En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Quelle perception de la route par les automobilistes ?

Publication: 16 février

Partagez sur
 
3M dévoile aujourd’hui les résultats d’une étude sur les préoccupations des usagers de la route menée auprès de 22 000 adultes dans 11 pays dont la France...
 

La sécurité routière reste un sujet de préoccupation majeur pour les Français alors même que la voiture est le moyen de transport le plus utilisé pour voyager durant les vacances ou le week-end. C’est ce que révèle une récente enquête de 3M qui s’est intéressée à la perception de la sécurité routière et les inquiétudes de nombreux adultes dans le monde, dont les Français. Il reste encore beaucoup à faire pour sécuriser la route et ce, grâce à des équipements et infrastructures de qualité.

La sécurité routière, un sujet de préoccupation majeur

Fin 2021, 3M a lancé une grande étude sur le thème de la sécurité routière. 22 000 adultes de 11 pays différents, comme la France, le Brésil ou le Canada, ont ainsi été interrogés sur leurs préoccupations en tant qu’usagers de la route.

L’étude révèle que 76 % des résidents français sont préoccupés par la sécurité des transports et des routes dans le cadre de leurs prochains déplacements. Plus étonnant, 29% des répondants se déclarent autant préoccupés par la sécurité routière que par la contamination par la COVID-19.

Les Français sont en effet nombreux à se déplacer en voiture puisque 73% d’entre eux utilisent régulièrement leur voiture personnelle, une voiture de location, un taxi ou le covoiturage. Les déplacements hors des zones de résidence sont particulièrement préoccupants pour 53% d’entre eux, et ce, surtout en période de vacances scolaires.

Parmi les cinq principales préoccupations, ont été citées par ordre d’importance  :

- Les conducteurs qui envoient des SMS ou parlent au téléphone en conduisant (83%)

- Les négligences des autres conducteurs (83 %)

- Le mauvais temps (74 %)

- La visibilité nocturne (71 %)

- Les routes sinueuses ou virages serrés (65 %)

Conduire par mauvais temps ou de nuit sont des causes d’accidents pour les Français

Selon les résultats de l’enquête, les Français se montrent un peu plus inquiets que les Européens sur les sujets de visibilité et de mauvais temps, deux facteurs aggravants et accidentogènes. En effet, 74% des Français se montrent préoccupés par la conduite par mauvais temps contre 68% des Européens. Cet écart reste le même pour la visibilité nocturne puisque cela inquiète 71% des Français contre 65% des Européens. L’écart se creuse également entre les hommes et les femmes. En effet, les femmes sont davantage préoccupées par des conditions météorologiques dégradées (81% pour les femmes contre 67% pour les hommes) ou par la visibilité nocturne (80% pour les femmes contre 61% pour les hommes).

La visibilité de nuit est un des sujets qui préoccupe le plus les Français interrogés. Et pour cause, d’après la Sécurité routière 1 , la circulation de nuit est particulièrement dangereuse pour les automobilistes. La nuit, les perceptions visuelles sont atténuées, ainsi que le champ visuel et le sens du relief.

L’insécurité de la circulation à vélo et des nouveaux EDPm (Engins de Déplacement Personnels Motorisés) implique un changement de comportements de tous

Bien que la voiture reste le mode de locomotion le plus emprunté, 42% des Français se disent aussi particulièrement inquiets lorsqu’ils circulent à vélo. Selon les derniers chiffres publiés par le ministère de l’intérieur, publiés le 21 janvier 2022, la mortalité des cyclistes a augmenté fortement avec 226 personnes décédées en 2021 (39 de plus qu’en 2019 et 48 de plus qu’en 2020). Pour la première fois depuis 20 ans, la mortalité des cyclistes a dépassé le seuil des 200 tués.

La visibilité est un paramètre à ne pas négliger, celui-ci est un facteur aggravant en cas d’accident et il augmente le danger sur la route quel que soit le moyen de transport emprunté car 72% des Français sont également préoccupés par la visibilité des cyclistes. Les pistes cyclables étant soumises aux mêmes conditions que les routes et il est ainsi nécessaire qu’elles soient dédiées, protégées et visibles comme l’affirment 83% des Français.

La sécurité des usagers vulnérables peut être améliorée avec la création de pistes dédiées mais la question se pose d’autant plus avec l’essor des EDPm, et plus globalement de la cohabitation des différents modes de circulation dans la ville.

Des innovations permettent d’améliorer la sécurité. Mais leur déploiement sur le terrain peut avoir un effet limité car les comportements ne sont pas nécessairement intégrés dans la manière de les implémenter. Ainsi, 3M travaille avec la fondation MAIF à un projet de recherche en sciences comportementales appliqué de la sécurité routière visant à améliorer les infrastructures de protection des usagers vulnérables.

L’assistance au maintien dans la voie et les infrastructures de qualité pour plus de sécurité

Les infrastructures doivent être de bonne qualité, visibles en tout temps et bien entretenues dans la durée. Il en va de la sécurité des usagers de la route. Par ailleurs, les équipements des automobiles doivent répondre à des règlementations européennes en constante évolution. En outre, les systèmes avancés d’aide à la conduite appelés ADAS (Advanced Driver-Assistance Systems) sont au cœur de cette règlementation.

Cette année, ce sont environ trente dispositifs qui deviendront obligatoires dont le lane keeping assistance (LKA) ou assistance au maintien dans la voie. En effet, tous les nouveaux modèles de voitures produits à compter de mai 2022 devront en être équipés et tous ceux existants, dès mai 2024.

La Commission a pour objectif de sauver plus de 25 000 vies et d’éviter au moins 140 000 blessures graves d’ici à 2038 grâce à l’introduction des mesures proposées en mars 2019. Cela contribuera à la réalisation de l’objectif à long terme de l’UE, qui est de se rapprocher de zéro décès et blessure grave d’ici 2050 ("Vision zéro").

Les systèmes avancés d’aide à la conduite ADAS sont utilisés pour détecter les marquages au sol et la signalisation. Dans certaines circonstances, la détection de ces marquages peut être altérée, par exemple, dans des conditions d’éblouissement ou lorsque les marquages de la route sont usés ou recouverts de saleté, de débris ou de neige. Ces ADAS ne peuvent alors fonctionner qu’avec des infrastructures visibles et bien entretenues dans n’importe quelle situation (conduite sous la pluie, ou dans des conditions mauvaise visibilité ou de nuit).

Le risque d’accident de la route est 7 fois plus élevé de nuit, par temps de pluie alors que le marquage au sol disparaît sous l’eau. L’amélioration permanente des infrastructures est capitale. Ainsi les bandes de marquage 3M Stamark A380AW sont conçues pour optimiser leur détection, de jour comme de nuit, par tous les temps, et à long terme. Constituée d’un procédé optique innovant, cette solution de marquage au sol représente la plus haute certification en Visibilité de Nuit et par Temps de Pluie (VNTP) offrant une sécurité optimale aux usagers de la route.

Les solutions de signalisation 3M évoluent en adéquation avec l’automatisation croissante des véhicules. L’avertisseur de franchissement de ligne du véhicule et l’aide au maintien dans la voie détectent et visualisent notamment le marquage au sol. Les bandes de marquage auront un rôle croissant dans la sécurisation de nos routes et de la réduction des accidents. Les bandes Stamark A380AW ont d’ailleurs reçu le Prix Innovation Sécurité Routière 2021 dans la catégorie « Amélioration des Infrastructures ».

https://www.3m.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: