En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

58% des entreprises ont enregistré plus de départs depuis la crise sanitaire

Publication: 21 mars

Partagez sur
 
Poly publie ce jour les conclusions de sa nouvelle étude* portant sur la façon dont les entreprises répondent aux attentes de leurs collaborateurs en matière d’environnement de travail...
 

Cette étude, intitulée Recruit, Retain and Grow, se penche sur les politiques et la culture des entreprises, ainsi que sur le bien-être en milieu professionnel, en se basant sur les réponses d’un panel de plus de 2 500 décisionnaires d’entreprise du monde entier. Les comportements et les attentes post-pandémie y sont mis en exergue, montrant ainsi que les collaborateurs se rendent désormais dans les locaux de leur employeur trois fois par semaine, le mercredi étant la journée plébiscitée.

« Chez Poly, nous sommes convaincus que la capacité à proposer un environnement de travail hybride n’est pas une finalité, mais un point de départ pour toute entreprise compétitive aujourd’hui. Et notre nouvelle étude abonde en ce sens » souligne John Goodwin, Senior Vice-Président de Poly en charge des affaires publiques. « Nous voyons bien que les collaborateurs soutiennent leur entreprise si elle a adopté une approche globale qui définit clairement sa culture, lui permet d’offrir une grande flexibilité quant au lieu et à la façon de travailler, et si elle leur fournit les bons outils pour bien travailler ».

Les principales conclusions de l’étude Poly sont :

Les recrutements et la fidélisation sont en jeu : 65% des entreprises françaises (56% au global) estiment qu’à défaut de mettre en œuvre des processus et politiques de travail hybride, elles perdront des collaborateurs et auront du mal à en recruter. Ce constat est particulièrement vrai dans la région Asie-Pacifique (60%), suivie par les pays de la zone EMEA (55%) et par ceux du continent américain dans son ensemble (53%). Globalement, les entreprises en ont déjà ressenti les effets, sachant que 58% en France (58% également au global) ont enregistré des départs plus importants depuis le début de la crise sanitaire.

Les collaborateurs qui ont quitté leur poste ont justifié leur départ principalement par l’approche du travail hybride de leur entreprise :

- Ces personnes ont trouvé ailleurs un poste qui leur convenait mieux (27% en France,19% au global).

- Ces personnes n’ont pas obtenu les conditions qu’elles espéraient pour travailler dans des conditions flexibles (18% en France,16% au global).

- Ces personnes n’ont pas apprécié la façon dont leur employeur a géré la crise sanitaire (8% en France, 9% au global).

La stratégie et l’égalité ne sont pas en phase : 51% des entreprises françaises se sont parfaitement préparées pour le travail hybride (contre 48% au global) ; 33% se sont préparées uniquement pour le court terme (contre 33% au global). 52% du panel (56% en France) estime que le travail hybride est un phénomène passager. Dans le même temps, 24% des employeurs des pays du continent américain et de la région APAC, ainsi que 17% de la zone EMEA, demandent désormais à leurs collaborateurs de réintégrer leurs locaux à temps plein.

Zoom sur les autres points de vue des employeurs :

- Les collaborateurs doivent pouvoir prétendre au travail flexible dès qu’ils le souhaitent (68% en France, 80% au global).

- Les collaborateurs reçoivent des consignes quant au nombre de jours de présence imposée dans les locaux de l’entreprise (91% en France, 84% au global).

- Les collaborateurs viennent dans les locaux de manière sporadique, aussi la réduction de ces espaces de travail est envisagée (14% en France, 22% au global).

Le mal-être des effectifs et le déficit de culture d’entreprise entraînent des problèmes de productivité : 72% des entreprises interrogées (71% en France) ont vu leur productivité augmenter à la suite du passage au travail hybride, avec une hausse globale de 27%. Mais pour les entreprises des régions APAC (62%), EMEA (61%) et d’Amérique (56%), si leurs collaborateurs ne sont pas physiquement en leurs locaux, il leur sera impossible de tisser les liens nécessaires pour progresser professionnellement.

Autres sujets de préoccupation :

- Les employeurs craignent l’existence d’un phénomène de surmenage (53% en France, 49% au global).

- Ils n’ont pas pris de mesures évitant que leurs collaborateurs se sentent obligés de rester disponibles en permanence (55% en France, 51% au global).

- Ils craignent que le télétravail ait complexifié la mise en place et la pérennisation d’une culture d’entreprise (69% en France, 74% au global).

Egalité et évolution : les clés du recrutement, de la fidélisation et de la croissance à l’ère du travail hybride

Selon l’étude de Poly, les technologies et les expériences offertes par une entreprise la représentent mieux que ses locaux professionnels (59% des répondants français, 64% au global). Les employeurs parviendront à mettre en œuvre une solide stratégie de travail hybride s’ils augmentent le ratio d’espaces de travail disponibles au lieu de parler d’espace de travail virtuel, hors site, distant ou hybride.

- Permettre une égalité virtuel/présentiel lors des réunions

Les entreprises visionnaires investissent autant dans des logiciels et du matériel que dans des applications dans le cloud et des logiciels collaboratifs (94% pour chacun en France, 92% au global), ainsi que dans des casques (93% en France, 89% au global), caméras (92% en France, 86% au global) et haut-parleurs (88% en France, 83% au global).

- Permettre une égalité d’expérience au bureau à travers une nouvelle approche

76% des entreprises françaises (contre 77% au global) repensent leurs locaux en optant pour des espaces plus ouverts, des zones dédiées à la collaboration, des zones de silence et d’autres réservées pour la socialisation. En définitive, les employés sont l’affaire des employeurs, et ce sont eux qui utiliseront principalement ces espaces.

*Les résultats sont basés sur une enquête omnibus en ligne menée par Sapio de décembre 2021 à février 2022 auprès de 2 528 décideurs d’entreprise de niveau intermédiaire et supérieur. Les pays étudiés sont le Royaume-Uni (303), la France (200), l’Allemagne (204), l’Espagne (229), la Suède (205), la Pologne (110), les Émirats arabes unis (224), les États-Unis (212), le Canada (100), le Mexique (100), le Japon (105), l’Australie (104), l’Inde (104), l’Irlande (117), Singapour (102) et la Chine (109).

https://www.poly.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: