En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Sanofi s’associe à de grands groupes coopératifs universitaires

Publication: 7 juin

Partagez sur
 
Objectif : étudier l’amcénestrant dans le traitement adjuvant du cancer du sein positif pour les récepteurs des œstrogènes...
 

Sanofi s’associe au Breast International Group (BIG), à l’Organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer (EORTC) et à l’Alliance Foundation Trials (AFT), trois groupes universitaires internationaux de premier plan menant des recherches cliniques qui transforment la prise en charge du cancer du sein.

- L’étude AMEERA-6 de phase III devrait être le premier essai pivot consacré à un nouveau dérégulateur sélectif des récepteurs des œstrogènes (SERD) par voie orale en situation adjuvante de cette collaboration ; elle aura pour but d’évaluer l’efficacité et la sécurité de l’amcénestrant dans le traitement de patientes atteintes d’un cancer du sein positif pour les récepteurs des œstrogènes (ER+) qui mettent prématurément un terme à un traitement standard et présentent un risque élevé de rechute.

- Les partenaires devraient prochainement arrêter les modalités de leur collaboration.

- D’autres options thérapeutiques pour le cancer du sein au stade précoce sont nécessaires pour tenter d’éviter son évolution à un stade avancé et incurable et pourraient représenter un progrès thérapeutique significatif.

Sanofi s’associe à des groupes coopératifs de premier plan menant des recherches cliniques qui transforment la prise en charge du cancer du sein, à savoir le Breast International Group (BIG), l’Organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer (EORTC, European Organization for Research and Treatment of Cancer) et l’Alliance Foundation Trials (AFT), en vue de lancer un essai pivot consacré à un dérégulateur sélectif des récepteurs des œstrogènes (SERD) en situation adjuvante. L’étude AMEERA-6 de phase III évaluera l’efficacité et la sécurité de l’amcénestrant de Sanofi comparativement au tamoxifène chez des femmes atteintes d’un cancer du sein positif pour les récepteurs des œstrogènes (ER+) qui ne peuvent pas poursuivre leur traitement adjuvant par inhibiteur de l’aromatase.

« Avec ses partenaires de recherche, BIG mène des essais cliniques importants qui changent l’exercice de la médecine et peuvent avoir un impact significatif sur la vie des femmes atteintes d’un cancer du sein », a déclaré David Cameron, Président du Conseil de direction de BIG. « Le traitement adjuvant permet de prévenir et de retarder la progression de la maladie à un stade plus avancé. Toutefois, les traitements adjuvants actuels, comme les inhibiteurs de l’aromatase, peuvent avoir des effets secondaires chez certaines femmes et les amener à abandonner prématurément leur traitement. L’amcénestrant pourrait être une solution potentielle pour les femmes dans cette situation et nous sommes impatients de collaborer avec Sanofi, l’EORTC et l’AFT en vue de l’évaluer plus en profondeur. »

« Nous sommes impatients de collaborer avec ces réseaux universitaires de premier plan pour étudier le potentiel de l’amcénestrant en situation adjuvante dans le cadre de l’étude AMEERA-6. Sur la base des données encourageantes de notre programme clinique en cours, nous pensons que l’amcénestrant, un SERD expérimental par voie orale, a le potentiel de devenir l’un des meilleurs traitements endocriniens de fond par voie orale de sa classe pharmacothérapeutique », a déclaré le Dr Peter Adamson, Responsable Monde du Développement en Oncologie de Sanofi. « D’autres options thérapeutiques pour les patientes atteintes d’un cancer du sein sont nécessaires pour leur permettre de poursuivre leur traitement adjuvant et réduire le risque de progression de leur maladie. »

L’amcenestrant est un SERD par voie orale qui antagonise et dégrade les récepteurs des œstrogènes (ER), entraînant l’inhibition de la voie de signalisation des récepteurs des œstrogènes. L’amcenestrant fait actuellement l’objet d’études cliniques et aucun organisme de réglementation n’a encore évalué ses profils de sécurité et d’efficacité.

Malgré l’efficacité clinique établie du tamoxifène et des inhibiteurs de l’aromatase dans le traitement du cancer du sein au stade précoce, de nombreuses patientes présentent des rechutes, soit parce qu’elle développent une résistance, soit parce qu’elles n’observe pas leur traitement adjuvant ou y mettent un terme prématurément1. D’autres options thérapeutiques pour le cancer du sein au stade précoce sont nécessaires pour tenter d’éviter son évolution à un stade avancé et incurable et pourraient représenter un progrès thérapeutique significatif.

Conformément aux modalités de l’accord préliminaire à l’étude, Sanofi sera le sponsor de l’étude internationale et assurera son financement ainsi que la mise à disposition du médicament expérimental. BIG conduira l’étude dans les sites du réseau BIG, l’EORTC se chargera de la gestion de l’étude et de l’analyse des données, ainsi que de la gestion des opérations médicales, tandis que l’AFT pilotera l’étude aux États-Unis. Sanofi conduira l’étude dans son intégralité dans certains pays ne faisant pas partie du périmètre des réseaux universitaires, conformément à ce qui est indiqué dans l’accord de suivi en cours de négociation avec les différentes parties. Le protocole est développé en collaboration avec les quatre parties à l’accord, à savoir l’AFT, BIG, l’EORTC et Sanofi.

https://www.sanofi.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: