En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Une plus grande flexibilité du travail n’encourage un "biais de proximité

Publication: 3 novembre

Partagez sur
 
La grande majorité (83%) des entreprises françaises prévoient d’offrir à leurs employés une plus grande flexibilité quant à leur lieu de travail...
 

Cependant, les dirigeants craignent que les employés choisissant de télétravailler se sentent exclus des décisions relatives aux promotions ou aux carrières (33%) et redoutent l’apparition d’un « biais de proximité » où les employés régulièrement vus sur le lieu de travail seraient favorisés (32%).

Plus de la moitié des salariés (52%) pensent que les personnes qui choisissent de travailler depuis leur bureau ont plus de chances d’être favorisées par leur patron.

Selon une nouvelle étude de LinkedIn, le plus grand réseau professionnel du monde, la grande majorité (83%) des entreprises en France prévoient d’offrir à leurs employés une plus grande flexibilité quant à leur lieu de travail. Avec comme priorité pour les dirigeants de faire en sorte que les employés se sentent inclus, quel que soit leur lieu de travail.

L’étude, menée auprès de plus de 266 cadres dirigeants en France - dans des organisations comptant plus de 1 000 employés et réalisant un chiffre d’affaires annuel de plus de 215 millions d’euros - révèle qu’à mesure que les entreprises cherchent à proposer le travail hybride (42%) et le travail à distance (14%), les dirigeants craignent que les employés choisissant de télétravailler puissent se sentir exclus des décisions relatives aux promotions ou aux carrières (33%). Ainsi, ils redoutent l’apparition d’un « biais de proximité » où les employés régulièrement vus sur le lieu de travail seraient favorisés (32%).

Les salariés pensent que le télétravail peut avoir un impact négatif sur leur carrière

De leur côté, les salariés sont également inquiets : une étude complémentaire menée auprès de 1028 salariés en France révèle que plus de la moitié (52%) pensent que les personnes régulièrement vues sur le lieu de travail ont plus de chances d’être favorisées par leur patrons. Une proportion similaire de salariés qui pensent que le télétravail aura un impact sur leur progression de carrière (52%) craignent que le temps passé hors du bureau ne freine leur progression en raison de la diminution du temps passé en présentiel avec leurs patrons.

Enfin, 35% pensent que le travail à domicile est encore négativement perçu.

Cependant, dans la nouvelle éédition de son Baromèètre de l’’emploi, LinkedIn Actualités révèle que 6,3% des offres d’emploi postées en septembre évoquent la question du télétravail, c’est 12,2 fois plus qu’en février 2020, avant la crise sanitaire. Le baromètre confirme également qu’une offre d’emploi mentionnant le télétravail a 19% plus de chance d’être consultée, et reçoit 12% de candidatures en plus que l’ensemble des offres.

Fabienne Arata, Country Manager de LinkedIn France, déclare : « Il ne fait aucun doute qu’une plus grande flexibilité sur le choix du lieu de travail est bénéfique tant pour les entreprises que les personnes. Mais toutes deux n’en profiteront que si les politiques relatives au lieu de travail sont conçues de manière à ce que chacun se sente inclus, quel que soit l’endroit. Nous risquons d’effacer tous les grands progrès réalisés au cours des 19 derniers mois si les professionnels ont l’impression qu’ils doivent être au bureau pour progresser dans leur carrière. Nous ne devons pas succomber au présentéisme. Pour que ce nouveau monde du travail fonctionne vraiment pour tout le monde, les dirigeants doivent réévaluer les possibilités d’apprentissage et de développement, les évaluations de performance et les perspectives de carrière à travers un prisme, qui place la personne au centre, et non le lieu ».

Relever les défis de l’inclusion

Cependant, 87% des dirigeants sont convaincus que leur entreprise peut faire en sorte que tous les employés se sentent inclus, quel que soit leur lieu de travail. Ils prévoient d’y parvenir en encourageant les managers à faire preuve d’empathie et de confiance (33%), et à éviter d’avoir des biais fondés sur le lieu de travail (32%). Par ailleurs, 37% d’entre eux déclarent avoir l’intention d’encourager les interactions sociales au début des réunions afin de rassembler tout le monde, et 33 % d’établir de nouvelles normes comportementales pour aider les gens à se sentir inclus, quel que soit leur lieu de travail.

La majorité des dirigeants d’entreprise (87%) disent vouloir introduire des formations pour aider les collaborateurs à travailler efficacement dans des environnements de travail flexibles. Les compétences jugées les plus importantes pour diriger dans ce nouveau monde du travail sont la confiance (46 %), la communication (39%), l’intégrité (39%) et le leadership inclusif (35%).

La flexibilité, un outil précieux pour rendre les équipes plus diverses

Outre la priorité accordée à l’intégration des personnes au travail, plus des trois quarts (79%) des dirigeants d’entreprise estiment qu’une plus grande flexibilité peut également contribuer à améliorer la diversité au sein de leur équipe. La principale raison invoquée est que le travail flexible intéressera un large éventail de personnes qui en ont le plus besoin (65%), notamment les personnes ayant des responsabilités de soins ou les personnes en situation de handicap.

https://fr.linkedin.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: