En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

L’Institut Curie, le CNRS, l’UPMC et MICROBRAIN BIOTECH signent un accord de licence exclusif

Publication: 22 février

Partagez sur
 
Pour développer le criblage sur neurones...
 

L’Institut Curie, le CNRS et l’UPMC et la start-up MICROBRAIN BIOTECH signent un accord de licence exclusif sur un dispositif microfluidique appelé "diode neuronale" qui permet de reconstituer des réseaux de neurones fonctionnels en maîtrisant la direction et l’architecture. Cette licence porte sur une technologie de puces microfluidiques transférée à MICROBRAIN BIOTECH pour cibler le marché de la R&D neuropharmacologique et toxicologique et permettre, notamment, le développement de traitements contre les maladies neurodégénératives. MICROBRAIN BIOTECH est spécialisée dans la conception de dispositifs pour le criblage de molécules sur neurones et réseaux de neurones.

MICROBRAIN BIOTECH, société de biotechnologie spécialisée dans la conception et le développement de dispositifs microfluidiques pour le criblage d’agents neuropharmacologiques à partir de réseaux de neurones reconstruits, signe un accord de licence exclusif avec l’Institut Curie, le CNRS, et l’Université Pierre-et-Marie Curie. Cet accord a été mis en place dans le cadre de Curie-Cancer, la structure labélisée « Institut Carnot » qui conduit les activités de recherche partenariale de l’Institut Curie. Il porte sur un brevet international protégeant une technologie microfluidique qui permet de reconstituer des réseaux de neurones fonctionnels, compartimentés, et directionnels. Cette nouvelle technologie, ou diode neuronale, a été mise au point par les Drs Bernard BRUGG et Jean-Michel PEYRIN à l’Institut de Biologie Paris-Seine (CNRS UPMC UMR8256) en collaboration avec Jean-Louis VIOVY (Institut Curie & Institut Pierre-Gilles de Gennes-IPGG). Elle s’est révélée particulièrement efficace pour développer des modèles précliniques de la maladie d’Alzheimer, de Parkinson ou reproduire in vitro des situations de lésions traumatiques ou ischémiques. Ces travaux ont fait l’objet de plusieurs publications dans des journaux scientifiques internationaux de référence.

Les dispositifs développés par MICROBRAIN BIOTECH ciblent le marché de la R&D neuropharmacologique et toxicologique. Pour développer cette technologie, MICROBRAIN BIOTECH entend adopter une double stratégie. D’une part, MICROBRAIN BIOTECH va développer des produits propriétaires sélectionnés pour leur activité neuroprotectrice locale (protection des synapses, des axones) ou sur la fonctionnalité des circuits neuronaux reconstruits. D’autre part, MICROBRAIN BIOTECH proposera à des sociétés pharmaceutiques des dispositifs et des approches sur réseaux de neurones pour sélectionner et optimiser l’efficacité de leurs molécules propriétaires.

De nombreuses recherches sont actuellement entreprises pour découvrir de nouveaux traitements contre les maladies neurodégénératives, et pour sélectionner des candidats médicaments dépourvus d’effets secondaires. L’originalité de MICROBRAIN BIOTECH est d’utiliser des dispositifs microfluidiques innovants composés de polydimethylsiloxane dans lesquels les neurones sont disposés suivant une architecture contrôlée afin de mimer des voies neuro-anatomiques d’intérêt.

« Les diodes neuronales confèrent une qualité et une reproductibilité accrues aux cultures de neurones primaires et humaines, elles permettent une économie de consommables (fluides, molécules, sondes) et d’énergie, et sont compatibles avec l’ensemble des outils d’analyse et de quantification de la biologie cellulaire tels que l’imagerie, la biologie moléculaire, l’électrophysiologie, les interfaces neuro-électroniques (MEA), et avec les robots d’analyse multi-puits » déclare Bernadette BUNG, CEO de MICROBRAIN BIOTECH.

« Cet accord illustre richesse des travaux conduits à l’Institut Curie, à l’IBPS et l’IPGG et leurs applications larges en termes de marchés et de pathologies visés. C’est une satisfaction pour l’Institut Carnot « Curie-Cancer » d’avoir contribué à la signature de cet accord avec une start-up dynamique qui s’investit dans la recherche de nouveaux traitements contre les maladies dégénératives qui sont, avec le cancer et les maladies cardiovasculaires, des enjeux majeurs de santé publique avec à la clef d’importants marchés », indique Amaury MARTIN, Directeur de la Valorisation à l’Institut Curie et Directeur de Curie-Cancer.

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email:


 

Dans la même rubrique