En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Dupixent®(dupilumab) améliore significativement les démangeaisons et l’urticaire

Publication: 30 juillet

Partagez sur
 
L’essai de phase III a atteint ses critères d’évaluation principaux et tous ses critères secondaires clés à 24 semaines, montrant que Dupixent a pratiquement permis d’obtenir une réduction deux fois plus importante des scores relatifs aux démangeaisons et à l’activité de l’urticaire...
 

Un essai pivot de phase III évaluant Dupixent® (dupilumab) chez des patients souffrant d’urticaire chronique spontanée (UCS) modérée à sévère, une maladie inflammatoire de la peau, a atteint ses critères d’évaluation principaux et l’ensemble de ses critères secondaires clés à 24 semaines. L’ajout de Dupixent à un traitement par antihistaminiques a permis d’obtenir une réduction significative des démangeaisons et de l’urticaire chez les patients n’ayant jamais reçu de médicament biologique, comparativement à ceux traités par antihistaminiques seulement (groupe placebo) dans le cadre de l’étude A (première de deux études) du programme clinique LIBERTY CUPID.

« La chronicité de l’UCS et les démangeaisons intenses qu’elle provoque sont physiquement et psychologiquement très éprouvantes pour les personnes qui n’ont pas encore trouvé de traitement efficace », a expliqué le docteur John Reed, Ph.D., Responsable Monde de la Recherche et Développement de Sanofi. « Il s’agit de la cinquième maladie inflammatoire contre laquelle Dupixent a permis d’obtenir une amélioration significative des symptômes et des manifestations de la maladie au cours d’études pivots de phase III. Le succès de cet essai illustre l’agilité de notre équipe Opérations cliniques, compte tenu de la situation pandémique, et souligne notre capacité à intensifier nos activités pour répondre aux besoins médicaux non pourvus de cette population de patients »

« Il s’agit du premier essai de phase III ayant démontré qu’en ciblant l’IL-4 et l’IL-13, Dupixent peut remédier aux symptômes invalidants de l’urticaire chronique spontanée, comme les démangeaisons persistantes et l’urticaire, lorsque les antihistaminiques ne permettent pas d’y parvenir à eux seuls. », a précisé le docteur George D. Yancopoulos, Ph.D., Président et Directeur scientifique de Regeneron. « Ces données renforcent le corpus de preuves sur le rôle que peut jouer Dupixent dans la prise en charge d’un large éventail de maladies dermatologiques, respiratoires et gastro-intestinales. Nous sommes impatients de publier, d’ici le début de 2022, les résultats d’un deuxième essai mené chez des patients dont l’urticaire chronique spontanée est restée non contrôlée avec un autre médicament biologique, ainsi que les résultats d’autres essais portant sur d’autres maladies dermatologiques. »

L’UCS est une maladie inflammatoire chronique de la peau caractérisée par l’apparition brutale de plaques urticariennes sur la peau et (ou) d’un œdème des couches profondes de la peau. Malgré un traitement standard, les personnes souffrant d’UCS présentent des symptômes comme des démangeaisons persistantes ou une sensation de brûlure qui peuvent être invalidantes et avoir un impact significatif sur leur qualité de vie. L’œdème se produit souvent sur le visage, les mains et les pieds, mais peut également affecter la gorge et les voies respiratoires supérieures. L’UCS se traite généralement par antihistaminiques mais reste non contrôlée chez plus de 50 % des personnes qui en sont atteintes. Le nombre d’options thérapeutiques disponibles pour ces patients est limité. L’UCS est la cinquième maladie inflammatoire contre laquelle Dupixent a permis d’obtenir des données positives de phase III, après la dermatite atopique, l’asthme, la rhinosinusite chronique avec polypose nasale et l’œsophagite à éosinophiles (à l’étude).

Dans l’essai (n=138), l’ajout de Dupixent à un traitement par antihistaminiques a permis de pratiquement doubler le score de réduction des démangeaisons et de l’activité de l’urticaire par rapport au traitement standard seulement, à 24 semaines :

- Réduction de 63 % de la gravité des démangeaisons avec Dupixent, contre une réduction de 35 % pour le traitement standard (antihistaminiques), mesurée sur une échelle en 21 points (amélioration de 10,24 points pour Dupixent, contre 6,01 points pour le traitement standard, p<0,001) – critère d’évaluation principal aux États-Unis (critère d’évaluation secondaire dans l’UE), avec des améliorations continue jusqu’à la semaine 24 ;

- Réduction de 65 % de la sévérité de l’activité de l’urticaire (démangeaisons et urticaire) avec Dupixent, contre une réduction de 37 % avec le traitement standard, mesurée sur une échelle en 42 points (amélioration de 20,53 points pour Dupixent, contre 12,00 points pour le traitement standard, p<0,001) critère d’évaluation principal dans l’Union européenne (critère d’évaluation secondaire aux États-Unis), avec des améliorations continue jusqu’à la semaine 24.

Les résultats de sécurité ont été similaires au profil de sécurité connu de Dupixent dans ses indications approuvées. Pendant les 24 semaines de la période de traitement, les taux globaux d’événements indésirables étaient généralement similaires entre les groupes Dupixent et placebo (50 % pour Dupixent et 59 % pour le placebo). Les événements indésirables les plus fréquemment observés pendant l’essai, chez les patients traités par Dupixent, ont été les réactions au site d’injection (11 % pour Dupixent, 13 % pour le placebo).

L’utilisation potentielle de Dupixent pour le traitement de l’UCS et de l’œsophagite à éosinophiles fait encore l’objet d’un développement clinique et aucun organisme de réglementation n’a encore pleine évalué ses profils de sécurité et d’efficacité dans cette indication.

À propos de l’essai CUPID

L’étude A de l’essai clinique de phase III randomisé, en double aveugle, contrôlé par placebo a évalué l’efficacité et la sécurité de Dupixent en complément à un traitement standard par antihistaminiques H1, comparativement à un traitement par antihistaminiques seulement, chez 138 patients âgés de 6 ans et plus atteints d’UCS qui restaient symptomatiques malgré la prise d’antihistaminiques et qui n’ont pas été précédemment traités avec des thérapies anti-IgE.

Les critères d’évaluation principaux étaient la variation, par rapport au départ, du score ISS7 (score de gravité des démangeaisons mesuré chaque semaine) à 24 semaines et la variation, par rapport aux valeurs de départ, du score UA27 (score de sévérité des démangeaisons et de l’urticaire mesuré chaque semaine) à 24 semaines.

L’étude B de cet essai clinique se poursuit et cherche à évaluer Dupixent chez des adultes et adolescents qui restent symptomatiques malgré un traitement standard et sont intolérants ou ont présenté une réponse incomplète à un traitement anti-IgE (omalizumab). Les résultats devraient être publiés au premier semestre de 2022. Sanofi et Regeneron prévoient le dépôt de soumissions en 2022. Outre l’UCS, Sanofi et Regeneron étudient également Dupixent dans le traitement de l’urticaire chronique au froid (LIBERTY-CINDU CUrIADS), dans le cadre d’un essai clinique de phase III en cours.

À propos de Dupixent

Dupixent est un anticorps monoclonal entièrement humain qui inhibe les voies de signalisation de l’interleukine 4 (IL-4) et de l’interleukine 13 (IL-13). Dupixent n’est pas un médicament immunosuppresseur. Les interleukines 4 et 13 interviennent dans l’inflammation de type 2 qui joue un rôle central dans l’asthme, la rhinosinusite chronique avec polypose nasale, la dermatite atopique, l’œsophagite à éosinophiles et potentiellement dans l’UCS.

Aux États-Unis et en Europe, Dupixent est approuvé pour le traitement de la dermatite atopique modérée à sévère à partir de 6 ans, pour le traitement de l’asthme modéré à sévère à partir de 12 ans et pour le traitement de la rhinosinusite chronique avec polypose nasale non contrôlée de l’adulte. Dupixent est également approuvé dans une ou plusieurs de ces indications dans plus de 60 pays plus de 300 000 patients en ont déjà bénéficié dans le monde.

Programme de développement du dupilumab

À ce jour, Dupixent a été étudié chez plus de 10 000 patients dans le cadre de 50 essais cliniques consacrés au traitement de diverses maladies chroniques portant une signature inflammatoire de type 2.

Sanofi et Regeneron étudient le dupilumab dans le traitement de plusieurs maladies portant une signature inflammatoire de type 2 ou une signature allergique, comme l’asthme pédiatrique (6 à 11 ans, phase III), la bronchopneumopathie chronique obstructive avec signature inflammatoire de type 2 (phase III), la dermatite atopique pédiatrique (6 mois à 5 ans, phase III), l’œsophagite à éosinophiles (phase III), la pemphigoïde bulleuse (phase III), le prurigo nodulaire (phase III), l’urticaire chronique spontanée (phase III), l’urticaire chronique au froid (phase III), la rhinosinusite chronique sans polypose nasale (phase III), la rhinosinusite fongique allergique (phase III), la rhinosinusite fongique allergique (phase III), l’aspergillose bronchopulmonaire allergique (phase III) et l’allergie aux arachides (phase II). Ces indications potentielles du dupilumab sont expérimentales ; aucun organisme de réglementation n’a encore pleinement évalué les profils de sécurité et d’efficacité du Dupixent dans ces indications. Le dupilumab est développé conjointement par Sanofi et Regeneron dans le cadre d’un accord de collaboration global.

https://www.sanofi.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: