En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

CP ULMA automatise la Banque de France

Publication: 26 mai

Partagez sur
 
ULMA Handling Systems est allée encore plus loin avec la mise en marche d’un projet logistique innovateur, en démontrant une fois de plus son leadership sur le marché technologique avec un défi unique dans la zone Euro...
 

ULMA Handling Systems est allée encore plus loin avec la mise en marche d’un projet logistique innovateur, en démontrant une fois de plus son leadership sur le marché technologique avec un défi unique dans la zone Euro. En 2014, ULMA Handling Systems a accepté de créer la première infrastructure automatique pour le secteur bancaire de l’Eurosystème, concrètement pour la Banque de France, et le résultat n’est autre que le squelette du nouveau Centre Fiduciaire Nord de France (CEFINOF), inauguré au mois d’avril dernier. Il s’agit d’un coffre-fort de 6 000 m2 qui intègre la technologie d’ULMA pour développer le processus de recyclage et de classement de billets usés en France, entre autres fonctions. Le Gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a souligné très positivement la collaboration entre l’Espagne et la France pour matérialiser ce projet qui sera mis en marche en automne prochain.

Avec un chiffre d’affaires annuel de plus de 700 millions d’euros et une trajectoire riche de centaines de projets dans plus de 80 pays à travers le monde, ULMA se situe une fois de plus à la tête du secteur technologique pour démontrer qu’il s’agit de l’un des groupes d’entreprises pionniers du nord de l’Espagne et l’un des plus performants. Dans ce cas, ULMA Handling Systems s’est chargée du développement d’un projet historique dans le nord de la France, qui représente un tournant décisif dans le secteur bancaire de l’Eurozone. Une fois de plus, le groupe ULMA devance le futur et se situe à l’avant-garde de la technologie et des processus les plus avancés et optimisés, en devenant ainsi une entreprise de référence et un exemple à suivre. Grâce à son parcours, ULMA Handling Systems collabore depuis deux ans dans l’installation d’une infrastructure logistique automatisée dans le premier centre à haute sécurité de traitement de billets de la zone euro : le Centre Fiduciaire Nord de France (CEFINOF), qui se situe à seulement 20 minutes de la ville française de Lille, dans la zone industrielle de Sainghin en Mélantois.

À partir de septembre, plus de 330 millions de billets seront analysés dans ces installations de façon automatique, grâce à 3 machines de traitement et de triage qui décideront quels billets présentent la qualité suffisante pour continuer en cours et lesquels doivent être détruits. Grâce à la technologie intégrée par l’entreprise basque, la Banque de France couvrira également ses besoins de réception, entreposage et sortie de billets et de pièces de monnaie, ainsi que les services de préparation de commandes d’argent pour les banques du nord de la France.

Ce modèle logistique implanté par ULMA, sans précédents dans l’Eurosystème, est déjà employé dans d’autres pays, notamment aux États-Unis ou à Singapour. Quant à la zone Euro, seule l’Allemagne travaille actuellement sur un projet similaire qui ne sera pas opérationnel avant 2018.

Le processus

Le processus principal du système installé par ULMA Handling Systems dans le CEFINOF permet la réception quotidienne de billets usés, de billets neufs et de sacs de monnaies pour leur classement, traitement et entreposage ultérieurs dans l’attente d’être envoyés dans une nouvelle commande. Le directeur d’ULMA Handling Systems France, Julián Garmendia, nous explique le processus : « pendant que les caisses contenant les billets et les nouvelles pièces de monnaie sont directement entreposées par des robots automatisés (AGV), les billets usés sont envoyés par le système de transport dans une zone de sécurité afin d’être vérifiés et classés dans la zone de triage. C’est à cet endroit que le système ouvre les caisses et vérifie un à un tous les billets. Les faux billets ou les billets cassés sont rejetés, alors que ceux qui se trouvent en bon état sont réutilisés pour créer de nouvelles liasses qui seront empaquetées de façon automatique. Lorsque les banques sollicitent un nouveau montant d’argent, le système classe le nombre de caisses nécessaires et les prépare pour leur envoi ».

Les machines de triage peuvent analyser en moyenne 33 billets par seconde. D’après les calculs, au moins 15% des billets analysés seront détruits après avoir été qualifiés comme non aptes.

L’objectif de la Banque de France à travers ce projet est d’augmenter la capacité de production, qui jusqu’à ce moment était effectuée dans des installations mineures, mais aussi d’améliorer la qualité du processus et la qualité du service. Un besoin qui, selon ULMA, a été largement couvert :

« même si le projet n’est pas encore opérationnel à 100%, nous avons répondu aux attentes de l’équipe de la Banque de France, qui attend avec grand intérêt de connaître les résultats prévus à l’avenir. À partir de septembre, avec les infrastructures implantées, il sera possible de doubler le volume de travail », souligne Garmendia.

Investissement et solution

Parmi les 40 millions d’euros investis depuis 2014 dans les installations de ce nouveau centre de 6 000 mètres carrés, environ 5 millions ont été destinés à l’intégration du squelette qui lui confère sa fonctionnalité. ULMA Handling Systems a conçu un système de réception de fonds (avec 4 entrées et un contrôle de caisses et de palettes), un autre système de palettisation avec deux robots cartésiens et un dernier système de transport automatique avec 3 robots automatisés (AGV).

D’autre part, deux magasins automatiques de palettes et de caisses ont été construits, avec deux transtockeurs chacun. Le premier d’entre eux présente une capacité d’entreposage de 976 palettes ou 1 952 demi-palettes, alors que le deuxième peut entreposer 1 250 caisses de 350x450x200.

Grâce à la solution fournie par ULMA, 3 objectifs devraient être remplis. Le Gouverneur de la Banque de France, François Villeroy De Galhau, soulignait ces derniers dans son discours d’inauguration du centre, devant plus de 200 personnes : « Nous espérons améliorer la productivité grâce à l’automatisation du processus, éliminer les tâches fastidieuses dans plusieurs étapes de la chaîne de traitement et proposer une meilleure offre de service à nos clients ».

D’autre part, grâce à l’automatisation implantée par ULMA dans ce centre, la Banque de France a également amélioré la qualité et les conditions de travail des opérateurs. Jusqu’à maintenant, les autres centres du nord de la France, comme ceux de Roubaix, Arras ou Calais, travaillaient manuellement. Aujourd’hui, ces centres ont été fermés pour centraliser toute l’activité dans le CEFINOF. Juan Manuel Hernández, ingénieur informatique pour ULMA, évalue le changement très positivement : « les opérateurs travaillent désormais plus confortablement, étant donné que maintenant les palettisations sont effectuées avec des robots automatisés (AGV), ce qui réduit les efforts. Nous gagnons également en fiabilité. Un opérateur, en tant qu’être humain, peut commettre des erreurs, alors que le système logistique d’ULMA est programmé pour exercer continuellement la même tâche. En somme, la rapidité et la productivité sont absolument optimisées ».

Sécurité du centre

Depuis les premiers pas du projet en 2014, le travail entre l’équipe de sécurité et l’équipe de logistique d’ULMA a été constant, comme l’a souligné le Gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, dans l’inauguration du centre : « Le CEFINOF conjugue le meilleur de la sécurité avec le meilleur de la logistique. C’est le plus grand triomphe, nous avons réussi à innover grâce à un système très sophistiqué ».

En effet, dès que les camions arrivent au centre remplis de billets, usés ou neufs, le processus automatisé commence immédiatement en priorisant avant tout la sécurité, comme le confirme Fabien Regost, responsable de communication d’Argon Consulting, entreprise collaboratrice du projet : « ULMA Handling Systems a toujours maintenu la communication avec toutes les entreprises de sécurité qui travaillent sur le terrain, afin de coordonner les entrées et les sorties d’argent et d’éviter tout risque d’attaque contre le centre. Dès que les portes s’ouvrent, un important processus de sécurité et de logistique démarre et ULMA a établi une excellente organisation de l’ensemble ».

Il existe par ailleurs une centaine de caméras qui veillent sur la sécurité du centre, ainsi qu’une équipe spécifique qui se charge de protéger le CEFINOF contre les attaques : « Nous sommes en contact direct avec la police et des contrôles exhaustifs de sécurité sont établis, comme par exemple le scanner de l’iris des travailleurs, qui garantissent une sécurité extrême », souligne Regost.

Dans ce sens, depuis ULMA Handling Systems, Julián Garmendia insiste sur le fait que le projet du CEFINOF a représenté un défi de taille : « Nous avions déjà travaillé avec d’autres entreprises du secteur, notamment la Banque de Moscou, mais cette fois-ci nous nous trouvions devant des niveaux de sécurité et des restrictions extrêmement importants, en ce qui concerne le processus, mais aussi le travail lui-même dans le bâtiment, c’est pourquoi il s’agit d’un énorme défi, que nous pouvons qualifier de réussi ».

L’avenir d’Ulma en France

ULMA Handling Systems a atteint son objectif dans le CEFINOF. Le directeur du projet du centre, Thierry Para, espère compter avec l’entreprise basque dans de prochains projets : « Je souhaite et j’espère qu’ULMA continue d’être notre associé à l’avenir, parce que nous sommes très satisfaits du travail effectué par ce fournisseur ».

Grâce à ce projet et au succès remporté également dans d’autres entreprises françaises, comme par exemple la chaîne de supermarchés Intermarché, ou bien Bonduelle, Air France, Système U, etc., ULMA Handling Systems espère que de nouvelles opportunités continueront de se présenter dans le pays. « Dans les prochains mois, une grande explosion de projets va se matérialiser en France. Nous sommes en train de conclure différents ouvrages pour des compagnies de produits congelés pour la grande distribution, c’est pourquoi nous serons prochainement associés à d’importantes sociétés du pays », affirme Garmendia.

Mais, pour le moment, jusqu’à l’ouverture officielle du CEFINOF au mois de septembre prochain, l’équipe d’ULMA Handling Systems effectuera un minutieux suivi du système de formation des travailleurs, afin de les préparer pour opérer dans ce nouveau modèle automatique de travail.

En chiffres

40 personnes travailleront dans le centre. Parmi elles, 6 se chargeront du fonctionnement optimal des infrastructures d’ULMA Handling Systems.

15% des billets analysés seront rejetés par les machines de triage. Parmi eux, chaque mois, 5 faux billets seront détectés.

10 000 mètres cubes de béton armé ont été employés pour la construction du bâtiment qui protège le système logistique d’ULMA. Cela représente 3 fois le poids de la Tour Eiffel.

330 millions de billets seront vérifiés et classés chaque année dans le CEFINOF.

25 personnes composent l’équipe de travailleurs d’ULMA Handling Systems qui a collaboré dans le projet pendant ces deux dernières années.

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: