En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Jumeau numérique : copier pour mieux créer

Par Matthieu PIAT, Leader Architecte & Construction chez Prodware

Publication: 15 septembre

Partagez sur
 
Véritable clone virtuel d’un bâtiment, le jumeau numérique permet aux acteurs du secteur de la construction de gagner en efficacité. Mais le véritable bénéfice est atteint quand tous les maillons de la chaîne se mettent à collaborer véritablement...
 

Depuis la fondation de Rome, avec les démêlés de Romulus et de Rémus, la construction d’une ville a souvent été une affaire de jumeaux. Le jumeau numérique ne fait que confirmer cette tendance.

L’apparition il y a quelques années de ce modèle 3D qu’est le jumeau numérique a constitué une véritable révolution pour les acteurs de la construction. Après une phase d’acculturation et de formation à ce nouveau type d’outil, architectes, bureaux d’études, maîtrises d’ouvrage et entreprises du BTP ont commencé à explorer toutes les facettes de ces solutions d’un nouveau genre.

Grâce à des vues en éclaté, maquettes ou images, chaque partie prenante a désormais pu accéder à une vue immersive du bâtiment et à l’ensemble de ses données. Les architectes ont ainsi pu exporter des informations graphiques essentielles à leur projet et éviter ainsi de faire et refaire des dessins selon différentes coupes. De leur côté, les bureaux d’étude ont pu traiter des données cruciales sur la configuration technique du bâtiment à construire et ce de manière fluide et rapide. Enfin, pour les entreprises du BTP, l’ensemble de la phase chantier s’est vue simplifiée grâce notamment à la visualisation du projet de manière virtuelle.

Des jumeaux numériques encore trop cloisonnés

Mais il s’agissait de jumeaux numériques « métier ». Champions dans leur domaine, ces modèles hyper-performants dans leur spécialité pêchaient par leur manque de communication. Or, pour éviter que les problèmes ne se règlent sur les chantiers, ce qui est très onéreux, rien de mieux que de les anticiper et de les traiter en amont. Pour cela, il est nécessaire que des processus de collaboration se mettent en place entre les différentes parties prenantes.

La collaboration commence dès les premiers instants du projet, quand l’architecte entame ses échanges avec son client. Ensuite, afin de créer une véritable équipe projet, elle doit redescendre sur les différentes entités de la maîtrise d’œuvre.

Si le but premier du jumeau numérique est d’assurer une phase de construction la plus sereine et la plus fluide possible, n’oublions pas qu’il doit aussi pouvoir jouer un rôle fondamental dans l’exploitation du bâtiment, tout au long de son cycle de vie.

Adoption : des réticences à lever

Tel qu’il fonctionne aujourd’hui, le jumeau numérique constitue donc un référentiel commun. Cette ouverture à tous les métiers engagés dans un projet est une avancée très importante. Ce nouvel outil fournit une base de données exhaustive autour de laquelle tous les acteurs impliqués peuvent créer des workflows, et échanger des informations clés. Néanmoins, il est nécessaire de recourir à des méthodologies rigoureuses qui reposent sur des chartes de fonctionnement internes et des protocoles d’échange reconnus et validés par tous.

Les plateformes collaboratives présentes sur le marché jouent ainsi un rôle de tiers de confiance normalisateur. Leur fonction est de contribuer à la synthèse des principales informations d’un projet. D’une certaine manière, le jumeau numérique peut être considéré comme un outil de traduction, non pas d’une langue dans une autre mais d’une pratique dans une autre. En tant que référentiel commun, il a en effet contraint des démarches métier hautement technologiques, habituées à travailler en relative autarcie en raison de leur spécificité de process et de méthodologies, à faire l’effort de s’ouvrir à la collaboration et à la “discussion” avec d’autres pratiques engagées dans le même projet. Ainsi, il permet non seulement l’échange d’informations entre les démarches-métier mais, plus globalement, une meilleure compréhension entre elles. Sans lui, ces différentes pratiques seraient restées cantonnées à l’horizon nécessairement restreint de leur seul domaine. L’ouverture de ces discours les uns aux autres, permet leur dialogue, au même titre que des langages différents qui doivent pourtant trouver une compréhension réciproque. Le jumeau numérique opère ainsi un décloisonnement entre les pratiques, pour atteindre de nouvelles frontières dans la collaboration entre métiers.

Bien entendu, son utilisation peut générer des frictions, des réticences, car le partage de certains, documents maquettes numériques ou autres éléments de propriété intellectuelle, effraie encore trop souvent certains acteurs. En usant de pédagogie, il est néanmoins possible de convaincre tous les acteurs des bénéfices de cette démarche d’autant que l’enjeu est de taille.

Le jumeau numérique permet en effet de tester de multiples scénarios et hypothèses, facilitant la prise de position de toutes les équipes impliquées. L’impact d’une décision peut ainsi être mesuré avant même sa mise en œuvre, en tenant compte des caractéristiques spécifiques de chaque chantier.

Le rôle déterminant des BIM managers

Le rôle des BIM managers est crucial pour mettre de l’huile dans les rouages. Grâce à eux, chartes et protocoles, garants de la bonne circulation de l’information, sont respectés. En animant l’écosystème réuni autour du projet de construction, ils contribuent à ce que la maquette soit constamment à jour et que les opérations se déroulent de la manière la plus efficace possible.

C’est à ce prix que l’abolition de la frontière entre espace physique et virtuel pourra se réaliser, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives aux acteurs du monde de la construction. En 1970, la Nasa a pu sauver la mission Apollo 13 grâce à une copie du module lunaire Aquarius dans lequel l’équipage s’était réfugié suite à l’explosion d’un réservoir d’oxygène. Gageons qu’un jour il sera possible de créer un jumeau numérique de nos villes et territoires et de modéliser ainsi notre environnement pour mieux le préserver. C’est un des nombreux défis qui attendent l’ensemble du secteur.

https://www.prodwaregroup.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: