En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Pirelli s’impose pour la seconde fois consécutive !

Publication: 2 mai

Partagez sur
 
Ce week end s’est déroulé le second rallye du championnat de France asphalte...
 

Les routes du vignoble du Beaujolais accueillaient la soixante-huitième édition de ce rallye dont la réputation n’est plus à faire. Le profil du tracé est très rapide, avec du dénivelé et des enchaînements de virages où les vitesses atteintes sont le plus souvent au delà de 120 kilomètres/heure.

Parmi les équipages engagés, Eric Brunson, premier vainqueur de la saison, s’élançait avec le numéro 1. Il était associé à bord de la Ford Fiesta WRC à Cédric Mondon.

« C’est un rallye que j’aime mais qui ne me le rend pas. Du coup, mon objectif est surtout de prendre du plaisir » expliquait-il avant la course. « C’est un rallye long, les spéciales sont très rapides et il faut penser à gérer convenablement l’auto et nos pneumatiques. J’espère aussi ne pas être trop loin de David Salanon ! »

En effet, ce dernier, vainqueur de l’épreuve en 2007 et 2014, faisait légitimement figure de favori et l’assumait pleinement :

« Le but est bien évidemment de gagner, je me sais compétitif, même si je vais regarder attentivement comment je me situe par rapport à mes adversaires. C’est le rallye à domicile et le gagner une troisième fois me ferait très plaisir. Mais le rallye est long, on fera les comptes samedi soir. »

Le temps était sec vendredi matin quand les équipages ont quitté Charbonnières-les-Bains pour rejoindre le premier secteur chronométré

.

D’entrée de jeu, David Salanon a montré ses intentions en signant le meilleur temps. Il récidive dans le second secteur, devançant Eric Brunson d’une seconde. Auteur d’une tête à queue dans le troisième secteur, David Salanon laisse ainsi Eric Brunson s’imposer dans ce chrono (Bibost-Montrottier-Pitaval), mais conserve la tête du rallye.

« Tout se passe bien et comme espéré, je fais juste une petite erreur qui nous coûte quelques secondes, rien de bien grave. On va continuer de rouler ainsi, sans prendre tous les risques, mais en ayant un bon rythme pour consolider notre position au classement général » indiquait David Salanon à l’assistance de l’après midi.

« Pour le moment ça va, en plus on roule sur le sec donc c’est bien ! Je ne suis pas trop loin de David, même s’il fait une petite erreur. Je me sens bien dans l’auto, je vais rouler comme je sais faire. » expliquait quant à lui Eric Brunson.

La seconde boucle s’est déroulée en fin d’après-midi vendredi.

David Salanon applique parfaitement son plan, en signant un nouveau meilleur temps dans le secteur 4. Mais Eric Brunson répond immédiatement en signant de nouveau le meilleur temps dans la spéciale Bibost-Montrottier-Pitaval. Le combat s’est arrêté là pour la journée du vendredi, la spéciale spectacle de Charbonnières initialement prévue ayant été annulée pour raisons de sécurité.

« Le plan de marche est respecté. Tout s’est passé comme je l’espérais, mais le rallye est encore très long, il y a des morceaux d’anthologies à parcourir demain, avec un revêtement glissant en cas de pluie... Et comme la météo est orientée vers la pluie, il faudra être prudent, la moindre erreur pourra se payer très cher. Le travail des ouvreurs sera primordial, tout comme le choix de pneus qui sera décisif. Mais j’adore les chronos de demain, j’ai un peu d’avance, je vais continuer à rouler comme je sais faire », déclarait David Salanon à la fin de la journée. Il était leader du rallye avec 9 secondes d’avance sur Eric Brunson.

« La journée a été bonne, je commence à bien sentir l’auto dans le rapide. Mais demain est un autre jour ! Il y aura beaucoup d’incertitudes sur la météo et le choix de pneumatiques. Le temps perdu si on se trompe peut être colossal, du coup, ce sera un peu la loterie. Cela fait partie de l’adrénaline du rallye. Si je peux taquiner David, je ne vais pas me priver, mais pour aller le chercher, il faut s’y employer, rouler très fort et j’ai besoin d’être en confiance absolue avec l’auto, le set-up technique et les pneumatiques pour y arriver. Le but est toujours de rester sur le podium et quoi qu’il advienne, il ne faudra pas regretter ! » nous disait Eric Brunson vendredi soir.

Samedi matin, la pluie, le brouillard et le froid étaient les paramètres météo à prendre en compte. David Salanon a signé le premier meilleur temps du jour, creusant l’écart au général. Il possèdait ainsi 19 secondes d’avance sur Eric Brunson. Dans les second et troisième secteurs du jour, les deux pilotes ont un peu baissé le rythme, laissant la vedette aux pilotes de la catégorie R5, mais David Salanon a conservé le leadership, alors qu’Eric Brunson reculait à la troisième place. Après le secteur chronométré numéro 10, il récupèrait la seconde place, après avoir signé le second temps, juste derrière David Salanon qui consolidait ainsi sa première place. Il restait alors quatre épreuves chronométrées et l’écart entre les deux hommes était de 23 secondes. David Salanon signait un nouveau meilleur temps dans le secteur chronométré numéro 10, assurait dans le numéro 11. Il a commis une petite erreur dans le secteur 13, erreur qui a permis à Eric Brunson de revenir seulement à 13 secondes avant le dernier secteur. Le suspense était à son comble. Lorsque David Salanon est arrivé au dernier point stop, il était confiant sur son résultat :

« J’ai fait une erreur dans la spéciale précédente, dans l’épingle de Saint Nizier, qui se prend en première vitesse, j’ai dérapé sur une glissière de sécurité, je pensais que ça allait passer, mais la glissière nous a arrêtés et on a abîmé le capot. Mécaniquement, il n’y avait rien et le temps dans cette dernière spéciale le prouve ».

Le temps filait et Eric Brunson est arrivé avec presque une minute de retard par rapport au temps de David.

« J’ai crevé dans la spéciale, le pneu s’est déchiqueté, c’est une expérience que je ne souhaite pas revivre. J’ai failli sortir à plusieurs reprises, ça a été très compliqué de rejoindre l’arrivée, mais j’ai fait le choix de ne pas m’arrêter pour changer la roue. »

David Salanon s’est donc imposé pour la troisième fois sur son épreuve fétiche

.

« Je suis très content, c’est vraiment sympa de gagner pour la troisième fois ! Ca a été un rallye très dur, car dès que les conditions d’adhérence sont délicates, il devient très difficile, avec les plaques de goudron noir hyper glissantes. J’ai fait un bon rallye en globalité, hormis le petit hic de la sortie dans la glissière... C’est bien de s’imposer après la seconde place au Touquet ! »

Eric Brunson termine finalement troisième derrière Sylvain Michel.

« Je tiens d’abord à féliciter David et Sylvain, ils font un super rallye ! Je suis un peu déçu, car j’ai été dans ses échappements durant tout le week end. Je suis venu chercher le podium, l’objectif est atteint, mais après la petite erreur de David, avec Cédric, on a décidé de maintenir la pression, mais une nouvelle fois, la chance ne me sourit pas ici. Après, comme je l’ai dit, il ne faut rien regretter, David a réalisé le week end parfait, une belle revanche du Touquet ! Sylvain Michel roule aussi très fort, bravo à eux ! »

IVALTO était présent sur ce rallye afin d’apporter une aide matérielle aux pilotes : montage, démontage, pressions des pneumatiques mais également afin d’assurer un suivi technique en conseillant chaque pilote pour exploiter au maximum les qualités des pneumatiques Pirelli.

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email:


 

Dans la même rubrique