En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Alexandre Thomasset présente le dispositif O’Niveau

Publication: 3 juin

Partagez sur
 
O’Niveau permet aux peintres en bâtiment de bénéficier d’une subvention jusqu’à 60 % du prix d’achat d’une station de nettoyage de leurs outils !...
 

La Fédération du Bâtiment Auvergne-Rhône-Alpes (FFB AURA), en partenariat avec l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée Corse, a lancé le dispositif O’Niveau.

O’Niveau aide les entreprises de peinture à s’équiper d’une station de nettoyage d’outils plus respectueuse de l’environnement. Un dispositif porté en région par Alexandre Thomasset, Président Régional des Métiers de la Finition. Ce 28 mai, entrepreneurs des métiers de la peinture et de la finition se sont rassemblés à la Fédération du BTP de Drôme-Ardèche, pour en savoir plus sur ce dispositif et assister à des démonstrations de machines.

La loi sur l’eau et les milieux aquatiques encadre les rejets toxiques dans les réseaux d’assainissement et impose une obligation de traitement des eaux rejetées chez le client ou dans l’entreprise lors du nettoyage des rouleaux et pinceaux.

Afin d’aider les entreprises et artisans du bâtiment à respecter cette obligation, la FFB AURA a remporté un appel à projet auprès de l’Agence de l’Eau Rhône Méditérrannée Corse qui permet aux artisans et entreprises de bénéficier d’une aide financière pour l’achat d’une station de nettoyage de rouleaux et pinceaux.

De multiples avantages à s’équiper !

Les avantages pour les professionnels sont nombreux. D’une part, une station de lavage peut leur permettre de mieux nettoyer leurs outils et plus vite. A noter qu’un peintre consomme en moyenne 12 litres d’eau par jour pour nettoyer ses outils et émet ainsi des résidus toxiques dans le réseau d’eaux usées. Cela permet ainsi de diminuer sa consommation d’eau et de réduire l’impact de son activité sur l’environnement. En effet, les substances dangereuses contenues dans les peintures sont piégées par le floculant puis collectées et enfin, traitées en tant que déchet dangereux.

D’autre part, c’est un moyen efficace pour se conformer à la réglementation en vigueur. En effet, la directive cadre européenne sur l’eau du 23 octobre 2000 impose la suppression ou réduction des rejets de certaines substances dans l’eau. Les éléments constitutifs des peintures ne doivent donc plus être rejetés dans les réseaux d’assainissement ou le milieu naturel pour atteindre les objectifs.

En outre, l’utilisation d’une station de lavage peut être un moyen de valoriser l’image de son entreprise auprès de ses clients récurrents mais aussi de gagner de nouveaux marchés.

Jusqu’à 60% de subvention

La prise en charge financière d’une partie du coût de l’équipement peut atteindre jusqu’à 60% du prix de la machine. Les taux de subvention varient en fonction de la taille et du chiffre d’affaires de l’entreprise.

Afin de pouvoir bénéficier de cette subvention, les entreprises doivent faire l’acquisition d’une station éligible à l’opération. Au total, 9 machines de 3 fabricants sont éligibles : l’Aquacleanor chez FRANPIN/NESPOLI, la RCI 2.3 V19, RCL, RCI 4 V20, RC XL, RCI 4 XL, et la RCI XL chez ENVIROPLUS, et enfin la Rotaclean et la Colorfree Top chez le fabricant STORCH.

Afin d’avoir une offre en adéquation avec les usages des entreprises, les fonctionnalités et systèmes sont variés. Certaines stations fonctionnent en circuit fermé ou ouvert et d’autres permettent de traiter à la fois les peintures solvantées et aqueuses. Certaines machines sont fixes tandis que d’autres sont mobiles et peuvent ainsi être déplacées d’un chantier à un autre. Enfin, certaines proposent plusieurs capacités afin de répondre aux différentes tailles des entreprises.

Qui peut en bénéficier ?

Toutes entreprises et artisans du Bâtiment exerçant une activité de peinture (principale ou secondaire) peuvent demander une prise en charge via O’Niveau, qu’ils soient adhérents à la FFB ou non. Le siège de l’entreprise devra se situer dans l’un des départements rhônalpins et dans le périmètre d’action de l’Agence de l’Eau RMC.

Les CFA, implantés sur le périmètre de l’Agence de l’Eau RMC, sont aussi éligibles. L’équipement des centres de formation est un enjeu important, afin de sensibiliser et former les futurs compagnons à l’utilisation de ces outils. Cette future génération pourra ensuite appliquer ces bonnes pratiques en entreprise et insuffler une dynamique vertueuse.

Comment faire la demande ?

L’entreprise devra compléter et retourner un dossier à la FFB Auvergne-Rhône-Alpes avant le 15 septembre 2023.

Présentation du dispositif et des machines aux entreprises de la Drôme et de l’Ardèche

A l’initiative d’Alexandre Thomasset, Président Régional des Métiers de la Finition, une première session de présentation du dispositif et de démonstration des machines a eu lieu à la Fédération du BTP de Drôme-Ardèche ce 28 mai.

Entrepreneurs des métiers de la peinture et de la finition ont ainsi pu découvrir 3 modèles de stations de nettoyage d’outils, ayant chacune leurs particularités.

Ce rendez-vous vise à être dupliqué dans l’ensemble des territoires couverts pour sensibiliser les peintres sur les avantages à s’équiper et les informer de l’aide financière dont ils peuvent bénéficier.

Jean-Louis André, Menuiserie André : « En tant qu’entreprise de menuiserie, qui peint toutes ses fenêtres, le nettoyage des outils et le recyclage des eaux souillées sont des problématiques qui nous concernent au quotidien. C’est intéressant de voir qu’il y a une évolution dans la recherche des produits floculant ou dans les systèmes de filtration, c’est un réel avantage pour les professionnels. »

Pierre Reynier, Entreprise Reynier (peinture plâtrerie maçonnerie) : « Auparavant, je m’étais déjà renseigné sur ce type de machines. Dans le cadre de notre activité de peinture, je trouve intéressant de pouvoir bien entretenir notre matériel tout en réduisant notre impact environnemental. La subvention via « O’Niveau » est incitative, je pense que cela aidera les entreprises à sauter le pas. De mon côté, je vais réfléchir à m’équiper. Il ne faut pas négliger la partie technique, la première étape est de bien identifier le modèle de machine qui réponde aux besoins et usages de l’entreprise ».

https://www.aura.ffbatiment.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: