En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Création d’un réseau de centres de référence et promotion de la recherche

Publication: 16 mars

Partagez sur
 
Afin d’améliorer le pronostic du sarcome...
 

Soft Tissue Sarcoma : Evidence and Experience, séminaire organisé par PharmaMar, réunira des experts internationaux de premier plan en matière de sarcome des tissus mous afin d’analyser les dernières avancées dans son traitement

La création d’un réseau de centres de référence et l’adoption de mesures qui font la promotion de la recherche et de l’accès aux traitements sont deux aspects essentiels pour améliorer le pronostic des patients atteints de sarcome des tissus mous (STM), un type de cancer rare naissant dans les tissus qui relient, soutiennent et entourent d’autres structures corporelles, telles que les muscles, les graisses, les vaisseaux sanguins, les nerfs, les tendons et la membrane des articulations.

Il s’agit de l’une des conclusions d’oncologistes internationaux de renom pendant la présentation du séminaire Soft Tissue Sarcoma : Evidence and Experience. Organisée par PharmaMar, cette réunion rassemblera des experts internationaux de premier plan concernant cette maladie, originaires, entre autres, du Royaume-Uni, de France, d’Italie, d’Allemagne, d’Espagne et des États-Unis, afin d’analyser les dernières avancées dans son diagnostic et son traitement.

« Nous sommes fiers d’organiser cette réunion, pendant laquelle les oncologistes les plus influents de la planète en matière de gestion du sarcome partagent des opinions, présentent de nouveaux rapports de cas et parlent des dernières avancées et des traitements les plus efficaces pour ces patients », a déclaré M. Luis Mora, directeur général de l’unité Oncologie de PharmaMar.

Incidence du sarcome

D’après des chiffres cités par le professeur Jean-Yves Blay, président de l’Organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer (OERTC), le STM représente moins de 1 % des cancers chez l’adulte[i].

« Il existe plus de 50 sous-types histologiques de sarcome des tissus mous. Les plus courants sont le léiomyosarcome et le liposarcome. En Europe, l’incidence de ce type de tumeur chez l’adulte (sans inclure la tumeur stromale gastro-intestinale) totalise 4 à 5 cas pour 100 000 habitants[ii], et environ la moitié des patients recevant un diagnostic de sarcome des tissus mous ont développé des métastases ou ont de fortes chances d’en développer », a commenté le professeur Blay.

Afin d’éviter que les patients ne doivent avoir recours à l’équipe d’experts en sarcome après avoir subi une opération, des mesures sont nécessaires pour garantir un diagnostic approprié et un traitement convenu par une équipe pluridisciplinaire. Le Dr Javier Martín Broto, président du Groupe de recherche espagnol sur le sarcome (GEIS), affirme que cette coordination nécessite la création d’un réseau de centres de référence afin de garantir que les patients chez qui l’on suspecte un sarcome des tissus mous soient diagnostiqués et traités par des équipes d’experts dans cette maladie.

« Les études montrent que les patients diagnostiqués et traités dans un centre de référence spécialisé dans le sarcome des tissus mous survivent plus longtemps que ceux qui sont diagnostiqués et traités dans un centre ne possédant pas une telle spécialisation », a-t-il expliqué.

C’est précisément l’un des axes de recherche du Groupe de recherche espagnol sur le sarcome qui, d’après le Dr Martin Broto, collabore depuis des années avec le ministère de la Santé pour la reconnaissance des équipes travaillant dans les hôpitaux spécialisés dans le sarcome et les CSUR (Centres, services et unités de référence).

À son avis, « nous sommes actuellement dans la phase finale, et ces centres devraient être rendus officiels dans un avenir proche ».

Le Groupe de recherche espagnol sur le sarcome a été créé en 1994 et a mené 47 projets de recherche qui ont impliqué des milliers de patients. Au cours des dernières années, il a parrainé un grand nombre d’essais cliniques internationaux et ses protocoles sont utilisés dans le monde entier.

Avancées dans le traitement du sarcome des tissus mous

Le professeur George Demetri, directeur du Centre for Sarcoma and Bone Oncology au Dana-Farber Cancer Institute (Boston), a présenté les tout derniers projets de recherche liés au traitement du sarcome, notamment l’étude menée avec la trabectédine (Yondelis®) aux États-Unis, qui a montré que ce composé réduit le risque de progression de la maladie en comparaison avec le traitement conventionnel. Yondelis® est développé et commercialisé par PharmaMar en Europe, tandis que Janssen Products, L.P. possède les droits de développement et de vente de Yondelis® dans le reste du monde à l’exception du Japon, où PharmaMar a signé un contrat de licence avec Taiho Pharmaceutical.

« Depuis que Yondelis® a été initialement approuvé en Europe en 2007, environ 50 000 patients dans 80 pays ont bénéficié de cette thérapie dans toutes ses indications », a avancé le professeur Demetri, qui a expliqué que « le sarcome des tissus mous constitue un ensemble complexe de maladies rares qui sont presque toujours mortelles pour les patients atteints de la maladie à un stade avancé. Les patients ont besoin de nouvelles options de traitement plus efficaces et bien tolérées, et l’approbation de nouveaux médicaments reposant sur des études scientifiques sophistiquées au cours de la dernière décennie est à l’origine d’un regain d’espoir. »

D’après les données fournies par cet expert, l’étude multicentrique de phase 3 réalisée aux États-Unis, au Brésil et en Australie est l’une des plus importantes menées à ce jour chez les patients atteints de sarcome. Cette étude a révélé une amélioration significative du contrôle de la maladie (« survie sans progression ») avec la trabectédine en comparaison avec la dacarbazine chez les patients atteints de liposarcome (LPS) ou de léiomyosarcome (LMS) à un stade avancé après l’échec d’une thérapie standard préalable par anthracycline et au moins une autre chimiothérapie.

Tous les experts présents ont souligné l’importance de ces avancées dans le traitement du sarcome, une forme de cancer à progression rapide qui nécessite de nouvelles options de traitement. « Dans le sarcome des tissus mous, la stabilisation de la maladie est utile pour évaluer la réussite du traitement chez les patients atteints de la forme avancée de la maladie. Les données issues des derniers essais cliniques avec Yondelis® offrent un avenir plus prometteur aux patients et une voie à suivre pour encore davantage de recherche dans le but d’améliorer les résultats cliniques », a conclu le Dr Demetri.

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: