En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

L’ENSCL forme ses ingénieurs chimistes aux procédés durables

Publication: 7 mars

Partagez sur
 
L’École Nationale Supérieure de Chimie de Lille (ENSCL), école interne de Centrale Lille, a affiché très tôt sa volonté de former ses élèves ingénieurs pluridisciplinaires aux enjeux de la réduction de l’empreinte de la chimie sur l’environnement...
 

L’établissement propose ainsi depuis 2012 à ses élèves une majeure baptisée Chimie et Procédés Durables pour l’Industrie (CPDI). Pendant la moitié de leur cursus, ils apprennent à analyser le cycle de vie des produits pour proposer des ressources alternatives plus durables et responsables (valorisation des déchets et de la biomasse) ainsi que des procédés plus respectueux de l’environnement afin de répondre aux enjeux énergétiques et environnementaux actuels.

« La demande des élèves ingénieurs sur ces sujets progresse d’année en année. Lorsque nous avons créé cette majeure, ces notions étaient abordées uniquement dans quelques cours. Nous ressentons une vraie volonté de la part des élèves de comprendre comment réduire l’empreinte de la chimie sur l’environnement. La spécificité de la majeure réside dans l’approche globale que nos élèves peuvent apporter à des problématiques environnementales puisque la formation est très transversale. Les entreprises sont de plus en plus à la recherche de ces nouvelles compétences », explique Sophie Duquesne, professeur des universités, co-responsable de la majeure Chimie et Procédés Durables pour l’industrie.

« Nous formons les élèves aux enjeux des industries impliquées dans la chimie du végétal et des biotechnologies, dans l’environnement et le traitement des déchets et la production d’énergie. A l’issue de cette formation, ils seront capables de rendre plus propres les procédés industriels existants, en les comparant et en les optimisant pour réduire leur impact sur l’environnement. Cette formation leur donne les clés pour travailler dans n’importe quelle branche de l’industrie », ajoute Fabienne Samyn, maître de conférences, co-responsable de la majeure Chimie et Procédés Durables pour l’industrie.

Le contenu de cette majeure s’articule autour de trois axes :

- La connaissance des sources de matières premières durables et des spécificités de ces matières (valorisation de la biomasse, valorisation des déchets, énergies durables). Objectif : être capable d’exploiter les spécificités des ressources durables (biosourcées ou recyclées) pour mettre en œuvre des matériaux fonctionnels et proposer des solutions de substitution aux matériaux et énergies d’origine fossile.

- La connaissance des procédés industriels existants et des procédés innovants : biotechnologie (microbiologie, catalyse enzymatique), plasturgie verte (transformation des polymères naturels, procédés innovants), réacteurs (intensification des procédés, technologie hauts débits, réacteurs hétérogènes et homogènes), simulation des procédés. Objectif : être en mesure de porter un jugement critique vis à vis des performances et limitations des procédés industriels existants, de proposer des orientations de procédés existants en utilisant les outils de la chimie verte, ou encore de savoir transformer la matière en utilisant des procédés respectueux de l’homme et de l’environnement.

- La connaissance de l’impact et des enjeux liés à la pollution et connaître les outils associés. Objectif : Être capable de mettre en place des outils d’évaluation de la performance environnementale (ACV, bilans carbone, etc.) et de proposer les procédés de remédiation les plus adaptés pour le traitement de l’air chargé en polluants, des eaux (urbaines et industrielles) et des sols.

A l’issue de cette formation, ils doivent travailler sur un projet scientifique en lien avec l’un de ces axes. Celui-ci les confronte à une problématique réelle qui peut être émise par un industriel ou par un enseignant chercheur. Ils utilisent alors les connaissances et compétences scientifiques et en gestion de projet acquises au cours de leur cursus dont la spécialisation pour proposer une solution.

Entre 15 et 25 élèves (sur des promotions de 80) choisissent chaque année de suivre la majeure Chimie et Procédés Durables pour l’Industrie. Ils évoluent ensuite vers des métiers d’ingénieur de production, ingénieur développement durable, ingénieur environnement, ingénieur qualité ou encore vers les affaires réglementaires.

Une partie des effectifs poursuit en thèse. En termes de secteur d’activité, les opportunités sont vastes : matériaux, biotechnologies, produits, etc.

https://www.ensc-lille.fr/

https://www.centralelille.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: