En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

IFS présente son étude « Global Change »

Publication: 30 mars

Partagez sur
 
93% des entreprises industrielles considèrent le changement comme une opportunité à saisir...
 

IFS, l’éditeur mondial de solutions de gestion d’entreprise, révèle les résultats de son enquête menée auprès de plus de 1 000 décideurs IT, tous secteurs d’activités confondus (fabrication industrielle, construction, distribution, …) dans 12 pays. Il résulte de cette étude que 93% des répondants sont enclins au changement et le considère comme une opportunité pour leur entreprise.

Des tendances communes à l’international

L’impulsion de dynamiques de la part de la direction de l’entreprise, des objectifs métiers définis et un leadership efficace sont les principaux leviers de la conduite du changement pour deux tiers des décideurs interrogés. 68% des répondants, déclarent, en outre, que la demande client est le facteur le plus important de transformation de leur métier. Viennent ensuite les décisions prises par les cadres dirigeants (37%) et la disponibilité des produits et des services (29%). Des disparités géographiques et sectorielles L’étude révèle également une réelle diversité d’opinion des participants selon leur pays et selon leur secteur d’activités. Il en résulte les principales conclusions suivantes :

- Chine : les cadres dirigeants sont très influents : 65% d’entre eux prennent des décisions contre une moyenne internationale de 37%. Il y a donc un vrai contraste entre le manque de responsabilité perçue des collaborateurs chinois et les normes locales (respectivement 11% et 6% alors que les valeurs moyennes mondiales respectives sont de 21% et 20%).

- Disruption : les technologies disruptives (ou technologies de rupture) ont une forte influence en Allemagne (44%) et en Chine (42%) alors que la moyenne mondiale est de 25%.

- Benelux et pays Scandinaves : les collaborateurs belges, luxembourgeois et norvégiens sont ceux ayant le plus d’influence en entreprise (44% pour ces trois pays contre une moyenne mondiale de 28%). En revanche, il y est accordé peu d’importance à l’environnement législatif et politique local. Seulement 11% des répondants pensent qu’un changement de gouvernement peut influer sur la croissance de leur entreprise et 7% des répondants suédois, norvégiens et danois estiment que la règlementation locale influe sur leur développement.

- Brésil : pour 81% des répondants brésiliens, la réglementation locale ou un changement de gouvernement peuvent avoir un impact fort sur la transformation de leur entreprise. La moyenne mondiale est de 38%. Cela contraste radicalement avec l’Allemagne pour laquelle seulement 2% des répondants estiment que l’étiquette politique du gouvernement influence leurs activités.

- Royaume-Uni : les entreprises britanniques accordent plus d’attention à la transformation des produits et des services par rapport aux autres pays (51% pour une moyenne mondiale de 29%).

- France : les répondants français sont plus sensibles aux fusions et acquisitions que les participants des autres pays (41% soit, plus du double de la moyenne mondiale qui est à 20%).

- Espagne : 59% des participants espagnols estiment que les cadres dirigeants de l’entreprise ont autant d’influence que les clients.

- Amérique du Nord : les entreprises américaines accordent plus d’importance aux changements de gouvernement que les autres pays avec un taux de 37% alors que la moyenne mondiale est de 18%.

D’autres clivages notables, en fonction des secteurs d’activités, ressortent également de l’étude. L’impact de la disponibilité des produits et des services n’est pas aussi influent dans le secteur de la construction que dans celui de la production et de la distribution de produits (respectivement : 22%, 41% et 45%). Par ailleurs, pour les professionnels de la construction, un changement de gouvernement est plus impactant que pour ceux de la production et de la distribution de produits (26% contre 9 et 7%). En outre, les technologies disruptives ont un rôle significatif pour l’industrie manufacturière dont les répondants les classent en deuxième facteur le plus important dans leur transformation métier. A l’inverse, seulement 4% des répondants de ce secteur classe le leadership comme un levier clé, comparé au secteur de la construction et de la distribution pour lesquels le leadership est fondamental pour 20% des répondants.

« La transformation des entreprises se fait de manière continue. Chez IFS, nous suivons de près les facteurs de changement afin de permettre à nos clients de bénéficier d’une solution métier innovante et qui réponde à leurs besoins métiers », déclare Mark Boulton, Directeur Marketing d’IFS. « Les résultats de cette étude auprès de nos clients nous permettent d’adapter nos solutions aux besoins métiers de chaque secteur d’activité et à chaque client. L’avenir n’est pas prévisible, mais chaque entreprise peut se préparer à devenir plus agile en exploitant les nouvelles opportunités métier qui s’offrent à elles. »

L’étude a été réalisée auprès de plus de 1 000 participants dans 12 pays : Allemagne, Benelux, Brésil, Chine, Danemark, Espagne, Etats-Unis, France, Norvège, Pologne, Royaume-Uni, Suède, afin de recueillir leurs visions quant au changement au sein de l’entreprise.. Les participants sont des décideurs IT, y compris des Directeurs du Système d’Information et des Directeurs Techniques de différents secteurs d’activités industriels dont, la production, la sous-traitance, la construction, et la distribution.

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: