En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

FICIME : Baromètre 2021

Publication: 26 janvier

Partagez sur
 
Les entreprises internationales présentes en France ont bien absorbé la crise sanitaire mais s’inquiètent pour les prochains mois...
 

Les 417 entreprises adhérentes aux 13 syndicats affiliés à la FICIME, Fédération des entreprises internationales de la mécanique et de l’électronique (plus de 100.000 emplois directs, plus de 400.000 emplois directs, indirects et induits) ont comme prévu enregistré un fort rebond d’activité l’an dernier. Mais après un premier semestre de rattrapage, le deuxième semestre a été beaucoup moins fort. Et malgré la croissance attendue, de sérieuses préoccupations apparaissent pour 2022 liées aux contraintes d’approvisionnement, à la hausse des prix qui pèse sur les marges et la trésorerie, et aux importantes difficultés à recruter.

Le bilan 2021 a été porteur pour une grande majorité des 417 entreprises adhérentes à l’un des 13 syndicats affiliés à la FICIME, Fédération des entreprises internationales de la mécanique et de l’électronique (plus de 100.000 emplois directs, plus de 400.000 emplois directs, indirects et induits) face à la pandémie de Covid-19.

Elles ont enregistré l’an dernier une forte croissance qui leur a permis de compenser la chute subie en 2020 en raison de la crise sanitaire. Dans leur grande majorité, elles ont ainsi retrouvé leur niveau de croissance de 2019 et repris leur marche en avant.

« Les chiffres 2021 sont bons pour presque l’ensemble de nos secteurs. Face à la crise sanitaire, nos entreprises ont fait preuve d’une résilience qu’il faut souligner, » explique Alain Rosaz, le Président de la FICIME. « Mais attention à l’excès d’optimisme. Après le rattrapage du premier semestre, les chiffres du deuxième semestre sont moins bien orientés dans plusieurs pans d’activité. Le sondage que nous avons effectué auprès de nos entreprises souligne l’impact direct sur leur activité des ruptures d’approvisionnement, des pénuries de matières premières ou de composants électroniques, et des hausses de prix ainsi que les difficultés persistantes à recruter. Même si le premier semestre s’annonce en croissance, la prudence s’impose donc pour 2022. »

Dans leurs activités B to B to C liées au consommateur final, le chiffre d’affaires a crû en 2021 de 9,5%. La hausse atteint 7% par rapport à 2019. Face à la situation sanitaire, les Français ont acquis davantage de matériels informatiques et numériques pour le télétravail ainsi que pour les activités de loisir (bricolage, jardinage…). Prudence toutefois car au deuxième semestre, l’activité a reculé de 1,5%.

Secteur par secteur, le marché de l’électronique grand public a crû en 2021 de 10% par rapport à l’année précédente et de 9% par rapport à 2019.

Pour les ventes aux consommateurs d’outillage électroportatif et de matériels pour espace vert, c’est l’euphorie : un chiffre d’affaires record qui a bondi de 33% sur l’année et de 40 % vs 2019.

Seules les ventes annuelles des grossistes informatiques sur le marché des particuliers ont légèrement reculé (-0,5%).

Les activités B to B liées à l’investissement des entreprises adhérentes à l’un des 13 syndicats affiliés à la FICIME ont fait encore mieux : + 14% en 2021 comparé à 2020 et + 4,5% par rapport à 2019.

Secteur par secteur, les matériels et équipements de construction ont vu leur chiffre d’affaires annuel croître spectaculairement de 20% et même de 5% vs 2019, en partie tout de même en raison des hausses de prix. Les commandes ont même bondi de 93%, les clients anticipant les difficultés de livraisons, la pénurie sur les matières premières et composants et les augmentations futures des prix.

Les entreprises du secteur des moteurs industriels ont vu leur chiffre d’affaires progresser de 14% en un an même s’il n’a pas encore rattrapé le niveau de 2019 (-3%). Cette hausse s’explique par plusieurs raisons : activité soutenue dans le secteur agricole, achat de groupes électrogènes pour les Data Center, tendance plus porteuse que prévue sur les matériels de construction ou encore remplacement progressif des moteurs thermiques par des électriques, notamment sur batterie.

Les entreprises des secteurs du reconditionnement informatique et électronique affichent une activité en progression de 13% sur 2020 et de 22% sur 2019. Mais attention car au deuxième semestre, elle a baissé de 9%, en raison, toujours, des problèmes récurrents d’approvisionnement.

Année 2021 record pour les ventes au secteur professionnel de l’outillage portatif & consommables pour les espaces verts, le bricolage, le bâtiment et l’industrie : +28% vs 2020 et +34% vs 2019. Les commandes tant publiques que privées portent l’activité. A noter la bonne forme de l’entretien-rénovation, soutenu par le plan de relance du gouvernement sur la partie rénovation énergétique des logements avec MaPrimeRénov.

L’activité électronique professionnelle a, elle, progressé de 8% en 2021 mais reste en deçà de 19% de son niveau de 2019 (avec un recul de 3% des effectifs) en raison de la persistance de la crise sanitaire et de ses lourdes conséquences sur les activités évenementielles. Seul le secteur médical, logiquement, résiste bien.

L’activité machines d’emballage et de production enregistre un rebond de 6,5% sur 2020 et de 1,5% sur 2019, grâce notamment à la demande dans le secteur médical et dans l’agro-alimentaire.

Les entreprises de l’impression professionnelle ont vu leur chiffre d’affaires annuel augmenter de 8,5% même s’il reste toujours en deçà de 2019 (-6,5%). Les effectifs ont reculé de 3,5% l’an dernier. Face au défi environnemental concernant le secteur, les entreprises déploient des efforts significatifs de réutilisation des consommables.

Pour une fois, la situation a été moins porteuse sur le marché B to B des grossistes informatiques, en recul annuel de 0,5%. Il a particulièrement souffert de l’impact des ruptures d’approvisionnement et des pénuries (matières premières, composants électroniques).

Perspectives 2022

Dans nos secteurs liés au consommateur final, l’activité au global devrait progresser en valeur au premier semestre 2022 d’environ 3,5% en incluant les augmentations attendues de prix.

Les prévisions secteur par secteur sont toutes en croissance :

- + 6,5% pour les grossistes informatiques

- + 4% pour l’outillage portatif & les consommables pour le bricolage et les espaces verts

- + 2% pour l’électronique grand public (le secteur TV pourrait bénéficier d’un effet Jeux Olympiques d’Hiver avec Pékin 2022)

Dans nos secteurs liés à l‘investissement, l’activité au global devrait nettement progresser en valeur, d’environ 12%, au cours de ce premier semestre. Les effectifs devraient croître en moyenne de 4%.

Leurs prévisions secteur par secteur sont là encore toutes positives :

- +25% pour lesmatériels et équipements de construction (grâce à un carnet dfe commandes très bien orienté)

- +9% dans le reconditionnement informatique et électronique

- + 9% dans les machines d’emballage et de process

- + 7,5% dans l’électronique professionnelle

- + 6,5% chez les grossistes informatiques

- +5,5% dans l’outillage professionnel électroportatif et pour espaces verts

- +3,5% dans les moteurs industriels

- + 1,5% pour les entreprises du secteur de l’impression professionnelle Mais malgré ces croissances attendues, les entreprises sont préoccupées pour les prochains mois en raison des contraintes d’approvisionnement, de la hausse des prix qui pèse sur les marges et la trésorerie, et de la persistance des difficultés à recruter.

http://www.ficime.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: