En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Consommateurs à travers le globe : la confiance à son plus haut niveau depuis

Publication: Novembre 2015

Partagez sur
 
Ce trimestre, un niveau record aux Etats-Unis en termes de confiance et d’intentions de dépenses. En France, le moral des ménages reste stable avec une montée de la préoccupation autour du terrorisme...
 

Parmi les plus grandes économies du monde, l’indice de confiance des consommateurs américains a bondi de 18 points au 3e trimestre 2015 pour atteindre le score de 119, la plus forte augmentation ce trimestre et l’indice le plus élevé pour les Etats-Unis depuis 10 ans. En Europe, la confiance a continué de s’améliorer pour le troisième trimestre consécutif, 21 des 32 pays voient leur indice augmenter, faisant monter la moyenne européenne au score de 81, le plus haut niveau depuis 2008. Des perspectives qui sont donc encourageantes pour ces deux régions, selon la dernière étude de Nielsen, leader mondial des informations et d’insights sur ce que les consommateurs regardent et achètent. L’indice de confiance des consommateurs Nielsen mesure la perception des perspectives d’emploi locales, les finances personnelles et les intentions de dépenses immédiates, auprès de plus de 30 000 répondants internautes répartis dans 61 pays1 à travers le globe.

« Nous sommes toujours dans une période d’incertitude économique dans le monde et les tendances en termes de confiance sont ainsi variables », a déclaré Louise Keely, vice-présidente de Nielsen et présidente de The Demand Institute. « En dépit de quelques signaux économiques mitigés de la part des États-Unis, la confiance des consommateurs s’est renforcée et les dépenses de consommation sont moteurs de l’économie. En Europe, la confiance évolue de manière inégale en raison de la variation des conditions économiques propre à chaque pays : une progression en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni reflète l’amélioration des marchés de l’emploi, tandis que la confiance a chuté en Russie dans le sillage d’un ralentissement économique. En Amérique latine les évolutions sont également variables, mais le recul de la confiance au Brésil pèse lourd, le pays étant la plus grande économie de la région. »

Le Maroc a été ajouté à l’enquête mondiale Nielsen sur la confiance des consommateurs au 3e trimestre 2015 et vient s’intégrer dans la moyenne de la région Moyen-Orient / Afrique.

A l’échelle mondiale, la confiance des consommateurs a augmenté de 3 points au 3e trimestre pour atteindre un score de 99, le plus haut niveau depuis 2006. Mais derrière cette tendance générale, la confiance se stabilise, voire progresse, dans de nombreux pays développés alors qu’elle décline dans plusieurs régions en voie de développement. En effet, l’indice a diminué d’un point dans la région Asie-Pacifique (106), et de 2 points en Amérique latine (81), soit le niveau le plus bas constaté pour cette région. Par ailleurs, la région Moyen-Orient / Afrique (94) se stabilise.

Malgré le sentiment de récession qui perdure, les consommateurs à travers le monde sont prêts à dépenser

Les intentions de dépenses immédiates ont augmenté progressivement dans le monde, passant d’un niveau plancher de 30% en 2008 pendant la Grande Récession à un record de 43% au 3e trimestre 2015. La plus forte progression a eu lieu aux Etats-Unis ce trimestre, 14 points supplémentaires, pour atteindre 58%. La plupart des autres régions ont suivi cette tendance, avec des intentions de dépenses en hausse de 2 points au Moyen-Orient / Afrique (38%) et en

Europe (34%), ainsi qu’un point supplémentaire en Amérique latine (33%). Elles sont par ailleurs restées stables en Asie-Pacifique (47%).

Les consommateurs à travers le globe sont un peu plus nombreux à déclarer avoir de l’argent disponible et sont plus enclins à dépenser pour les vêtements, les vacances, les divertissements à l’extérieur de la maison, les produits high-tech et les projets de rénovation et de décoration du logement. Dépenser certes, mais épargner aussi. Plus de la moitié des consommateurs dans le monde (52%) souhaitent économiser, contre 48% au 2e trimestre.

Malgré une hausse des intentions de dépenses, la moitié (56%) toutefois des interrogés dans le monde ont le sentiment d’être toujours enlisés dans la récession au 3e trimestre, contre 54% au 2e trimestre. En effet, le sentiment de récession a augmenté ce trimestre dans 31 pays sur 60.

« Beaucoup de consommateurs, dans les marchés matures comme émergents, sont prêts à dépenser sur plusieurs types de produits » déclare Louise Keely. « Pourtant, une majorité d’entre eux continuent de croire que leurs pays est en récession, même si ce n’est plus le cas. Un ajustement brutal du sentiment de récession reflète généralement des changements réels dans les perspectives économiques d’un pays, et indique si les consommateurs seront plus ou moins enclins à dépenser. »

Le sentiment de récession est le plus élevé au Venezuela (98%), en Ukraine (96%) et au Brésil (92%). Il a le plus fortement augmenté au Canada (71% soit +25 points), en Lettonie (70% soit +21 points), à Hong Kong (56% soit +17 points), en Malaisie (89% soit +16 points) et en Russie (79% soit +14 points).

Les Etats-Unis de plus en plus optimistes, et l’Europe moins pessimiste

Les pays les plus optimistes sont l’Inde (131), suivie par les États-Unis (119), les Philippines (117) et l’Indonésie (116). Les États-Unis ont montré la plus grande amélioration sur un trimestre (+18 points), et Taïwan la plus forte baisse (-12 points).

Aux États-Unis, les intentions de dépenses non contraintes affichent un niveau record ce trimestre, comme les vêtements (37% soit +14 points), les vacances (37% soit +19 points), les produits high-tech (31% soit +18 points) et les projets de rénovation du logement (31% soit +16 points). Le pourcentage de consommateurs américains qui déclarent ne pas avoir d’économies a diminué de -14 points pour atteindre le niveau le plus bas pour le pays (13%) depuis 2005.

En Europe, l’indice de confiance continue sa progression ce trimestre, passant de 79 à 81. Les plus fortes hausses s’observent en Pologne (80) et au Portugal (66), qui gagnent 10 et 9 points respectivement. La confiance continue de s’améliorer pour le 7e trimestre consécutif au Royaume-Uni, avec 4 points supplémentaires ce trimestre, se hissant ainsi au score de 103, le plus élevé pour le pays depuis le début de l’enquête en 2005. En Allemagne, la plus grande économie de la région, l’indice a également progressé de 3 points pour atteindre la barre symbolique de 100. Pendant ce temps, la confiance dans tous les pays nordiques de l’enquête a diminué : la Finlande (62) perd 4 points, l’optimiste Danemark (109) perd 3 points, et la Norvège (87) et la Suède (87) perdent également un point chacune.

La confiance reste à son plus haut niveau en France

En France, pas d’évolution ce trimestre pour le moral des ménages qui s’est stabilisé à 66, et à l’inverse de la tendance mondiale et européenne, le sentiment de récession continue de reculer à court terme en France. 76% des consommateurs dans l’hexagone pensent ainsi que le pays est actuellement en récession, contre 78% le trimestre dernier, et 81% en début d’année.

Laurent Zeller, Président Directeur Général de Nielsen France, confirme : « De nature plutôt pessimistes dans les sondages, les Français restent ce trimestre en-deçà de nombreux pays en matière de moral… mais celui-ci se stabilise à son plus haut niveau depuis 4 ans ! Nos compatriotes se montrent moins préoccupés à court terme par la sécurité de l’emploi et plus confiants dans l’avenir quant à leur situation financière personnelle. Leurs achats de produits de grande consommation confirment cet optimisme : les volumes progressent encore, et les consommateurs se tournent vers des produits toujours plus valorisés. »

Pour autant, les Français interrogés restent prudents quant aux perspectives futures pour le pays puisque seuls 7% d’entre eux prévoient une sortie de crise dans l’année à venir. Ainsi les différents signaux sont variables sur la situation économique des Français, qui sont désormais préoccupés en premier lieu par le terrorisme. En effet, 26% des interrogés en France citent le terrorisme en parmi leurs deux préoccupations principales pour les 6 prochains mois, un pourcentage en hausse de 4 points par rapport au trimestre précédent mais comparable au 1er trimestre de l’année 2015.

Parallèlement, la sécurité de l’emploi, première préoccupation jusqu’à présent, est moins citée, si bien que le terrorisme prend désormais la tête du classement. Un fait marquant positionnant ainsi la France comme le 3e pays de l’étude le plus concerné par le terrorisme derrière la Turquie et l’Egypte.

http://www.nielsen.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: