En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Comment la technologie peut-elle stimuler le développement durable des entreprises ?

Par Philippe Azzouyan, Directeur de la succursale France de Dynabook

Publication: 2 mai

Partagez sur
 
Le développement durable est actuellement l’un des plus grands enjeux environnementaux, économiques et sociaux de l’humanité et des affaires. Ce n’est plus seulement une expression à la mode...
 

Les entreprises prennent actuellement la question au sérieux et s’engagent à adopter des pratiques durables comme un "must" plutôt qu’un "plus". Alors que les impacts négatifs du changement climatique deviennent plus évidents de jour en jour, il est important que les entreprises réalisent que les pratiques non durables leur coûteront plus cher sur le long terme. Et ceci que ce soit en termes de réputation ou de rentabilité.

Bien que toutes les industries et tous les secteurs aient des contributions différentes en matière d’émissions de CO2 dans leur ensemble, il y a une chose qui est vraie pour chacun d’eux. C’est que la technologie jouera un rôle central dans l’élaboration de leur stratégie de développement durable dans les années à venir. Bien que la technologie ne soit pas la panacée pour un problème mondial, elle a le pouvoir d’augmenter l’efficacité, tout en réduisant le gaspillage de produits et de ressources.

Mettre en place une stratégie informatique de revente durable

Une stratégie informatique durable clairement définie, comprenant un engagement de la direction et des objectifs mesurables, peut aider toute entreprise à atteindre ses objectifs sociaux, économiques et environnementaux. Alors que le travail hybride est sans aucun doute là pour rester sous une forme ou une autre (en effet, les personnes interrogées dans le cadre de notre recherche ont décrit les ordinateurs portables comme « les héros méconnus de la pandémie » en raison de leur portabilité et de leur flexibilité dans une variété de scénarios de travail), des investissements intelligents dans des équipements informatiques sécurisés et robustes permettront non seulement d’économiser du temps et de l’argent à long terme, mais pourront également améliorer les références en matière de durabilité. Ils créeront une meilleure réputation, plus solide, pour les entreprises qui souhaitent être plus vertes.

Une balle en argent ?

À première vue, s’engager dans une stratégie informatique durable semble simple lorsque davantage de travail à distance est prévu. Dans un rapport rédigé par World Economic Forum, The Future of Jobs 2020, un certain nombre de tendances ont été soulignées, notamment l’expansion du travail à distance et l’accélération de la numérisation et de l’automatisation, et auront potentiellement un impact positif global sur l’environnement. Ce n’est pas une surprise : une réduction du nombre d’employés de bureau signifie une réduction des émissions de CO2 causées par les moyens de transport, le chauffage et le refroidissement des bâtiments, les déplacements domicile-travail et la consommation quotidienne associée.

Mais la durabilité concerne rarement uniquement les émissions directes de carbone. Environ 54 millions de tonnes de déchets électroniques ont été générés en 2019. Ce chiffre devrait atteindre 74 millions de tonnes d’ici 2030. De plus, 20 % de ces déchets auraient été correctement traités en utilisant un modèle de réduction, réutilisation, recyclage. Le reste a probablement été recyclé ou déversé pour finir dans des décharges.

Alors, comment la technologie peut-elle résoudre un problème de durabilité qu’elle semble créer ?

La réponse est compliquée mais aussi claire. Les responsables informatiques savent qu’ils doivent tenir compte de l’impact du nombre et des types d’appareils pour alimenter leur entreprise et la pérenniser. Les ordinateurs du bureau, les ordinateurs portables, les tablettes, les téléphones et les imprimantes ont tous invariablement leur propre empreinte environnementale. Et, suite à un regain d’intérêt et de besoin mondial pour les appareils portables pendant la pandémie, il pourrait être facile de penser que le travail à distance est mauvais pour la planète. Mais ce n’est pas nécessairement le cas. Alors que la consommation actuelle de matériaux électroniques est considérée comme « non durable » par certains experts, les responsables informatiques ont la possibilité de s’éloigner d’un modèle linéaire et d’aller vers une économie circulaire de l’électronique. Ceci en améliorant la performance environnementale des produits tout au long de leur cycle de vie. Pour une économie circulaire durable dans l’industrie informatique, la réduction des déchets électroniques et l’utilisation de programmes tels que la réutilisation, le recyclage et la récupération des actifs n’ont jamais été aussi importantes.

Une solution hybride durable

La première façon de réduire les déchets électroniques pour les utilisateurs informatiques consiste à disposer d’un bon support informatique. Les fournisseurs de technologie constituent la partie la plus importante de la chaîne technologique. Il leur appartient donc de veiller à ce que les appareils achetés durent le plus longtemps possible et que la technologie fonctionne de manière fluide et efficace. Cela peut également être réalisé à distance - les mises à jour de maintenance générales et le support technique n’ont pas besoin d’être une tâche en soit.

Heureusement pour les décideurs informatiques, les fournisseurs de technologie prennent déjà des mesures pour réduire l’empreinte carbone de leurs appareils. Par exemple en aidant leurs clients à gérer l’appareil à la fin de son cycle de vie. Deux des méthodes les plus efficaces sont la revente et le recyclage, qui impliquent soit la revente d’anciens appareils encore en bon état, soit des initiatives de recyclage durable qui permettent aux clients de se débarrasser de leurs équipement de manière écologique.

Les avantages de ces initiatives s’étendent même au-delà de leurs références écologiques. Avec la revente, les anciens équipements encore en bon état peuvent être rachetés à l’association. Ainsi les entreprises à petits budgets bénéficient d’un remboursement tout en libérant de l’espace pour de nouveaux investissements. Pour les équipements qui ont atteint la fin de leur cycle de vie, une initiative solide de recyclage garantira que tout acheteur peut confier le processus d’élimination à son fournisseur, soulageant ainsi le fardeau tout en sachant que l’équipement est géré de manière plus sûre et plus durable.

La technologie est-elle un atout ou un frein ?

La réponse est bien sûr : ça dépend. La plupart des fournisseurs de technologies se concentrent uniquement sur les qualités environnementales de leurs propres produits. Mais les clients ont plus de facettes que cela. Les utilisateurs de technologie qu’ils soient professionnels ou consommateurs - sont rarement limités par un seul fournisseur, de sorte que la responsabilité de la qualité de l’élimination d’un produit repose souvent sur leur prise de décision au sommet de la chaîne d’achat.

Il y a cependant de bonnes nouvelles. De plus en plus de fournisseurs appliquent des politiques plus durables à leurs entreprises - et cette pression vient directement des entreprises et des clients qu’ils approvisionnent. Ainsi, le passage à un modèle de fonctionnement plus circulaire en ce qui concerne les appareils technologiques et l’amélioration des comportements en matière de déchets électroniques est déjà pleinement en vigueur.

La gestion des actifs informatiques est une partie importante du travail des équipes informatiques. En tant que maillons clés de la chaîne d’approvisionnement technologique, ils sont parfaitement placés pour faire partie intégrante du cycle de durabilité qui suit la technologie de sa naissance à sa fin de vie.

https://fr.dynabook.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: