En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Quand la 3D s’empare de la dorure

Publication: Juillet 2023

Partagez sur
 
DM Dorure, le spécialiste du traitement de surface par électrolyse de métaux précieux pour la décoration et la protection de toutes les pièces (bijoux, accessoires, objets de décoration...) emploie désormais des scanners 3D pour différents types d’applications...
 

La société, basée à Montagny (69) et qui possède de nombreux clients dans le secteur du luxe, opère dans plusieurs domaines tels que la bijouterie, l’orfèvrerie, le conditionnement de luxe, la musique ou encore la décoration d’intérieur. Elle accompagne les marques leaders dans la production de pièces d’exceptions, du prototypage à la production en série.

L’expertise du traitement de surface pour un savoir-faire d’exception

Lors de la galvanisation, les pièces métalliques sont recouvertes d’or dans un bain d’électrolyse à 60°C comprenant des sels de cyanure. Dans un objectif de crédibilité et de sincérité envers ses clients, DM Dorure fait usage de la technologie de scan 3D pour proposer un service optimal, améliorer la précision de ses devis et éliminer toute inexactitude ou approximation dans le calcul de la quantité d’or déposée sur la surface du produit. Sachant qu’un gramme d’or vaut 60 euros, une surface mal calculée peut, compte tenu du coût élevé de cette matière précieuse, rendre l’opération moins rentable, ou à perte.

À la suite d’un rachat opéré en 2021, la direction de DM Dorure, avait pour objectif de doubler le chiffre d’affaires en 3 ans, ce qui impliquait un renforcement de l’activité et une augmentation des données à gérer au quotidien.

Début 2022, DM Dorure a fait l’acquisition de deux scanners Artec 3D, complémentaires dans leur usage et répondant à différents besoins bien distincts, Artec Micro, conçu pour les petites pièces mécaniques, la bijouterie ou la joaillerie, et Artec Space Spider, adapté pour capturer des détails complexes d’objets plus grands en haute définition et des couleurs vives.

Alors que chaque pièce était auparavant reproduite grâce à des formules géométriques classiques, DM Dorure emploie aujourd’hui les scanners 3D pour de multiples applications telles que le packaging de coffrets pour l’horlogerie de luxe, la rénovation d’œuvres d’art, des pièces automobiles équipant des véhicules produits à très peu d’exemplaires. Ou encore des équipements pour la haute couture, des instruments de musique comportant des parties métalliques aux formes complexes et improbables, où la surface des pièces est extrêmement compliquée à mesurer.

La technologie 3D pour une précision micrométrique

À l’aide de la technologie de scan Artec 3D, DM Dorure peut scanner de nombreuses pièces qui ne rentrent pas dans les standards géométriques. Pour éviter toute approximation pénalisante et faciliter le calcul, chaque pièce est remodélisée, un gain de temps qui évite également les erreurs de mesure, auparavant constatées beaucoup trop tard, lors du calcul de l’ensemble des métaux précieux utilisés pour une pièce.

« Alors que l’ancienne méthode de mesure de pièce prenait auparavant une demi-heure, le scanner 3D permet aujourd’hui un gain de temps considérable, à raison de 300 heures par an, puisque chaque pièce peut être scannée en 5 minutes. Ce qui est non négligeable lorsque l’on scanne au minimum une vingtaine de pièces par semaine. » explique Éric Brun, Président de DM Dorure.

Vers l’automatisation et l’obtention de données toujours plus fiables

Avec un doublement de son chiffre d’affaires en 3 ans et victime de son succès, DM Dorure est amenée à gérer un nombre de données toujours plus élevé. L’automatisation fait disparaître les méthodes d’antan de gestion des données et de nouveaux moyens, toujours plus fiables, apparaissent.

À la suite du scan des pièces, des fichiers STEP sont générés puis envoyés au fabricant pour en produire de nouvelles, de tailles différentes, avec les mêmes proportions.

Alors qu’auparavant les données étaient enregistrées manuellement, ces dernières sont aujourd’hui archivées dans le logiciel Artec Studio, ce qui permettra de les retrouver en cas de besoin, puis de les fournir au prestataire d’impression 3D pour réitérer la fabrication de ces pièces métalliques. Artec Studio, logiciel conçu pour être intuitif et simple à utiliser, favorise la vulgarisation des différentes actions qui seront réalisées sur la pièce.

Une valeur ajoutée continuellement améliorée

Avec l’adoption de la technologie 3D, DM Dorure calcule désormais une surface avec précision en seulement 5 minutes, contre 6 fois plus de temps auparavant. De plus, des appareils de mesure manuels étaient utilisés.

Vis-à-vis des clients, l’usage de ce matériel de haute technologie apporte un niveau élevé de crédibilité. Le logiciel Artec Studio, solution complète, permet l’archivage automatique des pièces scannées complétées des mesures de volumes et de surfaces. Les données archivées pouvant servir de preuves, si le besoin se présente.

DM Dorure a pour objectif futur de connecter l’ensemble de cette technologie à un processus d’impression 3D, mais, pour le moment, les priorités sont centrées dans le domaine du laser et de la soudure.

« Notre seule limite est l’imagination de nos clients et pour les satisfaire nous devons nous doter des dernières technologies qui puissent avoir la capacité de soutenir leurs projets. Le numérique et le scan 3D révolutionnent les process et offrent désormais la possibilité de faire coexister savoir-faire et technologie », conclut Éric Brun.

https://www.artec3d.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: