 0% de requalification en plus de 25 années d’expérience, ce qui a de quoi rassurer les investisseurs les plus frileux.

Effacer l’impôt en une seule fois

Mais surtout ils veulent réduire leur pression fiscale immédiatement. En cela, le dispositif Girardin est un produit souple, en « one shot », sans notion d’engagement d’une année sur l’autre. Le bénéfice attendu, sous forme de réduction d’impôts, s’obtient en totalité et en une seule fois, dès l’année suivant l’investissement.

Par ailleurs, le Girardin dispose d’un plafond spécifique : 18 000 euros (10 000 € de plafond des niches fiscales de droit commun, auquel s’ajoute un plafond spécifique de 8 000 € commun à la SOFICA et à l’Outre-Mer). De plus, en plein droit, l’imputation dans ce plafond ne se fait qu’à hauteur de 44% de la réduction d’impôts. Ainsi, une personne n’ayant aucune autre niche fiscale, peut bénéficier d’une réduction d’impôts de 40 909 euros en plein droit.

Stock limité

Face à une si forte demande, ECOFIP encourage dès maintenant les particuliers à se rapprocher d’un Conseiller en gestion de patrimoine pour souscrire. « Face à une si forte demande, il y aura sans doute une pénurie avant la fin de l’année, car le nombre de biens à financer, répondant à nos critères très strictes de sélection (solidité financière des entreprises exploitantes, réalité économique des projets à financer) est limité. » Toutefois la reprise économique montre des signes réels dans les territoires ultra-marins. Ainsi l’augmentation du nombre de biens à financer pourrait compenser partiellement l’accroissement de la demande.

Aussi, se positionner au plus vite, c’est à dire avant la fin de l’été, donne l’avantage de pouvoir bénéficier d’une réduction d’impôts au meilleur taux.

Des investissements dans tous les DOM-COM

ECOFIP, présente dans tout l’Outre-Mer : Martinique, Guadeloupe, Guyane, Réunion, Nouvelle Calédonie et Polynésie Française, propose des investissements répartis sur l’ensemble de ces territoires. Cela permet de garantir une excellente mutualisation des investissements et donc de circonscrire au maximum les risques pour l’investisseur.

« Notre présence sur place, en direct, par des salariés ECOFIP, dans chacun des territoires où nous proposons des investissements, nous permet d’être à l’écoute du marché et d’anticiper l’évolution économique spécifique à chaque île et d’adapter notre offre en fonction. La Guadeloupe, ou encore la Réunion avec le projet de la route du littoral, sont en forte croissance cette année » conclut Mélanie KABLA.

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: