En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Jacques Bonifay, Président de Transatel et de la nouvelle association MVNO Europe

Publication: Août 2015

Partagez sur
 
Jacques Bonifay, continue d’œuvrer à un meilleur environnement réglementaire pour un plus grand nombre d’acteurs de la téléphonie mobile...
 

EAFM, l’association des Full-MVNOs européens, s’est rebaptisée le 16 juillet dernier MVNO Europe pour signifier son élargissement à tous les MVNOs européens, ou Opérateurs de Réseaux Mobiles Virtuels, quel que soit leur degré d’intégration verticale. L’association était à l’origine dédiée aux Full-MVNOs, c’est-à-dire aux seules organisations disposant d’un contrôle entier des opérations, données et services de téléphonie mobile (en détenant notamment les nœuds centraux du réseau, les systèmes OSS/BSS et de facturation, etc.). MVNO Europe gagne ainsi en représentativité et aborde une nouvelle étape de son développement dans un contexte concurrentiel et réglementaire sensible.

Full-MVNOs et MVNOs : à situation concurrentielle similaire, priorités politiques partagées

Les développements du marché européen, avec la poursuite des consolidations et la fin annoncée des frais d’itinérance, présentent les mêmes défis aux Full-MVNOs et aux MVNOs. Les uns comme les autres doivent s’assurer que leur voix est entendue dans les débats réglementaires portant en particulier sur les concentrations, les tarifs de gros, la convergence fixe-mobile, les frais de terminaison, l’allocation des fréquences, et plus généralement sur le cadre concurrentiel et les conditions de marché. La décision d’ouverture se fonde sur l’alignement des points de vue du fait de l’évolution structurelle du marché, permettant d’actionner le levier naturel d’une meilleure représentativité auprès des instances réglementaires.

La nouvelle association MVNO Europe, qui a vu le jour le 16 juillet 2015, s’inscrit dans une parfaite continuité d’objectifs : aider l’Europe à créer un cadre réglementaire cohérent, assurant des conditions équitables d’accès au marché de gros et une juste concurrence sur le marché de détail, au profit des consommateurs, des entreprises et de l’innovation.

Les membres de MVNO Europe à date couvrent une partie substantielle du territoire européen : Cyta Hellas (Grèce), EI Telecom (NRJ Mobile - France), Intercity Zkelijk (Pays-Bas), Liberty Global (dont VirginMedia, R.-U.), PosteMobile (Italie), Telenet (Belgique), Transatel (opérateur européen transfrontalier) et Voiceworks (Pays-Bas et Allemagne).

Investir dans l’innovation : la force de l’acteur « agile » et l’exemple de Transatel

Bien avant les discussions sur le Marché Unique du Numérique, Transatel a aboli pour ses clients les frontières de la téléphonie en Europe que constituent les frais de roaming, en lançant, il y a 15 ans déjà, des offres pour les frontaliers. Transatel a même été le premier opérateur français à inclure les appels depuis et vers toute l’Union européenne dans ses forfaits.

Jacques Bonifay, Président de MVNO Europe et Président du Directoire de Transatel : « Nous assistons actuellement à une vague de consolidations en Europe qui renforce notre détermination à favoriser l’accès au marché. Je puis néanmoins témoigner que le régulateur est aujourd’hui très soucieux de préserver de saines conditions de concurrence et la fluidité du marché. Ainsi, si par exemple, nous passons de quatre à trois opérateurs de réseaux en France, cela ne devrait pas desservir les acteurs de moindre taille, au contraire : il s’agira d’une nouvelle opportunité pour les opérateurs virtuels qui verront leurs conditions d’accès aux réseaux mobiles s’améliorer. Ils pourront innover davantage et proposer de nouvelles offres. »

Car c’est bien de cela dont il s’agit : l’innovation. Les MVNOs et Full-MVNOs, acteurs agiles de la téléphonie mobile, sont les fers de lance de l’innovation, en réponse aux besoins exprimés et non exprimés de leur clientèle de niche. Cette clientèle aux besoins spécifiques (en termes de tarification, de services, de flexibilité, de couverture, de technologie ou d’usages) ne peut intéresser les MNOs (Mobile Network Operators) dont les infrastructures sont trop lourdes pour admettre des développements spécifiques. Le rôle d’intermédiation et d’adaptation que jouent les MVNOs, et qu’ils vont jouer par exemple dans la révolution 5G, préserve les revenus des MNOs et assure le dynamisme de l’offre au sens large. Tout comme l’Europe ne peut se passer d’innovation, elle ne peut se passer de la voix des MVNOs.

http://www.transatel.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email:


 

Dans la même rubrique