En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Le "bruit" entraîne d’énormes incohérences dans les niveaux de risque

Publication: 25 mai

Partagez sur
 
Une étude menée auprès de conseillers financiers révèle que le "bruit" entraîne d’énormes incohérences dans les niveaux de risque ainsi que dans les conseils d’investissement fournis aux clients...
 

La technologie devient essentielle pour aider les conseillers à évaluer le niveau de risque approprié pour chaque investisseur. Mais selon Oxford Risk, les robots et les algorithmes ne remplaceront jamais le contact humain pour ce qui est de la confiance et de la relation client.

Une étude menée auprès de nombreux conseillers financiers auxquels on a demandé de formuler des recommandations pour des clients imaginaires a révélé que le niveau de risque recommandé était très variable d’un conseiller à l’autre, ce qui a un impact considérable sur les conseils d’investissement fournis aux clients.

Il arrive qu’un conseiller recommande un niveau de risque très faible alors qu’un autre recommande un risque très élevé pour le même client. Dans d’autres scénarios, les conseillers n’arrivent pas à un consensus significatif sur le niveau de risque à recommander (faible, moyen ou élevé).

Cette étude menée par les experts en finance comportementale d’Oxford Risk a donc révélé que pour un même client hypothétique, les conseillers donnent des « avis très différents » sur le niveau de risque à appliquer et suggèrent des allocations d’actifs « extrêmement inconsistantes ». Même dans les cas où les conseillers sont d’accord sur le niveau de risque, ils sont souvent en désaccord sur le type de portefeuille à recommander aux clients.

L’analyse des résultats de cette étude, menée en partenariat avec l’entreprise sud-africaine Momentum Investments et avec l’organisme sud-africain The Financial Planning Institute, indique en conclusion que les recommandations des conseillers financiers « semblent plus relever du hasard que d’autre chose ».

Le rapport intitulé « Under the Microscope : Noise and investment advice » met en évidence l’influence du bruit sur les conseils financiers et les incohérences parfois inexplicables qui en résultent. Les erreurs relevant du "bruit" sont celles résultant de facteurs aléatoires comme l’humeur du conseiller, ce qu’il a mangé au dernier repas ou même le temps qu’il fait dehors.

Pour cette raison, Oxford Risk recommande aux conseillers financiers d’exploiter la puissance de la technologie et des algorithmes pour fournir des conseils plus cohérents à leurs clients tout en s’affranchissant des problèmes d’évaluation incorrecte du niveau de risque ou d’allocation d’actifs déséquilibrée. Selon Oxford Risk, la solution la plus efficace pour lutter contre le bruit est d’utiliser une assistance logicielle à la prise de décision pour un maximum de cohérence. En outre, le rapport précise qu’une fois qu’un framework spécifique a été défini pour la tolérance au risque, la capacité de risque et les autres facteurs pertinents, il est très simple de l’adapter et de l’exécuter à grande échelle.

Directeur de recherche en finance comportementale chez Oxford Risk, le docteur Greg B. Davies explique : « À l’instar de l’arbitrage vidéo qui améliore la qualité des décisions prises pour l’arbitrage d’un match de foot, la technologie peut avoir un impact très positif sur la cohérence et la précision. Bien sûr, en cas de situation extrêmement serrée, la décision finale revient toujours à l’arbitre. Les choses devraient fonctionner de la même façon pour le conseil financier. »

L’étude semble aussi démontrer que les caractéristiques des conseillers influent sur leurs recommandations : le niveau de risque recommandé par un conseiller avec une formation universitaire est généralement plus bas que la moyenne, les conseillers mariés suggèrent un niveau de risque plus faible que leurs homologues célibataires alors que les conseillers dont le salaire est fixe optent pour des niveaux de risque supérieurs en comparaison à leurs homologues payés à la commission ou aux honoraires, etc…

Greg B. Davies commente : « Identifier le bruit ne se résume pas à éradiquer les incohérences. Il s’agit d’éradiquer les incohérences injustifiables mais aussi et surtout de démontrer la pertinence des autres. »

Oxford Risk développe des logiciels pour aider les conseillers en gestion de patrimoine et les entreprises de services financiers à prendre les meilleures décisions possibles pour leurs clients, en s’affranchissant de la complexité, de l’incertitude et des biais comportementaux. Pour cela, l’entreprise a notamment développé des algorithmes qui classent les produits financiers, les communications et les interventions sur la base de leur pertinence pour chaque client à un instant donné.

https://www.oxfordrisk.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: