En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Etude éducation Qualcomm et université de Southampton

Publication: 22 mars

Partagez sur
 
Malgré la transformation technologique rapide stimulée par le Covid-19, la fracture numérique est encore courante dans le secteur de l’éducation...
 

Le rapport de l’Université de Southampton, commandé par Qualcomm Technologies inc., a interrogé 2 571 européens, étudiants, enseignants, personnel d’assistance informatique et régulateurs du secteur de l’éducation.

Les sondés du Royaume-Uni, d’Allemagne, de France, d’Espagne et d’Italie révèlent leurs impressions sur la réaction du secteur de l’éducation face au Covid-19 et à ses variants. Ils dévoilent également leur perception sur l’avenir de l’apprentissage hybride et de la classe connectée.

Les résultats montrent que le secteur de l’éducation devrait adopter une nouvelle génération d’appareils et de connectivité disponibles pour les enseignants et les élèves afin de lutter contre l’exclusion numérique en Europe.

Aujourd’hui, l’Université de Southampton a dévoilé un rapport, commandé par Qualcomm Technologies Inc, analysant comment l’exclusion numérique est accentuée dans les salles de classe par un manque d’accès aux appareils et à la connectivité.

Cette enquête menée auprès d’enseignants, de professeurs, d’étudiants, de personnel d’assistance informatique et de régulateurs du secteur de l’éducation au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, en Espagne et en Italie, mesure l’impact du manque de périphériques et de connectivité aujourd’hui, ainsi que l’effet qu’une pénurie continue aura sur la classe connectée et l’éducation en Europe.

Les éducateurs et les étudiants de toute l’Europe sont parfaitement conscients des défis et des perturbations causés par le Covid-19. Alors que certaines parties de l’Europe commencent à émerger des pires effets de la pandémie, 2022 sera une année critique pour le secteur de l’éducation, qui cherchera à revenir à une situation proche de la normale. La pandémie a modifié de nombreux éléments de l’enseignement et de l’apprentissage, faisant de 2022 un point d’inflexion critique alors que le secteur de l’éducation analyse les enseignements de la pandémie et se demande comment il peut s’équiper au mieux pour tenir la promesse de l’avenir de la salle de classe.

L’une des questions clés sera de savoir comment combler la fracture numérique, qui est devenue encore plus évidente pendant la pandémie, certains étudiants étant effectivement exclus de l’enseignement par manque d’appareils adaptés ou de connectivité et parfois les deux.

Basée sur les réponses de 2 571 personnes interrogées en Europe, l’étude démontre que la fracture numérique ne connaît pas de frontières. Au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, en Espagne et en Italie, plus d’un tiers (36 %) des répondants ont décrit l’effet de la fracture numérique comme étant "élevé ou très élevé. Par ailleurs, 39 % des personnes interrogées ont qualifié l’impact de la fracture numérique de "moyen" et seulement 25 % l’ont qualifié de "faible" ou "très faible".

Les zones défavorisées se heurtent aux mêmes obstacles en termes de fracture numérique qu’avant l’arrivée de l’épidémie.

L’étude révèle la perception des environnements d’apprentissage hybrides par les personnes interrogées dans les établissements d’enseignement et compare l’accès à la connectivité sur le campus et dans les salles de classe avec le wi-fi domestique. Mais même avant la pandémie, de nombreux étudiants en Europe ont été confrontés à l’accessibilité de la technologie qui entrave l’accès à l’apprentissage et aux opportunités éducatives. En 2020, le Forum économique mondial (WEF) a révélé que plus d’un milliard d’enfants dans le monde sont actuellement exclus des salles de classe en raison de mesures de quarantaine. Même si les écoles organisent des cours quotidiens en ligne, beaucoup de ces enfants ne peuvent tout simplement pas y participer. Les conditions particulièrement difficiles de ces deux dernières années n’ont fait qu’exacerber le problème, créant de sérieux obstacles pour les élèves et les éducateurs.

Le manque de connectivité et d’accès aux appareils a désavantagé de nombreuses familles à faible revenu à travers le monde au cours des 20 mois précédents l’enseignement et l’apprentissage "hybrides" ayant lieu en classe et virtuellement en fonction du taux d’infection du moment. Cependant, nous savons que l’innovation et les technologies comme la 5G, combinées au soutien des gouvernements et de l’industrie technologique en termes de programmes de nivellement par le haut, d’initiatives gouvernementales et de campagne de réduction du prix des appareils, peuvent jouer un rôle essentiel dans la réduction de la fracture numérique. Pour un grand nombre de familles, cette fracture numérique restera une réalité bien après la pandémie. Il est donc essentiel que les organisations s’efforcent de garantir la disponibilité de la 5G, des appareils et des programmes à l’avenir.

Les environnements d’apprentissage hybrides resteront la nouvelle norme pour l’éducation.

Alors que nous traversons la phase suivante de la pandémie, les variants à fort taux de transmission provoquent des pénuries de personnel et la maladie des étudiants replonge les établissements d’enseignement dans les environnements d’apprentissage hybride. Selon l’étude, un nombre important de répondants (80 %) indiquent que l’apprentissage hybride restera un élément important des pratiques d’enseignement à l’avenir. Compte tenu du large éventail de personnes interrogées dans de multiples contextes éducatifs, cet échantillon hyper pertinent de répondants au cœur du secteur de l’éducation confirme que l’apprentissage hybride est une réalité à long terme, partout, et que les secteurs de l’éducation et de la technologie doivent travailler ensemble pour surmonter ce défi mondial.

Connectivité Internet sur place par rapport au domicile

Lorsque l’on examine la puissance de la connectivité internet dans les établissements d’enseignement supérieur et les universités, en termes de qualité Wi-Fi très mauvaise et mauvaise, les résultats montrent que les étudiants ayant accès à une connexion internet à haut débit à la maison ont une qualité Wi-Fi moins bonne lorsqu’ils sont en classe ou sur le campus. À la maison, où de nombreux étudiants se sont retrouvés pendant de longues périodes de la pandémie, un total de 15 % des étudiants ont déclaré que la qualité du Wi-Fi était mauvaise (3,9 %) ou moyenne (11,1 %). Un Wi-Fi médiocre ou moyen est susceptible de poser des problèmes pour l’enseignement en ligne, que ce soit en termes de disponibilité ou de vitesse de connexion ou les deux, ce qui peut empêcher les étudiants de participer à des sessions d’enseignement en visio.

La qualité des réseaux Wi-Fi à la maison et à l’école peut être conditionnée par la tension exercée sur le réseau Wi-Fi de l’école en raison du grand nombre d’élèves essayant tous de se connecter sur le même canal, contrairement au réseau Wi-Fi de la maison où le nombre d’appareils connectés est nettement inférieur. Dans un établissement scolaire, les élèves peuvent être plus éloignés des points d’accès Wi-Fi (par exemple, un routeur) qu’ils ne le seraient à la maison. C’est peut-être en partie pour ces raisons que les élèves ont déclaré rencontrer plus de problèmes de connectivité dans leurs salles de classe, bibliothèques et campus que chez eux lorsqu’ils accèdent à l’Internet haut débit à l’aide d’appareils informatiques.

Selon l’étude, la fracture numérique se fait sentir aussi bien à la maison que dans les salles de classe. Il s’agit d’un résultat important, car il montre que les initiatives visant à réduire la fracture numérique ne doivent pas considérer les environnements éducatifs comme acquis et doivent se concentrer sur l’accélération de la connectivité à l’intérieur et à l’extérieur de la classe. Cela est particulièrement important pour les élèves qui ne sont pas toujours en mesure d’apprendre à la maison.

Des recherches distinctes menées par Statista montrent que les cinq pays inclus dans cette étude présentent, dans une certaine mesure, un déficit de pénétration de l’Internet. Par exemple, le Royaume-Uni a un taux de pénétration de l’Internet de 92,17 %, ce qui signifie qu’il est encore possible de combler le déficit de connectivité à l’Internet dans les pays du Nord où l’on pourrait supposer que l’accès à la connectivité n’est généralement plus un problème.

L’étude de l’université de Southampton met en évidence un manque de connaissances contribuant au déficit de connectivité. L’étude a demandé aux personnes interrogées leur avis sur les ordinateurs personnels toujours connectés (ACPC), qui combinent l’efficacité du processeur d’un smartphone et un ordinateur portable. Ces appareils disposent d’une connectivité cellulaire intégrée via une carte SIM et n’ont pas besoin de connexion Wi-Fi ou de dispositifs à large bande externes pour se connecter à l’internet, ce qui les rend adaptés au travail et à l’apprentissage à distance.

Les résultats de la recherche montrent qu’il pourrait être utile d’accroître la présence de ces appareils dans les établissements d’enseignement. Les APCS sont une solution pour résoudre certains des problèmes rencontrés. Les APCS dépendent moins du Wi-Fi en raison de leurs capacités cellulaires. L’utilisation des données mobiles apporte également des fonctions supplémentaires de sécurité des données qui font défaut aux appareils traditionnels. Si l’on ajoute à cela l’autonomie de la batterie qui est la meilleure du secteur, les APCS pourraient devenir la norme en matière d’utilisation des appareils dans et hors de la salle de classe. Lorsque les principes de base des APCS ont été expliqués, 52 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles étaient prêtes à les adopter. Mais seuls 31 % des répondants connaissaient réellement les APCS. Il est essentiel de combler cet écart de 21 % pour combler le déficit de connectivité dans l’éducation. Ce point est renforcé par le fait que 87 % des personnes interrogées s’attendent à ce que les APCS jouent un rôle important dans l’apprentissage hybride et que 69 % pensent que les APCS faciliteront l’apprentissage à la maison et à l’école.

Elliott Levine, directeur, Éducation mondiale, Qualcomm Technologies Inc. "Nous voulions comprendre comment les personnes au cœur de l’éducation, tant au niveau de l’enseignement que de l’apprentissage, ont été confrontées à la pandémie et comment les périphériques compatibles Qualcomm pourraient contribuer à l’avenir de la salle de classe connectée, grâce à la connectivité, à la puissance des performances et à l’autonomie des batteries. Il est clair que l’apprentissage hybride est parti pour durer et que la lutte contre la fracture numérique et l’équipement des enseignants et des étudiants avec la bonne technologie pour enseigner et apprendre de n’importe où, à n’importe quel moment, est en tête de notre agenda."

Dr PK Senyo is an Associate Professor in FinTech and Information, Southampton University : "La manière dont nous enseignons et dont les étudiants apprennent a été redéfinie à jamais. Nombreux sont ceux qui pensent que les fractures numériques ne se produisent qu’en dehors d’une salle de classe ou d’un campus, mais cette recherche a mis en évidence le fait que nous devons agir pour fournir la connectivité et l’accès aux appareils appropriés lorsque les étudiants sont sur place également. Il s’agit d’une réforme dont le secteur de l’éducation a besoin depuis un certain temps, bien que forcée par la pandémie, mais que nous devons maintenant exploiter pour offrir les meilleures expériences d’enseignement et d’apprentissage. Nous avons l’occasion unique de relever le défi de la fracture numérique, mais nous devons le faire maintenant, afin de garantir que chaque étudiant soit sur un pied d’égalité."

https://www.qualcomm.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: