En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Transposafe, Comment assurer le transport sécurisé de matière biologique

Publication: 21 avril

Partagez sur
 
Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles la sécurité et la traçabilité des matières biologiques en transit sont si critiques, notamment la sécurité de toute personne impliquée dans la manipulation des échantillons, qu’il s’agisse des patients, des techniciens de laboratoire ou des coursiers...
 

Dans cette optique, quelles solutions d’emballage existent pour protéger les échantillons et les manipulateurs tout au long de la chaîne d’approvisionnement, et existe-t-il des produits disponibles qui surveillent et contrôlent la température pour garantir l’intégrité des échantillons ? Cet article expose les considérations cruciales en matière d’emballage lorsque l’on cherche à optimiser la traçabilité et la sécurité du transport des échantillons biologiques et à assurer la sécurité de tous.

Le transport correct de matière biologique est un aspect majeur de la biolégislation moderne, où les exigences en matière d’exportation, d’emballage et d’expédition de matière biologique sont multiples et le nombre d’erreurs potentielles est pratiquement sans limite.

Pour évaluer correctement la situation, il convient d’abord de considérer ce qui constitue une matière biologique. En bref, ces matières comprennent des échantillons de fluide corporel ou de tissu corporel humain ou animal. Tous les échantillons de ce type peuvent être expédiés « tels quels » ou congelés avant d’être transportés de l’hôpital, des cliniques et des pharmacies vers un laboratoire pour une analyse plus approfondie.

Les coûts d’un emballage médiocre ou incorrect

Il peut y avoir des conséquences dramatiques pour les échantillons biologiques qui subissent une expédition incorrecte ou inappropriée, principalement en termes de coût humain et de danger potentiel. En ce qui concerne le coût humain, imaginez si un échantillon irremplaçable est perdu, ou si un mauvais transport fausse le processus d’analyse et a un impact sur le diagnostic ultérieur et/ou la médication ? Ou que se passe-t-il si la perte d’un échantillon entraîne un retard dans le diagnostic et/ou la médication ? Les implications et les répercussions pour les patients sont potentiellement immenses.

L’autre problème est le danger. Après tout, il est nécessaire de considérer tous les échantillons comme potentiellement infectieux, donc un transport incorrect ou médiocre pourrait mettre en danger les coursiers et le grand public. En termes simples, tout contact avec l’échantillon sans la protection appropriée peut infecter un être humain. Les conséquences sont à la fois physiques, en mettant en danger les personnes, et coûteuses en cas de demandes ultérieures d’indemnisation et d’atteinte à la réputation de l’entreprise.

Rail, route, air et eau

Malheureusement, chaque mode de transport a ses propres règles en matière de transport d’échantillons biologiques, qu’il s’agisse de la route, du rail, de l’air ou de l’eau. Par exemple, l’Association du Transport Aérien International (IATA) publie des réglementations sur les marchandises dangereuses (DGR) qui intègrent des dispositions juridiquement contraignantes de l’OACI (Organisation de l’Aviation Civile Internationale), qui s’appliquent à tous les vols internationaux. Pour les vols nationaux, les autorités de l’aviation civile appliquent la législation nationale, bien que celle-ci soit normalement basée sur les dispositions de l’OACI, mais avec des variations potentielles.

La réglementation ferroviaire concernant le transport international ferroviaire des marchandises dangereuses (RID) s’applique aux pays d’Europe, du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, tandis que l’Accord européen relatif au transport international des marchandises dangereuses par route (ADR) s’applique à 46 pays. De même, le transport maritime de marchandises dangereuses en colis doit respecter les dispositions pertinentes du code maritime international des marchandises dangereuses (IMDG).

Dans tous les cas, les conditions de transport doivent garantir la rapidité d’expédition, l’intégrité des échantillons (y compris la température), la sécurité, la traçabilité et la confidentialité. Ici, l’emballage est clairement un élément essentiel pour garantir la solution optimale.

Structure d’emballage

P 650 (ADR - route) et PI 650 (IATA - air) sont les instructions d’emballage pour les matériaux de catégorie B UN3373 (UN3373 fournit une définition des matériaux biologiques et de leur manipulation requise). Pour l’ADR, il suffit que l’emballage extérieur ou secondaire soit rigide, alors que pour l’IATA, il est obligatoire d’avoir un emballage extérieur rigide. Bien que la différence soit faible, elle reste importante pour la structure de l’emballage complet.

Dans les deux cas, au moins une des surfaces de l’emballage extérieur doit avoir une taille minimale de 100 mm x 100 mm, ce qui est nécessaire pour afficher le logo UN3373 dans la taille requise. Les deux réglementations exigent également que les récipients primaires fragiles, tels que les tubes à essai ou les bouteilles en verre ou en plastique, restent toujours séparés en les enveloppant individuellement avec un matériau absorbant les chocs et l’humidité avant de les placer dans un emballage secondaire. Tout contact entre les emballages primaires n’est pas autorisé. Dans la plupart des cas, l’utilisation d’une ou plusieurs lingettes ou sachets absorbants est courante, de même que l’utilisation de préformes en mousse en combinaison avec un matériau absorbant.

Une autre stipulation est que l’emballage secondaire doit être étanche, tandis qu’en ce qui concerne la taille et le contenu de l’emballage, il existe d’autres différences qui doivent être prises en compte. Ici, l’IATA a imposé certaines limites maximales que l’ADR ne reflète pas. Par exemple, selon IATA PI 650, l’emballage primaire des substances biologiques liquides (liquides de catégorie B) ne peut pas dépasser une capacité de 1 litre (l’emballage complet peut contenir jusqu’à 4 litres maximum). Concernant les solides, le poids brut maximum du contenu est de 4 kg. En outre, pour l’IATA, le récipient primaire ou l’emballage secondaire doit pouvoir supporter, sans fuite, une pression interne de 95 kPa.

Superposer les avantages

Élément essentiel de toute solution impliquant le transport de matériel biologique, l’emballage doit comprendre trois couches de composants. La première couche est le réceptacle étanche principal, qui peut être un tube, un flacon ou un autre récipient généralement en verre ou en plastique rigide. La deuxième couche est un matériau résistant aux chocs et étanche qui encapsule l’emballage primaire, avec une couche absorbante entre les deux dans la plupart des cas. L’emballage extérieur (troisième couche) doit être résistant à la manipulation et aux impacts potentiels qui accompagnent toute forme de transport.

Il existe bien sûr de nombreuses entreprises formées et qualifiées pour transporter du matériel biologique. Cependant, il n’est pas simple de se conformer à la réglementation et de garantir l’intégrité des échantillons. C’est là que l’expertise d’un partenaire logistique ayant fait ses preuves dans le conditionnement de matériaux biologiques peut apporter une véritable valeur ajoutée.

Transposafe, par exemple, propose des solutions pour toutes les couches d’emballage qui garantissent le transport sûr et correct des matières biologiques. Il s’agit notamment des sacs scellés étanches Sealbag®, spécialement conçus pour un stockage sans fuite, et de TransMed, une solution d’emballage à usage unique pour les boîtes aux lettres. Medicooltainer est également disponible, ce qui garantit le transport sûr et frais de chaque envoi. Mais ce n’est que la pointe de l’iceberg, car Transposafe peut fournir tout ce qui est nécessaire pour protéger les matières biologiques contre les fuites, les dommages et la contamination pendant le transport, tout en assurant la sécurité et la traçabilité.

Chez Transposafe, l’ambition est d’accompagner les clients au quotidien dans le transport et la traçabilité des échantillons biologiques. Pourquoi ne pas partager cette ambition et aider à soutenir un monde plus sûr.

https://www.transposafe.nl/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: