En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Guide pour la réunion de la Réserve Fédérale américaine des 2-3 novembre 2021

Par William Gerlach, Country manager France d’iBanFirst

Publication: 28 octobre

Partagez sur
 
Le FOMC (comité fédéral d’open-market), l’organe dirigeant de la banque centrale américaine, va se réunir pour une session de deux jours les 2 et 3 novembre prochains afin de décider de l’évolution de la politique monétaire des Etats-Unis...
 

Le FOMC est composé de douze membres : sept proviennent du Conseil des Gouverneurs et sont nommés par le Président des États-Unis tandis que les autres sont des présidents de Réserve Fédérale régionales et tournent tous les ans. Cette réunion est plus importante que les précédentes car elle doit aboutir à un changement significatif de la politique monétaire. C’est une première en l’espace de quasiment deux ans.

Pourquoi est-ce important ? Depuis l’éclatement de la pandémie en février 2020, la Réserve Fédérale américaine a mis en place un panel large de mesures afin de soutenir l’économie et de garantir des conditions de financement ultra-accommodantes. Elle va commencer à retirer progressivement ce soutien exceptionnel. A maints égards, la politique monétaire anti-crise des Etats-Unis est un succès. Les conditions de financement sont les plus souples de toute l’histoire américaine. Le taux de chômage officiel est proche du plein-emploi à 4,8% de la population active contre un pic à 14,7% en plein confinement soit le plus haut niveau depuis 1940. L’activité dans le secteur des services est proche de son pic historique. Le taux des prêts immobiliers à 30 ans est toujours bas, à seulement 3,2% contre 4,8% fin 2018, par exemple. Tout n’est pas idyllique pour autant. L’inflation est un problème. C’est même le problème numéro un pour les entreprises et les consommateurs américains. L’indice des prix à la consommation a atteint 5,4% en septembre en glissement annuel. C’est le plus haut niveau depuis 2008. L’indice des prix à la production suit une tendance similaire. Mais la banque centrale considère que les pressions inflationnistes sont transitoires, pour l’instant.

A quoi faut-il s’attendre ? Il y un consensus au sein du FOMC sur la nécessité de diminuer les rachats d’actifs. C’est ce qu’on appelle le tapering en anglais. Chaque mois, la banque centrale rachète en moyenne pour 120 milliards de dollars d’actifs sur les marchés financiers. A partir de mi-novembre ou au plus tard début décembre, le volume des rachats d’actifs devrait diminuer chaque mois de 15 milliards de dollars. Ainsi, en décembre, il ne pourrait être que de 105 milliards de dollars, puis baisser à 90 milliards de dollars en janvier etc…A ce rythme, la banque centrale ne devrait plus effectuer de rachats d’actifs dès juin 2022. Cela lui permettra ensuite de remonter le taux directeur, actuellement situé entre 0% et 0,25%, si la situation économique l’exige, particulièrement si les pressions inflationnistes persistent. Le marché des changes anticipe à ce stade une première hausse du taux directeur en septembre 2022.

Quel impact sur les paires en USD ? Le marché des changes a déjà intégré dans les prix la perspective du tapering. Mais la volatilité sera sûrement au-rendez-vous le 3 novembre au soir, particulièrement sur les paires en USD, comme l’EUR/USD. A moyen terme, la tendance reste baissière pour l’EUR/USD selon nous, avec un objectif situé à 1,1480. Les opérateurs du marché des changes ne manqueront pas de réagir à d’éventuelles inflexions du discours de la Réserve Fédérale concernant son diagnostic de l’inflation. Toute référence à propos des anticipations de hausse du taux directeur sera aussi susceptible de provoquer des remous sur les taux de change. Mais ce dernier point est peu probable. Lors d’une intervention virtuelle le 22 octobre dernier, le président de la banque centrale américaine, J. Powell, avait clairement laissé entendre qu’il n’est pas encore temps de discuter de l’éventualité future d’une hausse des taux. Il devrait donc s’abstenir de tout commentaire à ce sujet.

On résume :

- Le 2 novembre, le FOMC composé de douze membres commence sa réunion. Rien ne filtre. Un consensus devrait rapidement l’emporter sur la nécessité de baisser le volume mensuel des rachats d’actifs.

- Le 3 novembre, la réunion se termine. A 20h, heure de Paris, le communiqué du FOMC qui résume les décisions prises est publié. A 21h30, J. Powell prend la parole lors d’une conférence de presse afin de détailler les mesures et répondre aux questions des journalistes. Il fait en quelque sorte le service après-vente. C’est le point d’orgue de la séance. Entre 20h et au moins 22h, il faut s’attendre à beaucoup de volatilité sur les paires en USD et, potentiellement, à des décalages de prix.

https://fr.ibanfirst.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: