En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Etude Deloitte " Tendances mondiales 2015 Aéronautique et Défense "

Publication: Avril 2015

Partagez sur
 
En amont du salon du Bourget, Deloitte publie les résultats de son étude " Global Aerospace and Defense Industry Outlook "...
 

Deloitte détermine ainsi les grands enjeux auxquels doit répondre l’industrie : repositionnement stratégique, maintenance, structure de la chaîne de valeur, performance opérationnelle, cyber-sécurité. En 2014, l’industrie aéronautique et défense a connu une croissance de 3% avec un chiffre d’affaires cumulé des 20 grands acteurs mondiaux à 370,7 milliards de dollars dont 118.1 milliards de dollars pour les 6 européens. Selon les prévisions de Deloitte, la croissance de l’industrie devrait rester stable à 3% en 2015.

Croissance soutenue de l’aéronautique commerciale

L’aéronautique commerciale s’est développée à un rythme très soutenu en 2014, de l’ordre de 7.7%, portée par des niveaux de production records, le remplacement accéléré des appareils obsolètes, le besoin d’appareils plus sophistiqués et moins consommateurs en carburant.

L’industrie reste marquée par des trends longs haussiers : la demande en matière de voyage aérien a bondi de 428 % entre 1981 et 2014 alors que les facteurs de charge (utilisation de l’avion) n’ont augmenté qu’à hauteur de 25,4 % (de 63,7 % à 79,9 %) avec, sur la même période, une progression de la production d’avions de 218 %. La demande en matière de voyage aérien devrait croître de 5% par an au cours des 20 prochaines années nécessitant des livraisons d’avions sur la période estimées entre 31 300 et 34 300 avions (hors appareils régionaux).

Deloitte prévoit au cours des 10 prochaines années, une progression prononcée d’environ 20% de la production d’avions commerciaux avec à la clé l’enjeu majeur d’une montée sécurisée en cadence de la production.

Des performances contrastées dans la défense

En Europe, même si le budget de la défense a augmenté de 3,2% en France entre 2011 et 2014, ceux du Royaume-Uni et de l’Allemagne ont respectivement perdu 0,4% et 1,3%. Aux US, le National Defense Authorization Act de 2015 fixe le budget de la défense à 585 milliards de dollars pour 2015 soit moins 30 milliards de dollars par rapport à 2014. De son côté, le gouvernement français prévoit une réduction des dépenses de défense de 0,5% en 2015 par rapport à 2014 alors que le Royaume-Uni et l’Allemagne prévoient une légère augmentation. Au niveau mondial, la défense reste ainsi en recul. A l’opposée, on constate une croissance significative des budgets et donc de la dépense en Inde, Chine, Pakistan et Russie.

Les budgets restent globalement en baisse avec les chiffres d’affaires de l’industrie qui restent stables. La maintenance, la cybersécurité, les nouveaux systèmes de défense (les technologies de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (ISR) nouvelle génération) constituent des relais de croissance.

Deloitte identifie 5 grands enjeux pour l’industrie aéronautique et défense :

1/ Compagnies aériennes : se repositionner dans un paysage concurrentiel en complète mutation

Les solides perspectives de croissance du trafic aérien, ainsi que l’émergence de nouvelles puissances géopolitiques attisent la concurrence entre compagnies aériennes. Nombre d’entre elles sont contraintes de repenser leur équation stratégique, en optimisant les coûts d’exploitation, " l’expérience client " des passagers et leur réseau - avec en toile de fond la question capitale des alliances.

On observe une montée en gamme rapide sur le confort et les services, aussi bien pour le voyage d’affaires que pour le tourisme premium, impulsée en particulier par les compagnies du Golfe. Elle se traduit par le soin accordé à l’aménagement des cabines, à l’espace passager, aux équipements de divertissement et à la qualité de service - à bord et lors des phases d’embarquement/de débarquement. De plus en plus, les clients recherchent dans le voyage une expérience fluide et homogène, intégrant le vol mais aussi les transferts, voire le séjour.

Enfin, face à la puissance de feu considérable des compagnies du Golfe, les majors occidentales vont devoir consolider les alliances existantes et envisager de nouveaux partenariats.

2/ Maintenance : négocier un virage stratégique majeur

Pour les avionneurs et les motoristes, la diversification vers les services de maintenance constitue une piste de croissance attractive. Elle concorde avec des démarches d’externalisation de plus en plus répandues de la part des compagnies aériennes. Les activités de maintenance génèrent des flux de revenus peu cycliques. Elles permettent de contrôler un maillon névralgique de la chaîne sécuritaire et procurent une maîtrise et une compréhension fine du cycle de vie des produits. L’évolution de ce secteur n’est pas sans soulever plusieurs problématiques de taille : concurrence frontale avec les grandes compagnies aériennes ; choix de localisations qui se révèlent déterminants avec des régions émergentes comme le Maroc, l’Inde et la Malaisie dont le rôle tend à s’affirmer ; ainsi que des enjeux en termes de capital humain.

3/ Structure de la chaîne de valeur : s’investir dans la reconfiguration à venir

Face à la parcellisation des sous-traitants de l’aéronautique, la consolidation par " famille " de fournisseurs s’avère nécessaire. Elle requerrait l’implication accrue des grands donneurs d’ordres dans la gestion stratégique en amont de leur écosystème : un recours accru aux fusions-acquisitions, le renforcement de véhicules d’investissement comme les Aérofunds, un élargissement des programmes de développement des fournisseurs constituent autant de leviers propres à renforcer et consolider le tissu de sous-traitants.

4/ Performance opérationnelle : élargir la focale pour identifier risques et opportunités

Le modèle de " l’entreprise étendue " structure l’industrie de l’aéronautique et de la défense. Dès lors, l’amélioration de la performance n’est plus une démarche circonscrite aux bornes d’une entreprise, mais doit se concevoir comme un dialogue global avec les fournisseurs. Stratégie industrielle, achats et gestion du risque sont de plus en plus indissociables. L’optimisation des coûts industriels ; le renforcement des programmes de planification intégrée de la demande ; la multiplication des actions de développement des fournisseurs ; la réflexion commune des compagnies et constructeurs sur une proposition d’offre standard ; et la mise en place d’indicateurs de santé opérationnelle et financière de ses partenaires stratégiques sont autant de leviers pour une performance opérationnelle réussie.

5/ Cyber-sécurité : corriger des vulnérabilités critiques

Si le niveau accru de menaces est assez largement pris en compte par les pouvoirs publics et les grands acteurs de la filière, il dépasse en revanche souvent les moyens financiers et humains des sous-traitants de rang 2, 3 ou ultérieurs. Or la robustesse de tout système est conditionnée par celle du plus faible de ses maillons. Les principaux donneurs d’ordre doivent donc sensibiliser aux enjeux de cyber-sécurité tous les acteurs en amont de leur chaîne de production. Parmi les principaux axes d’action : adopter une démarche intégrée qui ne se cantonne pas aux murs d’une entreprise mais englobe son écosystème ; aborder la problématique sécuritaire sous l’angle stratégique et managérial, et pas uniquement technique ; favoriser le retour d’expérience au sein de la filière. Mieux prendre, collectivement, la mesure des risques de cyber-sécurité aurait aussi une autre vertu, celle de contribuer au développement d’acteurs français et européens sur des marchés en forte croissance : protection des systèmes d’information critiques, gestion d’identité en environnement collaboratif, chiffrement de données ou encore détection d’attaques ciblées.

" L’industrie aéronautique et défense est un secteur stratégique majeur pour la France qui recèle des potentiels importants en matière de développement des exportations, de création d’emplois, et d’innovation dans des technologies duales porteuses d’une croissance durable et rentable.", souligne Pascal Pincemin, Associé responsable aéronautique et défense chez Deloitte France.

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email:


 

Dans la même rubrique