En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Les problèmes d’étiquetage coûtent plus d’un million d’euros par an aux industriels

Publication: 24 mai

Partagez sur
 
Selon une étude mondiale réalisée par OnePoll pour NiceLabel, les industriels perdent en moyenne plus d’un million d’euros par an en raison des interruptions de la chaîne de production dues à des problèmes liés à l’étiquetage...
 

L’étude menée auprès de 300 directeurs des systèmes d’information (DSI) a révélé qu’en moyenne, plus des deux tiers des industriels (67%) devaient interrompre leur chaîne de production pendant plus d’une heure en cas de problème d’impression d’étiquettes, et 21% ont déclaré qu’elle devait être arrêtée pendant plus de 30 minutes. Par ailleurs, les résultats de l’étude ont indiqué qu’en moyenne les industriels devaient suspendre leurs chaînes de production jusqu’à six fois par an en raison de ces dysfonctionnements, et plus des trois quarts (77 %) ont déclaré qu’elles avaient dû être interrompue au moins quatre fois au cours de l’année passée pour les mêmes raisons.

Parmi les autres points clés de l’enquête pour la France, figurent les points suivants :

- Les industriels comptent en moyenne 17% de produits mal étiquetés par an

- Les erreurs d’étiquetage coûtent en moyenne 59 200 euros par an

- En moyenne, les industriels doivent suspendre leur chaîne de production plus de 5 fois par an et chaque interruption dure près d’une heure (57,64 minutes)

- Ces interruptions coûtent en moyenne 133 674 euros par heure.

« Toute perturbation ou arrêt de l’activité peut avoir un impact significatif sur tout industriel, entraînant une perte de revenus et mettant finalement l’entreprise elle-même en péril. Le risque que cela soit causé par un mauvais étiquetage devient une préoccupation croissante, car celui-ci devient un élément clé de la stratégie commerciale et supply chain », explique Ken Moir, VP Marketing, NiceLabel

Compte tenu des pertes engendrées par les interruptions de production, il n’est pas surprenant que 26 % de l’échantillon de l’enquête voient la "réduction des coûts" et 18 % “les gains de productivité” parmi les principaux avantages de la modernisation/automatisation de leurs processus de fabrication y compris l’étiquetage, tandis que 26 % évoquent "l’élimination des erreurs".

Ken Moir ajoute :"En fin de compte, les risques pour la production vont bien au-delà des arrêts complets. L’étiquetage décentralisé, par exemple, ajoute également des risques aux opérations. Un système ERP est censé fournir "une source unique de vérité aux utilisateurs professionnels. Cependant, dans de nombreuses organisations, il existe autant de versions de la vérité qu’il y a de sites d’étiquetage. En effet, dans le cas d’opérations d’étiquetage décentralisées, chaque site n’est pas forcément intégré à l’ERP et crée ses propres formats d’étiquettes et duplique les données relatives aux produits et aux clients.”

« Après tout, sans centralisation, les industriels ne sont généralement pas intégrés à la même source de vérité et cela crée des redondances de données ce qui rend les mises à jour à l’échelle de l’entreprise ingérables et est source d’inexactitudes et d’incohérences ». conclut Ken Moir.

https://www.nicelabel.com/

https://www.loftware.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: