En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

GeNeuro annonce l’enregistrement de son document de base dans le cadre de son projet d’introduction en bourse

Publication: 20 janvier

Partagez sur
 
Sur le marché réglementé d’Euronext à Paris...
 

GeNeuro, société biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements des maladies auto-immunes, en particulier la sclérose en plaques (SEP), annonce l’enregistrement de son document de base par l’Autorité des marchés financiers (AMF) sous le numéro I.16-002 en date du 14 janvier 2016 dans le cadre de son projet d’introduction en bourse sur le marché réglementé d’Euronext à Paris.

L’enregistrement du document de base constitue la première étape du projet d’introduction en bourse de GeNeuro sur le marché réglementé d’Euronext à Paris, sous réserve des conditions de marchés et des prérequis réglementaires, notamment la délivrance par l’AMF d’un visa sur le prospectus qui devra être établi dans le cadre de l’opération. GeNeuro développe une nouvelle approche en rupture avec les thérapies existantes dans le traitement de la sclérose en plaques en cherchant à bloquer en amont les mécanismes inflammatoires et neurodégénératifs de la maladie, plutôt que d’interférer avec la réponse immunitaire de l’organisme comme le font la plupart des traitements actuels.

« Ce projet d’introduction en bourse est une nouvelle étape dans le développement de GeNeuro et de son premier produit, le GNbAC1. Ce candidat médicament, actuellement en Phase IIb de développement clinique et soutenu par un accord de collaboration avec Servier, cible une protéine potentiellement clé dans la génération des composantes inflammatoires et neurodégénératives de la sclérose en plaques. En s’attaquant à un facteur potentiellement causal de la maladie, GNbAC1 a le potentiel d’offrir un traitement sûr et efficace qui n’affecte pas le système immunitaire du patient, ce qui représenterait un changement de paradigme pour plus de 2,5 millions de patients à travers le monde, » commente Jesús Martin-Garcia, PDG de GeNeuro.

Miguel Payró, Directeur financier de GeNeuro.« Nous nous engageons dans notre processus d’introduction en bourse au moment où nous avons déjà initié notre essai clinique de Phase IIb pour le GNbAC1, au titre duquel Servier a accepté de verser à GeNeuro 37,5 M€. Nous serons attentifs pour saisir toute fenêtre de marché nous permettant de lancer notre opération et de financer ainsi l’accélération du développement de GeNeuro dans la sclérose en plaques et dans de nouvelles indications, »

GeNeuro estime que le GNbAC1 est le premier traitement visant directement une cause potentielle de la sclérose en plaques GeNeuro développe une nouvelle approche contre la SEP en cherchant à bloquer en amont les composantes inflammatoires et neurodégénératives de la maladie, plutôt que d’interférer avec la réponse immunitaire de l’organisme. Cette approche nouvelle résulte de 25 années de recherches sur les rétrovirus endogènes humains (HERV), dont 15 au sein du Groupe Institut Mérieux et de l’INSERM, avant la création de GeNeuro en 2006.

Ces recherches ont permis de découvrir un facteur potentiellement causal de la sclérose en plaques, la protéine MSRV-Env, exprimée par des gènes qui sont normalement silencieux. La présence de MSRV-Env dans le cerveau des patients pourrait être le facteur expliquant les phénomènes inflammatoires et neurodégénératifs caractéristiques de la maladie.

GeNeuro a ainsi développé le GNbAC1, un anticorps monoclonal en Phase IIb de développement clinique dans la sclérose en plaques qui, en neutralisant la protéine MSRV-Env sans viser le système immunitaire du patient, pourrait se révéler un traitement à la fois sûr et efficace, à même de freiner, voire stopper la progression de la maladie dans toutes ses formes.

La sclérose en plaques : 2,5 millions de patients, sans traitement capable d’arrêter la maladie

Avec une prévalence moyenne de 1 personne sur 1 000 dans les pays occidentaux, la sclérose en plaques est une maladie auto-immune du système nerveux central qui est la première cause d’invalidité non-traumatique chez les jeunes adultes et ses traitements représentent un marché estimé à près de 20 milliards de dollars par an. Aucun traitement actuellement disponible pour la SEP n’apparaît diminuer de manière significative la progression à long-terme de l’invalidité résultant de la maladie. Les traitements actuels sont approuvés pour les formes dites récurrentes/rémittentes de la SEP qui affectent 60% des patients, et agissent en modulant ou en supprimant des fonctions du système immunitaire du patient. Ces traitements peuvent ainsi occasionner des effets indésirables en raison de leur impact sur le système immunitaire. Il n’existe par ailleurs toujours pas de traitement enregistré pour les formes progressives de la SEP qui touchent environ 35% des patients.

Un accord de collaboration avec Servier assorti d’une prise de participation stratégique

GeNeuro a conclu un accord de collaboration et de licence avec Servier par lequel Servier s’est engagé à verser à GeNeuro un montant pouvant atteindre jusqu’à 362,5 M€, hors royalties, pour continuer le développement du GNbAC1 dans l’indication de la SEP. Dans ce cadre, Servier a accepté de verser à GeNeuro un montant total de 37,5 M€ au titre de l’étude de phase IIb actuellement en cours. Cet accord porte uniquement sur la sclérose en plaques et ne concerne ni le marché américain (marché le plus important au monde) ni le marché japonais. GeNeuro préserve ainsi tous ses droits sur les deux-tiers du marché mondial de la sclérose en plaques, et conserve les droits pour le développement de sa technologie pour d’autres maladies. Servier a également acquis, en décembre 2015, 8,6% du capital de GeNeuro, réaffirmant ainsi son engagement dans le développement à long terme de la société et l’importance de leur partenariat.

Un potentiel considérable au-delà de la sclérose en plaques

GeNeuro entend capitaliser sur le potentiel de sa technologie en développant une plateforme thérapeutique exclusive dédiée aux maladies potentiellement induites par les rétrovirus endogènes humains. Les autres indications envisagées par GeNeuro sont notamment la PIDC (Polyneuropathie Inflammatoire Démyélinisante Chronique), une maladie neurologique orpheline, et le diabète de Type 1. GeNeuro planifie actuellement des phases IIa de preuve de concept dans ces indications qui devraient être lancées dès 2016.

Mise à disposition du document de base - Le document de base de GeNeuro est disponible sans frais et sur simple demande auprès de GeNeuro (18, chemin des Aulx, CH-1228 Plan-les-Ouates - Genève, Suisse) ainsi que sur les sites Internet de la société http://www.geneuro.com et de l’AMF http://www.amf-france.org


- Facteurs de risques - GeNeuro attire l’attention du public sur le chapitre 4 « Facteurs de risques » du document de base et plus particulièrement sur les facteurs de risque 4.1 « Risques liés aux produits, au marché et à l’activité du Groupe ».

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: