En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Des investissements en baisse dans les industries

Publication: 16 juin

Partagez sur
 
Quelles sont les alternatives ?...
 

Comme le soulignait Jean-François Dehecq, vice-président du conseil national de l’Industrie dans une interview, avec la baisse de l’euro et la faiblesse des prix du pétrole, la priorité des industries est devenue d’investir dans le renouvellement des équipements de production et ce, malheureusement au détriment de la création d’emplois.

Or, selon Bruno Carrier, Brammer France, il existe une alternative moins coûteuse à ce besoin en biens d’équipements productifs : la maintenance et les économies d’énergie qu’elle engendre.

A cet effet, Brammer possède une expertise spécifique et emploie dans ses équipes des Consultants en économie d’énergie, comme par exemple Joël Benoist en France, qui depuis 28 ans, avec un profil de technicien est chargé de conseiller les industriels en matière d’économie d’énergie.

Depuis, 2011, il travaille également aux côtés des enseignants et des étudiants de l’IUT et de l‘université de Rennes qui se penchent sur une toute nouvelle problématique, celle de l’économie d’énergie sous l’angle de « l’éco-conception des systèmes mécaniques ».

Du côté de Brammer, au sein du groupe, ce sont l’Angleterre, l’Allemagne et la France qui ont été les pays précurseurs de l’intérêt qui a été porté au sujet de l’économie d’énergie dans les industries.

En enquêtant auprès de leurs clients, certains experts de Brammer s’étaient aperçus que les industriels ne possédaient pas les clefs qui permettent de mesurer les moyens de faire des économies d’énergie. Et en Europe, il apparaissait que 13 milliards d’euros correspondant à des dépenses énergétiques étaient gaspillés chaque année dans le cadre des processus de production.

Par ailleurs, désireux d’être responsables et tenus de réduire les émissions de gaz à effet de serre et autres impacts environnementaux associés, les industriels avaient donc pris l’habitude de s’adresser à de gros cabinets d’audit - comme l’Apave par exemple - qui préconisent tous des changements radicaux nécessitant des investissements colossaux.

Brammer France explique à ses clients qu’il est plus simple et plus efficace de mettre en place des évaluations de leur chaîne de production pour déterminer quels sont les actions de maintenances possibles, quelles pièces remplacer par des produits plus performants et optimiser ainsi les consommations énergétiques.

Au sein d’une chaîne de production, cela peut être le cas des variateurs de vitesse, des moteurs électriques ou encore des courroies de transmission qui, en participant à l’efficacité de la production, permettent de réaliser des économies sans engager de hauts investissements.

Par exemple, Brammer peut démontrer facilement que les moteurs et les transmissions représentent 66 % de l’énergie consommée dans l’industrie et qu’une transmission adaptée peut permettre d’économiser 50% sur les coûts énergétiques annuels. Ou encore, qu’en changeant un compresseur, un industriel peut réaliser 20 % d’économie.

Brammer France réalise de nombreux audits ; pour des industriels qui ont intégré ses conseils à leurs démarches visant à optimiser leur consommation et ses factures d’énergie tout en réduisant leurs émissions de gaz à effet de serre.

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: