En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

NAE et les nouveaux usages des drones

Publication: 3 mars

Partagez sur
 
Renforcer la surveillance de sites sensibles via la détection RFID par drone...
 

L’entreprise normande DAE System, membre du CIDN et de NAE, a expérimenté l’étude d’un moyen novateur pour détecter et évaluer des situations complexes au sein de sites classés sensibles afin de lutter contre des intrusions et d’en renforcer ainsi leur sûreté et leur sécurité.

La solution testée consiste en une collecte de données ciblées et enrichies par des capteurs communicants utilisant la technologie RFID (radio-identification), couplée à de l’imagerie embarquée sur un drone. L’expérimentation, suivie par NAE et le Centre d’Innovation Drones Normandie (CIDN), a été menée par la société normande DAE System. Dotée d’une expertise en mécatronique et en aéronautique, cette jeune entreprise est spécialisée dans l’équipement de capteurs aéroterrestres, l’adaptation et l’exploitation de drones aériens pour proposer des missions spécifiques avec des solutions techniques et organisationnelles dédiées.

DAE System a utilisé le drone DJI matrice series 210 V2, auquel ont été ajoutées des briques technologiques conçues et adaptées spécialement lors de la phase de test. Un lecteur RFID ainsi qu’une caméra étaient embarqués sur le drone.

Les données récoltées par détection issues des badges actifs sont interfacées avec un système de traitement et d’analyse de données grâce à une couche logicielle (middleware) qui s’intègre dans l’existant, directement dans la station sol du système du drone aérien (illustration des moyens mobilisés ci-dessous).

Les résultats démontrent une certaine capacité de réponse de la solution développée par DAE System si on la compare aux moyens conventionnels utilisés. Là où les méthodes d’identification optiques ne suffisent plus, l’identification par la RFID peut apporter une complémentarité significative et ouvre une nouvelle approche de la gestion de l’information et de l’amélioration de la productivité. L’entreprise dans sa globalité est concernée par la mise en place de cette nouvelle solution : de l’opérateur pour la gestion de production, à la direction industrielle pour la gestion des services organisationnels et sécuritaires, et cela sans nécessiter l’arrêt du site.

Toutefois, des verrous restent à lever, notamment :

- Sociaux : faire accepter l’utilisation d’une pareille technologie ;

- Réglementaires : obtenir l’autorisation du déploiement de la solution ;

- Technologiques : fiabiliser le système de collecte de données.

Aujourd’hui, la solution expérimentée est à l’étape de MVP (Minimum Viable Product). L’objectif est de l’utiliser avec des clients du secteur de la sûreté, de la sécurité et de la logistique pour proposer un modèle de rapport dédié qui se remplirait automatiquement après la mission d’un DROSS (système de détection d’anomalies spécifiques par drone).

Des opportunités se profilent également dans le secteur logistique : des acteurs ont remonté l’attente d’une solution RFID active par drone pour réaliser des inventaires de parc automobile (5000 voitures minimum) et de plateformes logistiques dont le principal verrou repose sur l’acceptation réglementaire DGAC/DSAC/DSNA, afin de rendre réalisable des vols de façon semi-automatiques et réguliers.

https://www.nae.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: