En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Plasturgie : trop faible répercussion de la baisse des prix du pétrole

Publication: Septembre 2015

Partagez sur
 
A l’heure où le pétrole se stabilise à un prix plancher, avec des marges doublées pour les producteurs de matières ...
 

les plasturgistes s’alarment de ne constater qu’une baisse très modeste et décalée des prix matières par rapport à la baisse du prix du baril. « Ce « printemps énergétique » bénéficie à l’industrie de la chimie, qui voit ses coûts de production baisser, mais pour les plasturgistes, qui ne bénéficient presque pas de réductions sur l’achat des matières, il signifie seulement davantage de pressions de la part de l’ensemble des acteurs. C’est paradoxal, mais la baisse du prix du pétrole nous fait craindre le pire ! » s’inquiète Florence POIVEY, Présidente de la Fédération de la Plasturgie et des Composites.

Des coûts matières qui restent élevés, alors que le prix du baril de Brent est au plus bas

Le prix du pétrole a baissé de 45% depuis juin 2014 alors que les prix des matières plastiques sont revenus à leur niveau de 2014, voire ont augmenté ! C’est le cas du PE, qui a augmenté de +45% depuis le mois de février 2015, ou encore du PVC (+35% au premier semestre 2015). « Les marges des producteurs de matières ont augmenté de plus de 50%, au détriment des industriels de la plasturgie ! De plus, sur la même période, les plasturgistes ont dû affronter un nombre exceptionnel de forces majeures de leurs fournisseurs, plus de 40 cas sur un parc de 200 sites européens. » ajoute Jean MARTIN, Délégué Général de la Fédération de la Plasturgie et des Composites

Plus de marges pour les pétrochimistes au détriment des plasturgistes !

Les secteurs de l’emballage (agroalimentaire, cosmétique...) et du bâtiment sont les plus touchés etsubissent des pressions de la part des donneurs d’ordre, qui sont également en attente d’une répercussion sensible sur les prix finaux. « Cette situation ne peut plus durer. Nous attendons désormais une action de la part des pétrochimistes, qui ont déjà reconstitué leurs marges lors de la dernière baisse de prix, et espérons qu’ils vont décider de reporter cette dernière sur les matières qu’ils vendent aux plasturgistes. C’est toute la santé du secteur qui en dépend ! » complète Jean MARTIN.

Bientôt des achats hors Europe ?

À l’heure actuelle, les industriels de la plasturgie prennent des décisions au jour le jour en ce qui concernel’achat des matières. Ce manque de visibilité fragilise l’ensemble de la filière et complique la mise en place et l’application de politiques d’investissement et d’innovation.Si les plasturgistes français achètent aujourd’hui 90% de leurs matières en Europe, la question d’un approvisionnement hors Europe devient de plus en plus séduisante. « Si les pétrochimistes continuent d’augmenter leurs marges au détriment de la filière française et européenne, il deviendra inévitable que les plasturgistes s’approvisionnent dans d’autres pays, tels que les Etats-Unis ou le Moyen-Orient ! » conclut Florence POIVEY.

http://www.laplasturgie.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email:


 

Dans la même rubrique