En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Données d’un essai pivot présentées au Congrès 2021 de l’ATS

Publication: 21 mai

Partagez sur
 
Dupixent® (dupilumab) réduit significativement les crises d’asthme chez l’enfant et améliore sa fonction respiratoire...
 

Dupixent est le seul médicament biologique à améliorer la fonction respiratoire des enfants âgés de 6 à 11 ans souffrant d’asthme modéré à sévère non contrôlé, selon les résultats d’un essai randomisé de phase III, et a le potentiel de devenir la meilleure option thérapeutique de sa classe pharmacothérapeutique pour cette catégorie de patients.

- Ces résultats confortent le profil de sécurité bien établi de Dupixent.

- La décision de la FDA concernant les enfants souffrant d’asthme modéré à sévère est attendue le 21 octobre 2021.

Les résultats détaillés d’un essai de phase III montrent que Dupixent® (dupilumab) réduit significativement les crises d’asthme sévère et, dans un délai de deux semaines, améliore rapidement la fonction respiratoire des enfants âgés de 6 à 11 ans souffrant d’asthme modéré à sévère non contrôlé portant d’une signature inflammatoire de type 2. Dupixent améliore également significativement le contrôle global des symptômes de l’asthme et réduit les concentrations d’un biomarqueur de l’inflammation de type 2 dans les voies respiratoires qui joue un rôle important dans l’asthme, à savoir la fraction de monoxyde d’azote expirée (FeNO). Ces données seront présentées au congrès international 2021 de l’American Thoracic Society (ATS 2021) dans le cadre d’un colloque scientifique intitulé Breaking News : Clinical Trial Results in Pulmonary Medicine (Actualités de dernière heure : Résultats d’essais cliniques en médecine respiratoire).

« Les enfants souffrant d’asthme modéré à sévère non contrôlé présentent des symptômes graves et persistants qui peuvent se répercuter sur plusieurs aspects essentiels de leur vie et en particulier sur leur scolarité, leur sommeil et leur niveau d’activité physique », a déclaré le Dr Leonard B. Bacharier, Professeur de pédiatrie et Directeur du Centre de recherche sur l’asthme pédiatrique de l’Hôpital Monroe Carell Jr des enfants malades du Centre médical de l’Université Vanderbilt à Nashville (Tennessee) et investigateur principal de l’essai. « Les résultats de l’essai montrent que le dupilumab, ajouté à un traitement standard, réduit significativement les crises d’asthme, améliore rapidement la fonction respiratoire et le contrôle de l’asthme, ce qui est particulièrement important chez ces enfants au cours de la période formatrice de leur existence. »

L’asthme est la maladie chronique la plus fréquente chez l’enfant ; environ 75 000 enfants âgés de 6 à 11 ans sont atteints d’une forme modérée à sévère non contrôlée d’asthme aux États-Unis, auxquels s’ajoutent un grand nombre d’autres enfants dans le monde. Malgré les traitements de référence actuels, qui consistent dans l’administration de corticoïdes inhalés et de bronchodilatateurs, ces enfants peuvent continuer de présenter des symptômes graves comme de la toux, une respiration sifflante et des difficultés respiratoires. Ils peuvent aussi nécessiter plusieurs cycles de traitement systémique par corticoïdes, ce qui comporte des risques significatifs. Les enfants atteints d’asthme porteur d’une signature inflammatoire de type 2, la cause la plus fréquente d’asthme chez l’enfant, sont plus susceptibles de souffrir d’un asthme mal contrôlé, de présenter des crises d’asthme plus fréquentes et des symptômes qui nuisent aux gestes de la vie quotidienne.

VOYAGE, un essai de phase III randomisé, en double aveugle, contrôlé par placebo, a évalué l’efficacité et la sécurité de Dupixent (100 mg ou 200 mg toutes les deux semaines, en fonction du poids) en association avec un traitement antiasthmatique standard chez 408 enfants présentant un asthme modéré à sévère non contrôlé. Deux populations préspécifiées avec preuve d’une signature inflammatoire de type 2 ont été évaluées dans le cadre de l’analyse primaire : 1) les patients dont le taux d’éosinophiles sanguins de départ (EOS) était ≥300 cellules/μl (n=259) et 2) les patients dont le taux de FeNO était ≥20 parties par milliard (ppb) ou dont le taux d’EOS était ≥150 cellules/μl (n=350).

Les premiers résultats de l’essai, qui a atteint ses critères d’évaluation primaire et secondaire, ont été annoncés en octobre 2020. Ces données ont montré que les deux catégories de patients traitées par Dupixent en plus d’un traitement standard ont présenté respectivement :

- Un taux sensiblement réduit de crises d’asthme sévères, avec une réduction moyenne de respectivement 65 % (p<0,0001) et 59 % (p<0,0001) pendant un an comparativement au placebo (respectivement 0,24 et 0,31 événements par an pour Dupixent contre 0,67 et 0,75 pour le placebo).

- Une amélioration de la fonction respiratoire, mesurée par la valeur prédictive du volume expiratoire maximal par seconde (VEMS), observée dès la deuxième semaine de traitement et qui s’est maintenue pendant un maximum de 52 semaines.

- Après 12 semaines, la fonction respiratoire des patients traités par Dupixent s’est améliorée de 5,32 et 5,21 points de pourcentage comparativement au placebo (respectivement p=0,0036 et p=0,0009).

- Cette mesure permet d’évaluer les variations dans la fonction respiratoire des patients comparativement à leur fonction respiratoire prévue en fonction de leur âge, de leur taille, de leur sexe et de leur origine ethnique pour tenir compte de la capacité respiratoire des enfants aux différents stades de leur croissance.

Nouvelles données de l’essai VOYAGE présentées à l’ATS

Les résultats présentés pour la première fois au congrès de l’ATS concernent les populations primaires de patients et montrent que les patients traités par Dupixent ont présenté :

- Une amélioration significative du contrôle de l’asthme après 24 semaines de traitement sur la base des symptômes de la maladie rapportés par les patients et de leur impact, mesuré sur une échelle de 0 à 6. En moyenne, les patients traités par Dupixent ont vu leur score s’améliorer de 1,34 et 1,33 par rapport au score de départ comparativement à 0,88 et 1,00 pour le placebo (amélioration moyenne de -0,46 et -0,33 pour Dupixent par rapport au placebo, respectivement p<0,0001 et p=0,0001). L’amélioration par rapport aux données de départ chez les patients traités par Dupixent a été supérieure au double du seuil cliniquement significatif de 0,5 point sur le Questionnaire ACQ-7-IA (Questionnaire de contrôle de l’asthme en sept questions administré par l’intervieweur).

- Une réduction significative des taux moyens de FeNO sous le seuil révélateur d’une inflammation de type 2, à savoir 20 parties par milliard (ppb). Chez les patients traités par Dupixent, les taux de FeNO se sont améliorés en moyenne de -20,59 et -17,84 ppb comparativement au placebo par rapport aux valeurs de départ, après 12 semaines de traitement (p<0,0001 pour les deux valeurs).

Les résultats de tolérance de l’essai ont été généralement cohérents avec le profil de sécurité connu de Dupixent chez des patients âgés de 12 ans et plus atteints d’asthme modéré à sévère non contrôlé. Les taux globaux d’événements indésirables se sont établis à 83 % pour Dupixent et 80 % pour le placebo. Les événements indésirables les plus fréquemment observés chez les patients traités par Dupixent, comparativement au placebo, ont été les réactions au site d’injection (18 % pour Dupixent, 13 % pour le placebo), les infections des voies respiratoires supérieures d’origine virale (12 % pour Dupixent, 10 % pour le placebo) et l’éosinophilie (6 % pour Dupixent, 1 % pour le placebo).

Aucun organisme réglementaire n’a encore pleinement évalué les profils de sécurité et d’efficacité de Dupixent dans cette population pédiatrique.

Dupixent est un anticorps monoclonal entièrement humain qui inhibe la signalisation de l’interleukine 4 (IL-4) et de l’interleukine 13 (IL-13). Dupixent n’est pas un médicament immunosuppresseur. Les interleukines 4 et 13 interviennent dans l’inflammation de type 2 qui joue un rôle central dans l’asthme, la polypose naso-sinusienne, la dermatite atopique et l’œsophagite à éosinophiles.

À propos de Dupixent

Dupixent est approuvé aux États-Unis pour le traitement des patients de 6 ans et plus atteints de dermatite atopique modérée à sévère, inadéquatement contrôlés par des traitements topiques soumis à prescription médicale ou chez lesquels ces traitements sont déconseillés ; pour le traitement d’entretien additionnel de l’asthme modéré à sévère à phénotype éosinophilique ou dépendant des corticoïdes par voie orale, chez les patients âgés de 12 ans et plus dont l’asthme n’est pas contrôlé par les médicaments qu’ils prennent habituellement ; et pour le traitement d’entretien de la polypose naso-sinusienne non contrôlée de l’adulte, en association avec d’autres médicaments.

En dehors des États-Unis, Dupixent est approuvé pour le traitement de la dermatite atopique modérée à sévère et de l’asthme de certaines catégories de patients dans plusieurs autres pays, dont ceux de l’Union européenne et le Japon. Dupixent est également approuvé dans l’Union européenne et au Japon pour le traitement de la polypose naso-sinusienne sévère de certaines catégories d’adultes. Plus de 260 000 patients dans le monde ont été traités par Dupixent, toutes indications approuvées confondues.

Programme de développement du dupilumab

À ce jour, Dupixent a été étudié chez plus de 10 000 patients dans le cadre de 50 essais cliniques consacrés au traitement de diverses maladies chroniques portant une signature inflammatoire de type 2.

En plus des indications actuellement approuvées, Sanofi et Regeneron consacrent plusieurs programmes de développement clinique au dupilumab et l’étudient dans le traitement de plusieurs maladies associées à une signature inflammatoire de type 2 ou à une signature allergique, comme l’asthme pédiatrique (6 à 11 ans, phase III), la bronchopneumopathie chronique obstructive avec signature inflammatoire de type 2 (phase III), la dermatite atopique pédiatrique (6 mois à 5 ans, phase III), l’œsophagite à éosinophiles (phase III), la pemphigoïde bulleuse (phase III), le prurigo nodulaire (phase III), l’urticaire chronique spontanée (phase III), l’urticaire chronique au froid (phase III), la rhinosinusite chronique sans polypose nasale (phase III), la rhinosinusite fongique allergique (phase III), la rhinosinusite fongique allergique (phase III), l’aspergillose bronchopulmonaire allergique (phase III) et les allergies alimentaires (phase II). Ces indications potentielles du dupilumab sont expérimentales et aucun organisme de réglementation n’a encore pleinement évalué leurs profils de sécurité et d’efficacité. Le dupilumab est développé conjointement par Sanofi et Regeneron dans le cadre d’un accord de collaboration global.

https://www.sanofi.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: