En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Les entreprises de livraison du dernier kilomètre à la pointe de l’innovation

Publication: 24 novembre

Partagez sur
 
Une nouvelle étude de Scandit a identifié comment l’impact de la crise sanitaire a obligé les entreprises du dernier kilomètre, installées en Europe, à innover...
 

Face à des contraintes inédites et à l’évolution des demandes des consommateurs, les entreprises européennes ont plus tendance à investir dans de nouveaux services (14,3%), tels que le Pick Up Drop Off (PUDO) et dans de nouvelles innovations (20,6%), notamment en matière de gestion des changements de livraison de dernière minute. Le constat est bien différent pour les entreprises nord-américaines, dont seulement 5,9% donnent la priorité aux nouvelles solutions, favorisant davantage la bonne coordination des techniques actuelles. On constate également que les entreprises européennes sont plus susceptibles d’investir dans la réalité augmentée (69,2%), comparativement à leurs homologues d’Amérique du Nord (58,8%).

L’étude, menée respectivement en Europe et en Amérique du Nord par ITTS et VDC Research au travers de 118 entretiens avec les décideurs les plus influents du secteur, révèle également que les entreprises qui utilisent déjà des smartphones pour la livraison du dernier kilomètre ont tendance à être plus enclines à innover. Cet état d’esprit leur assure un avantage concurrentiel majeur pour répondre aux attentes croissantes des clients.

Dans quelles technologies investissent les entreprises du secteur ?

L’étude menée par Scandit met en évidence l’existence de différents défis et priorités d’investissement selon les régions d’Europe. Par exemple, on remarque que les entreprises d’Europe de l’Est et des pays nordiques se concentrent davantage sur l’ajout de nouvelles applications ou fonctionnalités (43,8%), et sur la technologie insérant de nouveaux services de livraison (18,8%), comme le PUDO. La nécessité de fournir de nouveaux services aux clients est un des défis locaux les plus cités dans ces régions (33%), prouvant leur volonté de faire évoluer les offres pour améliorer l’expérience client.

Les entreprises d’Europe de l’Ouest, incluant la France, sont plus équilibrées en ce qui concerne les plans d’investissement technologique et d’amélioration. Elles mettent l’accent sur les applications de livraison (37%), l’offre de nouveaux services (18,5%) ou encore les technologies sans contact (25,9%).

La réalité (augmentée) du dernier kilomètre

La majorité des entreprises, toutes régions confondues, mettent en exergue le fait que la technologie de réalité augmentée (RA) aura un impact considérable dans le processus de livraison. En effet, plus de trois quarts des entreprises mondiales, soit 76%, estiment que la RA est une technologie majeure pour le dernier kilomètre, et plus d’un tiers (34%) des répondants s’accordent à dire qu’il est devenu primordial d’investir dans cette technologie.

Les entreprises qui utilisent des smartphones sont plus susceptibles de reconnaître l’importance de la RA. Environ 86% d’entre notent son importance et 43% admettent qu’il est important d’y consacrer une part d’investissement considérable. Cette idée montre également que les entreprises qui utilisent des smartphones avec des applications dotées de la vision par ordinateur sont déjà entrées dans un processus d’innovation.

Pat Nolan, Analyste Senior de Recercge chez VDC Research déclare : « Avec plus de 34% des répondants mondiaux assurant que la RA figure comme élément majeur sur leur liste d’investissement technologique, il est évident que cette technologie est une composante déterminante pour assurer performance concurrentielle et différenciation pour les acteurs de livraison du dernier kilomètre. Une solution de RA peut, par exemple, aider un conducteur à identifier rapidement un colis spécifique dans une remorque très encombrée ou à voir les instructions de livraison en temps réel. L’utilisation de la RA réduit le stress lié à la charge de travail qui pèse sur les épaules des employés de première ligne et rend l’opération globalement plus efficace. »

La réalité augmentée sera vraisemblablement une composante essentielle pour répondre aux défis actuels et futurs du dernier kilomètre. Elle peut contribuer à réduire significativement les inefficacités de processus du dernier kilomètre et à y intégrer les conducteurs. Les instructions fournies par les interfaces de RA peuvent être utiles à la formation des conducteurs inexpérimentés ou des salariés temporaires, par exemple. Cette approche est d’autant plus importante pour permettre aux entreprises de s’adapter aux pics de demande, comme à la période de Noël, et de surmonter les difficultés rencontrées actuellement par les livreurs.

Choisir la bonne stratégie de distribution

Tout en étant plus sensibles aux innovations, la moitié des entreprises qui utilisent des smartphones pour le dernier kilomètre s’appuient également sur une stratégie Bring Your Own Device (BYOD). Pour les répondants européens, les principaux atouts du BYOD sont la réduction des coûts (57,1%), ainsi que le remplacement du matériel vieillissant (42%), ce qui aide les entreprises à maintenir un certain taux de rentabilité. En permettant aux entreprises d’éliminer une quasi-totalité des coûts de matériel et ainsi d’être plus flexible, critère primordial pour les périodes à forte influence, le BYOD est un investissement stratégique pour la livraison du dernier kilomètre.

Samuel Mueller, PDG et Co-fondateur de Scandit affirme : « Si la crise sanitaire et les dysfonctionnements des chaînes d’approvisionnement à travers l’Europe ont créé de nouveaux défis pour la livraison du dernier kilomètre, ils ont également permis d’accélérer la mise en place de solutions prévues depuis longtemps. Je pense notamment à l’adoption grandissante de l’utilisation des smartphones et du BYOD. Cependant, la diversité des priorités selon les différentes régions européennes est très intéressante à observer, et il est positif de voir que ces priorités sont reconnues et que des investissements sont réalisés en conséquence. Les entreprises de logistique ont bien conscience de l’impact que les enjeux du dernier kilomètre peuvent avoir sur les clients et de la nécessité à les résoudre aujourd’hui pour l’avenir. »

https://www.scandit.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: