En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Le vaccin de rappel COVID-19 de Sanofi-GSK induit une forte réponse immunitaire

Publication: 14 juin

Partagez sur
 
Une forte réponse immunitaire contre les variants préoccupants, dont Omicron...
 

Le candidat-vaccin de rappel nouvelle génération induit un rappel immunitaire chez des adultes primo-vaccinés par un vaccin à ARNm ; réponse immunitaire plus forte que celle générée par le vaccin de rappel Comirnaty de Pfizer-BioNTech.

Le candidat-vaccin de rappel nouvelle génération a démontré qu’il a le potentiel de protéger contre les variants préoccupants du virus de la COVID-19, dont les sous-lignées BA.1 et BA.2 du variant Omicron, avec un profil de sécurité et de tolérance favorable.

Sanofi rapporte aujourd’hui les données de deux essais cliniques, VAT02 Cohorte 2 et COVIBOOST VAT013, consacrés à son nouveau candidat-vaccin de rappel nouvelle génération basé sur l’antigène du variant Bêta et faisant appel à l’adjuvant à usage pandémique de GSK.

Dans le cadre de l’étude VAT02 Cohorte 2 de phase III, le candidat-vaccin de rappel nouvelle génération de Sanofi-GSK a induit (au jour 15 post-vaccination) une augmentation significative des titres d’anticorps neutralisants comparativement aux titres précédant l’administration de la dose de rappel et ce, contre de multiples variants préoccupants (augmentation de l’ordre de 15 fois contre le virus parent D614 et 30 fois contre la souche Bêta), chez des adultes primo-vaccinés par des vaccins COVID-19 à ARNm. Contre le variant Omicron, en particulier, les données préliminaires montrent une augmentation de 40 fois des titres d’anticorps neutralisants contre la sous-lignée BA.1. Le candidat-vaccin de rappel nouvelle génération de Sanofi-GSK a doublé le nombre d’anticorps neutralisants contre les sous-lignées BA.1 et BA.2 du variant Omicron, comparativement au vaccin de rappel basé sur la souche originelle du virus (D614).

Parallèlement, l’étude indépendante COVIBOOST (VAT013) menée par l’Assistance Publique, Hôpitaux de Paris (AP-HP) a permis de démontrer qu’après une primo-vaccination par deux doses du vaccin Cominarty de Pfizer-BioNTech, le candidat-vaccin de rappel nouvelle génération de Sanofi-GSK a induit une réponse immunitaire plus forte (mesurée par les titres d’anticorps neutralisants générés) que le vaccin de rappel de Pfizer-BioNTech ou que le vaccin de rappel première génération de Sanofi-GSK tous deux ciblant la souche originelle du virus (D614). La proportion de participants dont les titres d’anticorps neutralisants contre la souche originelle D614 du SARS-CoV-2 ont augmenté d’au moins 10 fois entre le jour 0 et le jour 15 s’est établie comme suit :

- 76,1 % (IC à 95 % 64,5–85,4) pour le vaccin nouvelle génération de Sanofi-GSK, contre

- 63,2 % (IC à 95 % 51,3–73,9) pour le vaccin de rappel D614 de Pfizer-BioNTech, et

- 55,3 % (IC à 95 % 43,4–66,7) pour le vaccin de rappel D614 de Sanofi-GSK (candidat-vaccin de rappel de première génération).

Dans le cadre de cette étude, qui a inclus 247 sujets, les trois vaccins ont également induit la production d’anticorps neutralisants contre la sous-lignée BA.1 du variant Omicron, les réponses les plus fortes ayant été observées avec le candidat-vaccin nouvelle génération de Sanofi-GSK. Les résultats de l’étude COVIBOOST sont disponibles sur un serveur de prépublication, en attendant leur publication dans une revue avec comité de relecture.

Dans les deux études précitées, le candidat-vaccin nouvelle génération de Sanofi-GSK a été bien toléré et a présenté un profil de sécurité favorable. Dans le cadre de l’étude VAT02 Cohorte 2, un faible nombre de réactions de grade 3 (moins de 4 %) ont été rapportées, toutes transitoires et sans gravité.

Thomas Triomphe, Vice-Président exécutif, Sanofi Vaccins : « Le virus de la COVID-19 continue d’évoluer et l’émergence de nouveaux variants conjuguée à l’affaiblissement de l’immunité devrait nécessiter l’administration de doses de rappel, du moins auprès de certaines populations. Le variant Bêta exprime des mutations similaires dans de multiples variants préoccupants, dont Omicron, tant et si bien que notre candidat-vaccin a le potentiel de conférer une protection étendue contre de multiples souches du virus de la COVID-19. Les données relatives à la neutralisation croisée tirées de l’étude indépendante menée par l’AP-HP nous donnent à penser que le vaccin de rappel nouvelle génération pourrait avoir un rôle important à jouer dans le cadre des campagnes de vaccination publiques. Nous sommes impatients de soumettre ces données aux différentes autorités de santé dans le monde. »

Sanofi et GSK ont développé leur candidat-vaccin nouvelle génération parallèlement aux évaluations réglementaires dont fait actuellement l’objet leur candidat-vaccin de première génération. L’ensemble des données concernant ce vaccin de rappel nouvelle génération sera soumis aux autorités réglementaires dans les prochaines semaines, afin de le mettre à disposition dans le courant de l’année.

https://www.sanofi.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: