En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Architectures vertueuses : la nécessité d’une approche qui dépasse l’objectif initial

Par Mark Stuart Cochrane, Senior Architect chez Insight

Publication: 8 juillet

Partagez sur
 
En architecture, réelle comme virtuelle, la seule atteinte de l’objectif technique ne garantit pas l’utilisabilité. Pour répondre pleinement aux attentes et aux besoins de l’utilisateur final, il est primordial de voir plus loin...
 

Pour ce faire, il convient d’intégrer très tôt dans la conception d’une solution la prise en compte de son environnement afin de garantir le succès de son adoption. Pour cela, quelques bonnes pratiques s’imposent.

Les informaticiens aiment se considérer comme des bâtisseurs. Ces architectes numériques sont les garants de la conception de nos espaces digitaux, dont ils assemblent les briques en respectant un certain nombre de règles de construction. Pour autant, ils ne sauraient se limiter au strict cahier des charges consistant à bâtir et à livrer une solution. Il leur faut également prendre en compte l’environnement dans lequel elle sera utilisée, et les conditions d’accès avec lesquelles devra composer l’utilisateur final.

Dépasser le dessein initial

Autrement dit, quand on pense une solution, il importe de regarder au-delà de la solution elle-même en initiant une approche vertueuse, ancrée dans les défis contemporains. Bien davantage qu’une réponse à un objectif technique, la réflexion impliquera un vaste champ d’enjeux complémentaires tels que la consommation, la maintenabilité, le recyclage, l’inclusion et l’accessibilité. Le constat paraît évident : penser l’utilisation de la solution en amont de sa conception. La réalité nous apporte pourtant des preuves d’une absence d’anticipation dans bien des domaines de notre quotidien.

Par exemple, 45 % des pages imprimées sont jetées dans la journée ? Dans ce cas, la réflexion dépassant l’objectif technique concernera les concepteurs de systèmes : comment permettre à l’utilisateur de réussir à comprendre ce qu’il voit sans avoir à l’imprimer et à générer des déchets ? Il tombe dès lors sous le sens que la prise en compte de l’impact du papier sur l’environnement est indispensable, et qu’elle aura un impact sur les fonctionnalités nécessaires pour éviter une impression, et donc in fine sur l’objectif technique lui-même.

Penser green et inclusive

Pour répondre aux enjeux aussi bien environnementaux que techniques, et apporter une réelle réponse à l’ensemble des utilisateurs, les méthodes de conception se modernisent. Les architectures monolithiques laissent leur place à des approches comme les microservices, qui permettent d’enrichir les solutions de fonctions pertinentes et utiles, et de traiter rapidement les problèmes qui surviennent. A la différence de l’approche monolithique, il est alors possible d’attribuer plus de ressources uniquement aux composants qui en ont besoin quand ils en ont besoin et non à l’ensemble « au cas où », et donc d’éviter le gâchis. A la clé, le développement est amélioré, et l’adoption de la solution favorisée. Les entreprises peuvent ainsi réagir rapidement aux mutations du marché et aux nouvelles demandes, tout en s’inscrivant dans une démarche vertueuse.

Réfléchir à l’image de ce modèle, de façon modulaire, est la solution pour penser une conception à la fois green et inclusive, garante d’une utilisabilité par le plus grand nombre et dans l’ensemble des scénarii potentiels. Cela revient à prendre en compte les différences entre l’utilisateur- et le concepteur, que ce soit en termes de culture (en identifiant les différents biais) et/ou de capacités (par exemple malvoyant, daltonien…). Leur définition pourra ainsi être co-construite de manière transverse, afin de faire émerger le maximum de fonctionnalités adaptées à l’utilisateur et garantissant la pérennité de la solution dans le temps. L’idée est d’intégrer, dans une logique d’inclusive design, toutes les façons d’interagir avec le système que l’on construit.

Il s’agira pour y parvenir de favoriser la confrontation de points de vue, via l’organisation, par exemple, d’ateliers de brainstorming, de testing ou encore de démarches agiles de type lean, qui permettront de dégager toute la portée d’une solution, mais aussi tout son potentiel. Les méthodologies vertueuses pourront également être consignées dans une charte de bonnes pratiques, alimentée et enrichie régulièrement, au gré des évolutions des besoins de l’entreprise comme de son client final, et des mutations du marché. Avec, toujours, un pivot central : l’humain, ses particularités et son environnement. Dépasser l’objectif initial, c’est finalement mieux appréhender le client final en le plaçant, plus que jamais, au cœur de tous les processus.

https://fr.insight.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: