En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Biogaz Vallée® lance le cercle Methalliance® afin de faire connaître et stimuler l’émergence d’une filière industrielle liée à la méthanisation en France

Publication: Novembre 2012

Partagez sur
 
A l’occasion de son premier colloque « Méthanisation et aménagement énergétique des territoires » organisé hier au Palais du Luxembourg et qui a connu un grand succès...
 

Souvent méconnue, ou mal appréhendée dans ses différentes dimensions, tant par les citoyens que par les collectivités territoriales, la méthanisation est pourtant considérée par de nombreux experts en énergie et économistes, comme l’une des industries les plus prometteuses de l’économie française. Et européenne.

C’est la raison pour laquelle Biogaz Vallée® a souhaité réunir des personnalités élues, des hauts fonctionnaires, des représentants d’autorités administratives indépendantes, des personnalités du monde de l’entreprise, des experts en énergie et autres, en vue de faciliter les échanges autour des différentes thématiques liées à cette nouvelle richesse, renouvelable.

Pour Lionel Le Maux, président de Biogaz Vallée® : « Il s’agit désormais de passer à la vitesse supérieure et d’agir en faveur de cette filière industrielle en France et de se mettre en capacité de développer un modèle français. Cette nouvelle industrie en est encore à ses prémices et, déjà, plusieurs freins ralentissent les implantations d’unités de production sur notre territoire. La méthanisation est, pourtant, une chance à saisir pour notre pays, premier producteur de déchets fermentescibles d’Europe, ce que Methalliance® va s’efforcer d’expliquer. L’énergie est rare, chère pour tous les secteurs d’activités, publics comme privés, mais elle est vitale. Or, la méthanisation produit une énergie réellement verte dont la matière première se renouvelle sans cesse : nos déchets ; c’est donc une ressource qui permet une approche réellement circulaire de l’écologie. C’est pourquoi, nous espérons vivement que la création de Methalliance ® sera le point de lancement d’une dynamique industrielle comme la France n’en a plus connue depuis très longtemps ».

Le méthane produit grâce aux déchets via la méthanisation, est, en effet, une énergie sûre et peu polluante qui pourra participer activement à la transition énergétique. 425.000 tonnes par an, c’est l’estimation du gisement de résidus biodégradables à partir duquel la production du biogaz est envisagée. La méthanisation, nouvelle industrie clef, créerait des emplois, redensifierait le tissu social en région, doterait la France d’une activité compétitive et enfin, permettrait d’atteindre l’objectif de Lisbonne et du Grenelle de l’environnement de 23% d’énergie renouvelable produite et utilisée en 2020 et de réduction des émissions de GES.

La récente étude du cabinet Xerfi parue en juillet dernier, prévoit un triplement du marché de la méthanisation à l’horizon 2020 qui nous encourage dans nos initiatives.

Pourquoi Methalliance ®

Cercle de soutien à la méthanisation

- parce que le sujet est dans le droit fil de l’objectif de Lisbonne relativement au mix-énergétique et de la récente Conférence environnementale lancée par le Gouvernement ;

- parce que ce sujet est, avant d’être un sujet ENR, un vrai sujet industriel, c’est pourquoi nous avons souhaité que la BIOGAZ VALLEE se projette dans la perspective de la création et de la consolidation d’une véritable filière industrielle de la méthanisation (équipements structurants, de long terme, emplois non délocalisables, R&D et innovation etc.) ;

- parce qu’envisager les choses ainsi c’est s’éviter les bulles et déboires qu’ont pu connaître et que connaissent encore l’éolien et le photovoltaïque qui ont surtout accru le déséquilibre de notre commerce extérieur ! La France accuse un retard certain sur la filière

- parce c’est aussi un sujet d’intérêt général, car les élus, les citoyens et nous tous devrons évoluer :

- en nous questionnant sur la faculté de la France à fixer de nouveaux emplois industriels et sur l’acceptabilité que cela implique ;

- en considérant que les résidus organiques peuvent être des matières à valeur ajoutée du point de vue énergétique, que notre responsabilité est d’agir localement sur ce point et d’éviter la revente à l’étranger des déchets produits en France

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email:


 

Dans la même rubrique