En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Portrait robot de l’entrepreneur français en 2022

Publication: 29 mars

Partagez sur
 
Dans la première édition de son étude sur les dépenses des entrepreneurs français, SumUp, fintech européenne qui veut permettre aux petits commerçants de réussir en faisant ce qu’ils aiment, déchiffre l’écosystème entrepreneurial français et ses caractéristiques en ce début d’année 2022...
 

500,000 transactions réalisées par les professionnels les plus représentatifs de l’entrepreneuriat français (chauffeurs de taxi, artisans, restaurateurs, commerçants, etc.), et grâce au Compte Pro SumUp* ont été étudiées de façon anonymisée. Aujourd’hui, indépendants, freelances ou chefs d’entreprise de PME ou TPE, nombreux sont ceux qui utilisent un compte professionnel et une carte pour gérer leurs dépenses… Qui sont-ils ? Quelle est l’évolution des dépenses des entrepreneurs français ? Comment consomment-ils en France ou à l’étranger ?

Un entrepreneur sur quatre a moins de 35 ans

Les entrepreneurs français sont jeunes et le phénomène tend à s’accentuer. En effet, les jeunes entrepreneurs âgés de 25 à 29 ans ne représentent que 10% de l’écosystème français mais sont de plus en plus nombreux à se lancer dans l’aventure entrepreneuriale (+23% par rapport à la même période en 2021).

Un abandon croissant des espèces par les entrepreneurs

Dans le prolongement des changements d’habitude par rapport au cash, les entrepreneurs français retirent de moins en moins d’argent dans les distributeurs automatiques : -33% entre janvier 2021 et janvier 2022. Cette tendance est partagée, dans une moindre mesure, par les consommateurs français. Les retraits effectués par les Français ont chuté de 15% en valeur à compter de mars 2020, selon la Fédération bancaire française.

Les achats en ligne privilégiés par les services à la personne et les salons de beauté

Les dépenses en ligne ont connu un essor considérable durant la crise sanitaire. Ils restent le moyen de paiement privilégié pour les secteurs suivants : services à la personne (40% de leurs dépenses), salons de beauté et de coiffure (30%), services médicaux (36%).

Sans surprise, les restaurateurs fast-food continuent de favoriser les achats en magasin (seulement 12% de leurs dépenses se font en ligne).

Le sans contact, le moyen de paiement privilégié des entrepreneurs

Le paiement sans contact est entré dans les usages à bord des taxis français. Phénomène miroir, les chauffeurs de taxi sont ceux qui privilégient ce mode de paiement le pour leurs propres dépenses (près de 60% d’entre elles). Cette tendance s’applique également à l’ensemble des entrepreneurs français. Même les gérants de bars et de clubs, les plus réfractaires à ce moyen de paiement, effectuent près de 40% de leurs dépenses en sans-contact.

“Les entrepreneurs reflètent les changements opérés dans les habitudes de consommation des Français. Confrontés à la crise sanitaire, les commerçants, artisans et PMEs se sont tournés massivement vers le digital pour poursuivre leur activité. On observe que ces nouveaux réflexes s’ancrent durablement dans le quotidien des entrepreneurs” déclare Umberto Zola, Growth Marketing Lead, Merchant Bank à SumUp.

https://www.sumup.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: